Vendredi 21 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Un air de juillet

Par Lepetitjournal Dakar | Publié le 09/07/2018 à 13:04 | Mis à jour le 09/07/2018 à 13:10
Photo : Stéphane Tourné
14-juillet-Dakar-Feu-Artifice

Le Paraguay, chantait Sardou, n’est plus ce qu’il était. L’Uruguay non plus, vous me direz et c’est tant mieux. Pas sûr cela dit que le Matador, jouât-il, eût changé quoi que ce soit au résultat de vendredi. Les gants du goal étaient trop absents, ça arrive aux plus grands et même aux plus mauvais, sans doute pour cela que le mémorable Ray Clemence gardait, lui, sa cage mains nues. Notre Onze, trop mû par son devoir sage et trop empli de son insouciance génération Y, n’y risquait que couic. C’est une belle aventure que vit la bande à la Dèche, à laquelle on croyait tous évidemment, mais secrètement et égoïstement, parce que nous Français, tout arrogants qu’on soit (et Dieu sait qu’on se donne un mal fou pour l’être), on ne la ramène pas trop vite, exprès. On est malins, on scrute. On sait bien que, jusqu’à la finale, nos buts viennent des grognards de l’arrière, incognito, comme ça, l’air de pas y toucher. La demi-volée de Pavard, la tête de Varane, ça c’est tellement bleu, tellement bon. Comme un arrière-goût de reviens-y à la Thuram ou comme l’or d’une pépite signée Laurent Blanc. La saveur improbable d’une mélodie de Belle Deschamps en somme. C’est, franchement, autre chose que nos Zimako et Pécout d’antan tétanisés à la seule idée de marquer, savait-on jamais. Autre temps.
 
Elle est belle et détendante cette coupe du monde, où on est enfin sûr de ne plus se prendre une mine allemande après 13 minutes de jeu, suivez mon noir Brésil. C’est bien ainsi ; on se dit, fût-on à moins d’un an des élections européennes, que ‘ça fait sens’, comme les diplomates quand ils veulent faire genre. C’est, en tout cas, une belle histoire que nous racontent nos Bleus, qui font parler la foudre, pour reprendre la formule osée dans l’élan par l’excellent Habib Gueye sur Canal. Il a raison, laissons la poudre aux Colombiens. En attendant, si on veut se mettre une purge demain soir, comme dirait Meunier, l’arrière droit d’en face -qui ne dort pas vraiment, c’est une sacrée histoire belge qu’on va se conter sur le sable vert, de la Panne à Malo Bray-Dunes. Voulzy en diable, en diable rouge.
 
Mais ce n’est pas de cela que je suis venu vous entretenir, et le temps passe : cette année, le 14 juillet tombe un 14 juillet. Un truisme, mais pas que. Imaginez qu’il fût tombé un vendredi 13, forcément plein d’aprioris frileux ou pire, un dimanche 15, alors que déjà la France s’époumonera en finale, galvanisée, en guise de mise en jambes royaumophobe, par ses sifflets nourris contre Froome le malaimé, qui ne l’aura pas volé le bougre.
 
Le samedi 14 juillet donc, nous vous attendons toutes et tous au lycée français Jean-Mermoz de Dakar, où la musique sera bonne, où la musique sonnera, où la musique donnera. J’allais dire et où l’andouillette fleurira,  mais l’an passé je me suis fait réprimander par une dame peu contente que je vante ostensiblement les fumets de nos terroirs de façon trop canaille. Je ne dis rien je dis que ça. Nous boirons, nous feu d’artificerons. Il suffira d’un signe.
A samedi 14 donc, qu’on se passe le mot, à partir de 19h30 et jusqu’au petit jour (pour un petit tour), pour une ritournelle endiablée, pour une soirée en chanson et enchanteur, (e), trice, teuse ? on s’y perd !
 
Ndr - Un élu ami, de terroir donc de bon sens, m’a dit un jour qu’un bon consul reste rarement plus de trois ans à Dakar. Il disait forcément vrai. Ce qui fait que je serai encore là avec vous et pour vous, après l’été et avec bonheur, pour un quatrième tour de piste. La vie est un vaudeville.
 
 
Olivier Serot Almeras
Consul général de France à Dakar

logofbdakar

Lepetitjournal Dakar

L'édition de Dakar de Lepetitjournal.com, Le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

INTERVIEW

VIVRE À DAKAR – Témoignage de Delphine, galeriste

Alors que l’art africain est en vogue sur le marché de l’art, ouvrir une galerie et poursuivre son développement sur le continent prend tout son sens.

Que faire à Dakar ?

DÉCOUVERTE

Journées Européennes du Patrimoine 2018 à Dakar

L’Ambassade de France au Sénégal participe ce samedi 15 septembre 2018 à la 35e édition des Journées Européennes du Patrimoine, dont le thème est « L’art du partage ».