PRATIQUE - Tout savoir sur la conduite au Sénégal

Par Lepetitjournal Dakar | Publié le 12/10/2016 à 05:00 | Mis à jour le 07/01/2018 à 01:06

 

Comme dans tous les pays du monde, il existe tout un système en place pour obtenir son permis de conduire et circuler légalement avec le mode de transport de son choix. Le Sénégal n'est pas vraiment une exception sauf pour les modes de transports qui y existent et qui partagent les mêmes voies. Taxis, clandos, piétons, charrettes, car rapides, pousse-pousse, particuliers, bus, camions, motos et bicyclettes se partagent tous la rue pour plusieurs raisons qui souvent font de la circulation à Dakar un vrai cauchemar.

A prendre en compte lorsqu'on conduit à Dakar :

- Les taxis s'arrêtent n'importe où pour prendre des clients, y compris en pleine circulation. D'ailleurs si vous n'êtes pas sénégalais, renseignez vous sur le coût du trajet avant, sinon vous serez surfacturés.

- Les clandos (voitures « clandestines ») sont des véhicules qui datent du siècle passé et qui font encore plus de stops que les bus, donc si vous conduisez derrière eux, surtout mettez votre clignotant et dépassez les vite sinon vous arriverez en retard où que vous alliez.

- Les piétons ne traversent pas forcément au niveau du passage clouté et marche sur la route parce que les trottoirs sont souvent occupés par les vendeurs, les voitures garées dessus ou trop de sable. Au Sénégal, les piétons n'évitent pas les voitures, ce sont ces dernières qui font attention aux piétons.

- Les charrettes sont en croissance exponentielles ces dernières années donc attendez vous à les voir sur la corniche ou à vous retrouver nez à naseaux (littéralement) avec un cheval.

- Les car rapides qu'on appelle souvent « tombeaux ambulants » ont pour la plupart des problèmes de freinage. Lorsque vous les voyez arriver à grande allure, laissez les passer, vous avez plus à perdre. D'ailleurs, ils le savent, donc ils n'hésiteront pas à vous voler votre priorité. 

- Les pousse-pousse sont des planches sur roues qui ressemblent un peu à de grandes brouettes. Ils sont moins agressifs mais les routes étant étroites, ils peuvent vous retarder.

- Les dos d'âne : Notez qu'il y a également beaucoup de dos d'âne qui servent à ralentir la vitesse mais qui peuvent être parfois trop dodus donc si vous conduisez une deux-portes généralement basse, vous risquez de l'égratigner.

- Le petit camp : c'est le football de quartier, les enfants ou adolescents bloquent souvent certaines rues pour jouer au foot, donc faites attention à conduire trop vite dans les quartiers populaires.

- Les routes ne sont pas toutes en bon état. Quand il pleut, elles se dégradent encore plus vite, donc conduisez à pleins phares surtout la nuit car les routes mal éclairées peuvent être très dangereuses. 

- Les animaux divers : attention à ne jamais rouler trop vite, au risque de renverser les nombreux chats, chiens, poules (oui oui, parfois), mais aussi les moutons et vaches que l'on ne compte plus, et qui ont tendance à stationner nonchalamment au milieu de la route. 

 

N'oubliez pas, gardez votre sang froid en prenant plusieurs respirations profondes lorsque vous conduisez à Dakar et tout ira bien ! 

 

Article proposé par World of NK. 

(www.lepetitjournal.com/dakar) mercredi 11 octobre 2016

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite pour recevoir toutes nos infos sur Dakar ! 

 

logofbdakar

Lepetitjournal Dakar

L'édition de Dakar de Lepetitjournal.com, Le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Dakar !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale