Lundi 16 septembre 2019
Casablanca
Casablanca
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

AÏD EL KEBIR - "Mabrouk Aïd" à tous !

Par Parler Darija | Publié le 12/09/2016 à 00:01 | Mis à jour le 13/09/2016 à 15:58

Aujourd'hui, c'est un jour de fête pour les musulmans. C'est l'« Aïd Adha  », appelé également l'« Aïd El Kebir  » au Maroc et plus communément en français : la fête du mouton. Dans la religion musulmane, il s'agit de la fête la plus importante avec celle célébrée à la fin du ramadan. La date correspond au dernier jour du pèlerinage à la Mecque selon le calendrier hégirien.

Durant ce jour, les musulmans commémorent la soumission d'Abraham (Ibrahim dans le Coran) à Dieu (Allah), lorsque celui lui a demandé de sacrifier son fils Ismaël pour prouver sa foi inconditionnelle. Alors qu'il était sur le point d'égorger son enfant, l'ange Gabriel (Gibril) envoyé par Dieu fait descendre du ciel un mouton.

C'est pourquoi, chaque famille de confession musulmane, si elle en a les moyens, égorge un animal. De coutume, c'est un mouton ou un agneau. Dans certaines régions, une chèvre, un chameau ou une vache sont sacrifiés.

Le sacrifice doit être accompli selon des rites musulmans. Il a lieu après la prière du matin qui est particulièrement importante en ce jour saint. Puis, quand l'Imam a effectué son premier sacrifice, les fidèles musulmans peuvent à leur tour égorger leur animal acheté préalablement.

Traditionnellement, c'est au chef de famille de manier le couteau. La nouvelle génération n'étant pas très à l'aise à l'idée d'égorger un animal, c'est un oncle, un voisin ou un boucher qui effectue le rite, pour ensuite, laisser place aux femmes qui prépareront un merveilleux festin.

Cette année, il fallait prévoir près de 2500 dirhams pour un mouton. C'est une somme importante pour beaucoup de foyers. Certains ont économisé une année entière ou souscrit un crédit pour pouvoir se l'offrir. Il est souvent acheté plusieurs jours, voire plusieurs semaines à l'avance et est gardé par l'éleveur ou le vendeur jusqu'au jour sacré.

A Casablanca et dans tout le pays, depuis quelques jours, il était impossible de ne pas croiser un troupeau de moutons. Ils sont parqués dans les terrains vagues, les parkings de supermarché, au marché et dans tous types de locaux en attendant le sacrifice. La ville est en pleine ébullition. Les magasins et les marchés sont pris d'assaut et les citadins rejoignent peu à peu leur région d'origine.

L'« Aïd Adha » est avant tout un moment de partage entre les membres d'une famille, les amis et le voisinage, mais également avec les plus nécessiteux. Pour chaque sacrifice, un tiers de la viande doit être offert à un foyer n'ayant pu s'offrir un animal à égorger ou une association s'occupant des plus démunis : orphelinat, maison de retraite, association pour personnes handicapées etc.

Bonne fête à tous !

Nadia JACQUOT (www.lepetitjournal.com/casablanca) jeudi 24 septembre 2015

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Jean-Paul Demoule : les multiples facettes de l'archéologie

Jean-Paul Demoule est professeur émérite de protohistoire européenne à l’université de Paris I (Panthéon-Sorbonne) et membre honoraire de l’Institut Universitaire de France.

Sur le même sujet