Samedi 20 juillet 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Local Surfer Project : voyage dans l’univers du surf sénégalais

Par Laure Solé | Publié le 28/02/2019 à 21:00 | Mis à jour le 01/03/2019 à 09:47
Photo : Giovanni Astorino Photography - Kadhju surfant dans son spot préféré, île de Ngor
Local Surfer Project Senegali Dakar Waves Surf

Anna et Giovanni sont deux aventuriers amoureux des vagues et de la glisse. Ils ont décidé de partir à la découverte des communautés de surf dans le monde. Ils ont commencé par le Sénégal où ils ont passé trois mois, et ont publié un ouvrage mêlant découverte culturelle et passion. Ils nous offrent le récit de leurs aventures.

Interview traduite de l’anglais

Lepetitjournal.com Dakar : Qui êtes vous ?

Anna Anundi : Nous sommes un couple qui partageons une passion pour le voyage, les vagues et l’art. Je suis graphic designer, je viens de Finlande et Giovianni est photographe. Il vient de Sardaigne, en Italie. Nous nous sommes rencontrés il y a 4 ans, à Barcelone et nous y avons vécu quelque temps.

Comment en êtes-vous venus à l’idée de réaliser The Surfer Project ?

Après plusieurs années en Espagne, nous avons décidé de retourner en Finlande. Le premier été à Helsinki s’est très bien passé, cependant je ne connais que trop bien l’obscurité froide de l’hiver finlandais. J’ai commencé à penser à redescendre dans le sud ! Nous avons réfléchi à de nombreuses options, et l’idée de nous embarquer dans un voyage artistique nous a séduits.

Pourquoi avoir choisi le Sénégal comme première destination ?

J’ai lu un article d’un artiste en résidence à Saint Louis et j’ai tout de suite été saisie par les photos des incroyables paysages. Giovanni avait entendu parler des vagues sur la côte. Nous avons donc décidé de nous envoler pour le Sénégal avec l’idée de faire un livre sur la culture locale du surf. Nous étions fascinés d’avance par l’association de la culture traditionnelle sénégalaise avec celle du surf moderne.

Local Surfer Project Senegal Book Dakar Surf
Giovanni Astorino Photography - enfant jouant à la plage de Ngor

Combien de temps ont duré les préparatifs ?

Notre aventure au Sénégal n’a duré que trois mois, cependant le projet entier nous a pris un an et demi, de la préparation jusqu’à l’impression du livre.

Avez-vous bénéficié d’aides pour mener à bien votre projet ?

Nous avons eu recours à du crowdfunding (cagnotte participative) : Kisskissbankbank pour les pré-ventes du livre. Cependant nous avions déjà mis de côté de l’argent pour l’impression. Aussi, nous avons eu une bourse par Grafia ry, une association de designers en communication visuelle finlandaise, pour couvrir une petite partie des frais.

Comment avez-vous organisé votre temps au Sénégal ?

Nous avons passé les premières semaines de notre voyage à la Waaw résidence d’artistes, à Saint Louis. Puis nous sommes partis à Dakar, le paradis des surfers. La plus grande partie de notre travail porte donc sur Dakar, cependant nous avons aussi eu le temps de voyager en Casamance et de profiter des chaudes vagues du sud. L’organisation s’est étonnamment bien passée, même si bien sûr quelques petits challenges se sont imposés à nous sur la route.

Local Surfer Project Book Senegal Dakar Surf
Giovanni Astorino Photography - Giovanni et Max, sur la plage de Saint Louis, préparant la planche pour une session.

 

Pouvez-vous nous en parler ?

Dans un premier temps, nous avons dû prendre l’habitude du train de vie sénégalais, ce qui voulait dire que parfois, rencontrer certaines personnes s’avérait difficile ou beaucoup plus tard que prévu. De plus, organiser un projet autour du surf c’est s’adapter au fait que les forces de la nature jouent le rôle principal. Nous étions complètement dépendants des conditions climatiques. De ce fait, lorsqu’il y a des vagues, il faut être déterminé à prendre des photos dans l’eau, et les jours de plat à faire les interviews et discuter avec les locaux. Séjourner les premières semaines à la résidence d’artistes de Saint Louis nous a beaucoup aidés à nous acclimater aux habitudes locales. Nous avons reçu beaucoup de bons conseils pour nous adapter au pays. La langue a été source de quelques difficultés car aucun de nous ne parlait français, cependant d’une certaine manière, Giovanni a réussi à créer un genre de mélange italo-français pour communiquer. Malheureusement nous n’avons pas eu le temps d’étudier le Wolof mais nous avons appris quelques phrases basiques. Quelques-uns des surfeurs parlaient anglais et nous aidaient à traduire.

