David Azoulay : « Agir sur les causes qui toucheront nos enfants dans le futur »

Par Lepetitjournal Casablanca | Publié le 23/05/2022 à 02:55 | Mis à jour le 24/05/2022 à 13:53
david azoulay legislatives

Dans la perspective des prochaines élections législatives (à partir du 27 mai en ligne, 5 et 19 juin 2022 dans les urnes), lepetitjournal.com est allé à la rencontre des candidats dans chaque circonscription des Français de l’étranger.
David Azoulay, candidat indépendant à la 9ème circonscription a répondu à nos questions.

 

Pourquoi avez-vous souhaité vous présenter aux prochaines élections législatives ?

Passionné par la chose publique, j’ai commencé très tôt à réfléchir aux moyens de résoudre les inégalités auxquelles font face les Français de l’étranger. Éducation, santé, fiscalité et simplifications administratives sont des sujets qui ont marqué ma vie personnelle et professionnelle, et sont les piliers de mon programme. De leur résolution dépend l’apaisement des Français d’Afrique dans leur vie quotidienne. C’est parce que j’ai aujourd’hui les clés de compréhension et un programme d’actions que je choisis de me porter candidat dans la neuvième circonscription des Français de l’étranger.

 

Quel est votre rapport avec cette circonscription ?

Je suis un enfant d’Essaouira au Maroc. Cette circonscription, je l’ai dans mes racines. C’est ici que se sont construits mes premiers engagements de jeunesse, au service de l’humanisme et du dialogue interculturel, si clairement inscrits dans mon identité. Je dispose par ailleurs d’un réseau entrepreneurial dense, pour avoir exercé des activités en Afrique. Je souhaite le mettre au service des Français de la circonscription.

 

En quoi votre parcours est-il marqué par les préoccupations des Français de l'étranger ?

Comme beaucoup d’habitants de la circonscription, je suis un binational. J’ai passé mon quotidien et ma vie d’entrepreneur entre la France et l’Afrique. C’est en cela que je suis plus qu’un candidat de terrain, un habitant de la circonscription. Je connais parfaitement les problématiques auxquelles sont confrontés les Français établis en Afrique.

 

Comment voyez-vous le mandat de député ?

Le mandat de député repose sur deux exigences fondamentales : l’écoute et la proposition. L’écoute, c’est rester cinq ans durant au plus près des Français de la circonscription, pour entendre leurs préoccupations et les faire remonter. Cette exigence nécessite de sillonner les territoires pour être à l’écoute des problématiques spécifiques à chacun des pays de la circonscription. Je propose d’ailleurs depuis le samedi 21 mai un rendez-vous quotidien sur Zoom avec les électeurs qui souhaitent échanger avec moi. Voici le lien : bit.ly/3Nq3w2O La proposition, c’est agir à l’Assemblée nationale, par un travail permanent, et être une force de proposition sur les sujets quotidiens et fondamentaux qui animent la circonscription.

 

Quels sont, selon vous, les défis qui attendent les Français de votre circonscription ?

Les Français de la circonscription et moi-même devrons agir sur les grandes causes qui toucheront nos enfants dans le futur. Je pense évidemment au réchauffement climatique, dont il faut montrer à l'Assemblée nationale les conséquences particulières pour les Français d’Afrique, les sécheresses, les pénuries en eau… Nous devrons également agir sur l’égalité Femmes-Hommes, la modernisation des institutions et le soutien de l’Europe au développement du commerce intra africain.

 

Comment est organisée votre campagne et qui sont vos soutiens ?

Ma campagne s’organise autour d’une équipe experte et engagée, en France et en Afrique. Nous travaillons avec des acteurs locaux qui connaissent bien leur terrain et avec des jeunes qui renouvellent notre compréhension des grandes causes. Nous avons construit un programme touchant autant le quotidien des Français d’Afrique que les enjeux fondamentaux. Ma campagne s’enrichit de rencontres auprès des Français de la circonscription et de leurs représentants politiques, économiques et associatifs, qui me permettent de présenter, d’expliquer et d’enrichir mon programme. J’en fait un compte-rendu régulier sur mes fils d’actualités Twitter (d_azoulay) et LinkedIn et sur ma page web officielle (azoulay2022.fr)

 

Quels sont les axes de travail que vous souhaitez mener à bien si vous êtes élu ?

Les axes de travail sont bien définis dans mon programme à travers les quatre piliers mentionnés précédemment. Cela se concrétisera par une amélioration du système éducatif (bourses, frais de scolarité), par une unification du système de santé (certificats de vie, caisse des Français de l’étranger), par une remise en cause de la fiscalité (CSG-CRDS, dons) et par une simplification des démarches administratives pour que celles-ci ne relèvent pas d’un parcours du combattant.

 

Quel bilan dressez-vous du mandat du député sortant ?

Il ne m’appartient pas de juger les actions du député sortant, je laisse ce soin aux électeurs.

Allez-vous voter pour les prochaines élections législatives ?
Choices
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Casablanca !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale