Lundi 16 septembre 2019
Casablanca
Casablanca
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

AÏD AL KEBIR – La journée type d’une famille marocaine

Par Parler Darija | Publié le 13/10/2013 à 22:00 | Mis à jour le 14/10/2013 à 06:19

L'Aïd Al-Kebir signifie "la grande fête" car c'est la fête la plus importante du calendrier musulman. On l'appelle aussi l'Aïd al-Adha, la "fête du sacrifice". Ce jour-là, dans chaque famille musulmane qui peut se le permettre, un mouton est sacrifié. Lepetitjournal vous explique pourquoi et vous décrit la journée dans une de ces familles.

Cette fête célèbre la dévotion d'Ibrahim, l'Abraham judéo-chrétien, à qui Dieu aurait demandé de sacrifier son fils (Ismaël pour les musulmans, Isaac pour les chrétiens et les juifs) sur un autel.
Au moment de passer à l'acte, Dieu aurait envoyé un mouton par l'entremise de l'Archange Gabriel pour remplacer le fils d'Ibrahim. Les musulmans sont donc invités au cours de l'Aïd el-Kebir à sacrifier un mouton selon un rite précis.

Quelques temps avant la grande fête, les marchés sont en pleine effervescence, bien évidemment pour l'achat du mouton mais aussi du côté des marchands d'épices et des ustensiles de cuisine.
L'achat du mouton se négocie âprement, d'autant que les prix ont tendance à flamber. En principe, n'achètent et ne tuent le mouton que les personnes qui en ont les moyens. Mais pour les familles pauvres, la fête de l'Aïd et LA fête de l'année et ils font tout pour pouvoir s'offrir leur mouton, quitte à s'endetter. Actuellement à Casablanca, il faut compter au moins 1500Dhs pour un mouton (environ 130 euros), le prix pouvant grimper à 4500Dhs (400 euros) pour un animal costaud et "beldi".
L'Aïd est traditionnellement la période de l'année où l'on rachète des épices frais. Elles sont très nombreuses et variées (voir notre article). Les générations d'avant achetaient leurs épices et les moulaient eux-mêmes. Aujourd'hui, dans les épiceries (l'7anout), les épices sont choisis et sont moulus sous les yeux des clients pour garantir la qualité des mélanges. Elles sont souvent accompagnés d'oignons dans la cuisine, d'où les grandes quantités vendues lors de la fête.
A côté de cela, vous trouverez des montagnes d'ustensiles de cuisines, surtout en plastique : bassines, saladiers, braseros et charbon etc? renouvelés principalement à cette période de l'année.

Le matin de l'Aïd, les familles restent bien souvent chez elles. Les femmes entrent très tôt en cuisine pour préparer les repas de la journée. Après la prière de l'Aïd qui a lieu vers 8H00 sur de grandes places à ciel ouvert, les musulmans disposent de quelques heures pour tuer le mouton avant la prière de 12H30.

Dans les rues désertées, vous remarquerez des bouchers avec long couteau et tablier ensanglanté, courir de maison en maison, pour proposer leurs services. Viendra ensuite le manège des charrettes venant récupérer les peaux de bêtes. Et dans l'air, planera une odeur de poil grillé? Pendant que cet étrange ballet s'offre à notre regard, les cuisines des maisons sont envahies, bruyantes et fumantes. Une fois l'animal dépecé, ses abats (foie, c?ur, reins) seront immédiatement mis en brochettes et dégustés au déjeuner tandis que les tripes du mouton seront souvent servies le soir.

Les plats principaux de l'Aïd sont les brochettes, les tagines, l'épaule de mouton farcie au four, le couscous, les fruits et pâtisseries.
L'après-midi sera consacré aux visites à la famille ou aux amis. Le soir sera alors l'occasion de manger un couscous.
Le lendemain, la tête du mouton, après avoir été grillée sur un brasero pour la nettoyer, sera cuite à la vapeur puis mangée. De même, ce n'est que ce jour-là que la viande commencera à être mangée. 1/3 du mouton doit être offert à une personne modeste qui n'a pu acheter son propre mouton.

L'Aïd est donc une fête avant tout familiale, sans musique ni folklore particulier.
« 3id moubarak s3id » !!

Lorraine Pincemail (www.lepetitjournal.com/casablanca) Lundi 14 octobre 2013

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Jean-Paul Demoule : les multiples facettes de l'archéologie

Jean-Paul Demoule est professeur émérite de protohistoire européenne à l’université de Paris I (Panthéon-Sorbonne) et membre honoraire de l’Institut Universitaire de France.

Sur le même sujet