Vendredi 14 août 2020
Casablanca
Casablanca

Independence day, Aïd el istiqlal

Par Parler Darija | Publié le 17/11/2016 à 23:00 | Mis à jour le 18/11/2016 à 09:38

 

Le 18 novembre est jour de fête nationale au Maroc pour une raison non pas religieuse mais politique. Deux évènements très importants y sont associés.

Mohammed V, héritier de la dynastie chérifienne alaouite est, en 1927, choisi par les autorités françaises comme sultan, à la mort de son père, Moulay Youssef. 


Pendant la seconde Guerre mondiale, il refusa d'appliquer les mesures antisémites décrétées par le gouvernement de Vichy et reçut le soutien du président américain Roosevelt.


Dès 1944, il soutint avec son fils, le futur roi Hassan II, l'Istiqlal, mouvement nationaliste marocain qui réclamait l'indépendance du Maroc. 


En 1947, il alla plus loin dans ses revendications avec le discours de Tanger en 1947 où il réclama l'indépendance, l'union des arabes et l'adhésion du Maroc à la Ligue Arabe (fondée en 1945) dont il fit l'apologie.

Dès lors, les relations se tendirent avec les autorités françaises et de nouvelles manifestations virèrent à l'émeute au Maroc en 1952. 
En 1953, Mohammed V fût arrêté puis déporté en Corse puis à Madagascar et son oncle, Mohammed Ibn Arafa, le remplaça sur le trône. Ces évènements soudèrent les marocains derrière leur sultan. Une vague de violences et d'attentats secoua le Maroc. 

L'aggravation de la situation en 1955 força le gouvernement français à négocier et à rappeler le sultan. Du 2 au 6 novembre 1955, après son retour en France et l'abdication de son oncle, Mohammed V signa avec le président du conseil des ministres français, Antoine Pinay, les accords de La Celle-Saint-Cloud qui mettait en place le processus de transition vers l'indépendance.

Le 16 novembre 1955, il fit son retour au Maroc avec son fils et fut accueilli triomphalement. 

Le 18 novembre 1955, jour de la fête du trône, Sidi Mohammed Ben Youssef célébra la prière du vendredi dans les ruines de la mosquée Hassan. 
Il y prononça le discours du trône en déclarant notamment "le Maroc sort du petit jihad pour s'engager dans le grand jihad", signifiant ainsi que la Maroc allait relever le défi de la démocratisation et de son développement. Une importante foule assista à cet évènement historique.

Un an plus tard, le 18 novembre 1956 marque la fin du protectorat de la France sur le Maroc et cette journée devient la fête de l'indépendance appelée Aïd el istiqlal.

Lorraine Pincemail (www.lepetitjournal.com/casablanca) Lundi 18 novembre 2013, rediffusé le 18 novembre 2015

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Casablanca ?

Top 10 des films et séries made in Africa à regarder cet été

De plus en plus convoités, les films et les séries africaines séduisent un public international. lepetitjournal.com vous propose sa sélection des pépites cinématographiques made in Africa à voir !

Sur le même sujet