Qu’est-ce qui vous a motivés à écrire ce livre qui mêle photos, textes et illustrations ?

Nous avons toujours rêvé d’imprimer un livre, même si nous savions que cela représente un gros investissement financier. Nous avons voulu prendre le risque et le publier par nos propres moyens. Ce format représente à nos yeux quelque chose d’intemporel et de classique. Quelque part, c’est un peu comme une petite rébellion contre la rapidité du numérique des réseaux sociaux.

Local Surfer Project Book Senegal Dakar Surf
The Local Surfer Senegal book, par Anna Anundi et Giovanni Astorino

 

Quelles étaient vos attentes du Sénégal ?

Nous ne savions vraiment pas à quoi nous attendre. Nous avons commencé l’aventure avec l’esprit ouvert et sans a priori. Nous savions qu’il y avait une communauté de surf locale, mais nous avons été surpris de voir à quelle point celle-ci était développée. Les surfers étaient incroyablement talentueux et amicaux. La Térenga est fièrement représentée dans l’eau comme sur les terres. Trois mois de voyage le long des côtes nous ont laissé d’inoubliables souvenirs, de bons amis et un lieu de retour. Maintenant que tout est terminé, nous avons envoyé un colis de livres pour les surfers qui se sont investis dans le projet (Khadjou Sambe, Cherif Fall, Nalla Tall, Aziz, Papa Maget, Joseph Bagaye Diatta...). Nous étions très curieux de savoir ce qu’ils en pensaient. Heureusement, ils l’aiment autant que nous ! Eventuellement, nous aimerions retourner au Sénégal pour exposer les photos et partager l’ouvrage mais nous cherchons encore les financements pour un tel projet.

Quels sont vos nouveaux projets ?

Pour le moment nous travaillons sur un nouveau projet : les surfers de Finlande. Le contraste entre le Sénégal et la Finlande est d’ailleurs passionnant. Ce sont des pays et cultures très différents, cependant les surfers partagent le même amour pour les vagues et l’océan. Nous apprécions la diversité, de ce fait nous voulons partager toujours plus d’histoires étonnantes pour briser les images conventionnelles du monde du surf.
 

Extrait d'un chapitre du Local Surfer Book, Sénégal :

"The rain started to fall fast and the wind was blowing strong. We ran back to the car and sat in the back to watch the storm. An hour passed, and still the rain kept on going. While waiting for the weather to calm down we discussed travelling and surfing and how it seemed that the whole spotlight of the surfing scene had been taken over by the privileged elite surfers. The common image is rich western guys sponsored with cool surfboards riding the perfect waves in picture-perfect horizons. Social media is loaded with imagery of this amazing surfer life.To us these portrayals seemed generic, sexist and superficial. We were yarning for the authentic, where peoples lives were made up of passion for waves and the ocean and where surf was not the mainstream.”

Contacts :
The Local Surfer Project
Instagram
Facebook

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Vero ven 01/03/2019 - 18:22

Super projet ! Livré commandé

Répondre

Communauté

PORTRAIT D'ENTREPRENEUR

Sylvie Sagbo-Gommard, dirigeante de Sénar Les Délices Lysa

Entreprise familiale fondée en 1977 par Lydie Sagbo, Sénar Les délices Lysa, spécialisée dans la transformation d’arachides et noix de cajou, a été repris depuis 2015 par sa fille Sylvie.

Vivre à Dakar

TOP 5

Les meilleures boulangeries de Dakar

Parlons peu, parlons pain : Où trouver la meilleure baguette de Dakar ? Si celle de la boutique du coin de votre rue sait vous satisfaire au quotidien, il est appréciable de déguster du nouveau!

Comprendre le Sénégal

POLITIQUE

Dior Fall Sow et les droits des femmes : un combat acharné

Dior Fall Sow est la première femme qui fut nommée procureure de la république au Sénégal. Elle participe à l’écriture du projet de loi visant à la criminalisation du viol et de la pédophilie.

Expat Mag

Les plus belles plages de France

L’Hexagone regorge de véritables trésors, parfois ignorés ou inconnus de ses habitants. Nous vous proposons une compilation des plus belles plages de France.

Sur le même sujet