Samedi 14 décembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Jimmy Sohm œuvre à l’intégration des enfants en situation de handicap

Par Gaëlle Picut | Publié le 12/11/2019 à 13:00 | Mis à jour le 12/11/2019 à 14:19
Photo : Jimmy Sohm a ouvert en 2014 à Dakar un centre d'accueil pour les enfants en situation de handicap © APEHS
jimmy sohm

Educateur spécialisé, Jimmy Sohm est arrivé au Sénégal en 2011 et a ouvert à Ouakam un centre d’accueil de jour pour les enfants handicapés. Entouré d’une équipe de bénévoles et de professionnels, il cherche à faciliter leur intégration scolaire et sociale.

« Après plusieurs années dans le travail social et éducatif en France auprès d’enfants, j’ai eu envie, avec ma femme sénégalaise, de venir m’installer à Dakar, raconte Jimmy. J’avais eu l’occasion de découvrir le Sénégal quelques années auparavant lors d’un stage au sein de Vivre ensemble, la pouponnière de Mbour. Nous avons réfléchi à la façon dont nous pourrions inscrire, à notre échelle, une empreinte sociale. Et c’est de cette façon que j’ai choisi d’ouvrir un centre pour les enfants en situation de handicap en 2014 » poursuit-il.   

« Je suis peut-être un utopique et un rêveur, mais je crois au vivre ensemble, au-delà des différences de toutes sortes, culturelles, sociales, de nationalité, de couleur, etc. C’est cette conviction qui me pousse à lancer des projets » affirme-t-il avec douceur. Photographe talentueux, il publie d'ailleurs des très beaux portraits sur son compte Instagram, reflétant cette diversité et ce vivre ensemble auxquels il croit profondément.

« La vision du handicap commence à évoluer tout doucement au Sénégal, observe-t-il. Mais cela reste trop souvent encore un sujet tabou. Beaucoup d’enfants avec un handicap restent isolés, voire cachés chez eux et les parents le vivent comme une malédiction, une fatalité ». Par ailleurs, au Sénégal, il existe très peu de structures spécialisées pouvant les accueillir, même si quelques-unes font un travail remarquable, comme le centre Estel. « Il est important de casser cette fatalité et de donner à ces enfants le droit à une scolarité, à l’intégration sociale, estime Jimmy. L’Etat sénégalais a voté quelques lois en faveur des personnes en situation de handicap, mais elles ne sont pas vraiment appliquées. La logique institutionnelle de l’inclusion scolaire n’en est encore qu’à ses débuts, même s’il existe beaucoup de bonnes volontés, ici ou là ».

A travers l’Association pour Enfants Handicapés au Sénégal, APEHS et son Centre Cœur Bleu à Ouakam, Jimmy a accueilli au départ essentiellement des enfants à trouble autistique. « L’autisme est encore mal connu au Sénégal, observe Jimmy. Pourtant de nouvelles approches comportementales permettent une meilleure prise en charge ». Aujourd’hui, le centre accueille également des enfants porteurs de trisomie et les jeunes sourds muets de l’association Colombin qui bénéficient de cours de langue des signes et d’alphabétisation. « J’ai beaucoup d’admiration pour Ibrahima Ndiaye qui a fondé Colombin et qui à travers des formations à la poterie, favorise l’insertion sociale de ces jeunes » confie Jimmy.

apehs enfants handicap senegal dakar ouakam autisme jimmy
L'équipe du Centre Coeur Bleu et les enfants accueillis © APEHS

Avec l’aide de travailleurs formés et bénévoles, le centre met en place des projets éducatifs individualisés et adaptés aux besoins des enfants, afin de favoriser leur intégration scolaire en milieu ordinaire. « Notre objectif premier est d’accompagner ces enfants au quotidien afin de développer leur autonomie » souligne Jimmy. Le Centre Cœur Bleu, aménagé comme une maison familiale, dispose d’une salle de motricité, d’une salle de cours, d’une cour, d’une cuisine, etc. Des jouets, livres, mots d’enfants, dessins, décorent chaque pièce de la « maison ». Elle propose l’accompagnement des enfants par des psychomotriciens, orthophonistes, éducateurs spécialisés, psychologues, instituteurs, etc.  Des artistes viennent également régulièrement au centre et des activités extérieures sont organisées, comme une découverte du roller. Parallèlement, le centre veille à soutenir et à accompagner les familles, souvent démunies face au handicap de leurs enfants. « Beaucoup de familles ont encore du mal à franchir les portes d’un centre comme le nôtre » constate Jimmy. L’an passé, jusqu’à 15 bénévoles de 8 nationalités différentes œuvraient au centre.

L’association s’est également donné pour but de former des AVS (assistant de vie scolaire) afin de pouvoir accompagner ces enfants en milieu scolaire ordinaire. « Certains enfants que nous suivons sont scolarisés le matin en milieu ordinaire, accompagnés par un AVS et l’après-midi, ils viennent au centre où un travail est effectué pour renforcer leurs compétences scolaires et sociales » explique Jimmy.

centre coeur bleu ouakam roller dakar handicap
Journée découverte au roller © APEHS

Et parce que comme souvent dans l’associatif et le handicap, l’argent est le nerf de la guerre, et parce que son centre ne bénéficie d’aucun financement institutionnel, Jimmy a lancé une cagnotte sur leetchi.com pour faire appel aux bonnes volontés. Certains mécènes l’accompagnent depuis plusieurs années, à l’image du Dakar Women’s Group ou de Cœur et Partage.

apehsdakar@gmail.com

https://www.facebook.com/associationAPEHS/

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Amiral mar 12/11/2019 - 19:07

Salut,je suis heureux de l'initiative cependant j'aimerais en tant que reporter et animateur d'émission radio sur le handicap êtres associés à ce bel exemple qui vise l'intégration

Répondre
Sur le même sujet