Mardi 20 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Pénurie de main d'œuvre Canberra étend les visas des jeunes étrangers

Par AFP | Publié le 05/11/2018 à 07:47 | Mis à jour le 05/11/2018 à 12:45
Photo : copyright David Rizet-Blancher
extension visa Australie

L'Australie a annoncé lundi l'extension des visas vacances-travail accordés aux jeunes étrangers afin de faire face à la pénurie de main d'œuvre du secteur agricole.

 

Ces visas dits "routards" sont ainsi portés de un à trois ans à condition que les jeunes travaillent dans l'agriculture pendant au moins six mois.

Plus de 200.000 visas vacances-travail ont été octroyés en 2017-18, les Britanniques, Allemands et Français formant le gros des troupes des 45 nationalités susceptibles de bénéficier du programme. 

Jusqu'alors, les titulaires pouvaient passer une seconde année en Australie à condition de travailler dans la région reculée du Territoire du Nord.

Les nouvelles règles ont été annoncées par le Premier ministre Scott Morrison lors d'une visite dans des localités rurales de l'Etat oriental du Queensland.

A partir de juillet 2019, les jeunes étrangers pourront rester trois ans dans l'immense île-continent s'ils passent six mois à travailler dans certaines régions rurales souffrant de pénuries de main d'œuvre particulièrement sévères.

Depuis 2017, le gouvernement conservateur au pouvoir restreint la portée des visas de travail temporaires accordés aux étrangers dans le cadre de sa politique d'immigration draconienne. 

Mais certaines régions se sont plaintes de manquer de bras au moment des récoltes, notamment dans la partie rurale du Queensland, Etat qui sera crucial pour la coalition conservatrice au pouvoir au moment des législatives qui auront lieu avant mai.

L'Université de Nouvelle-Galles du Sud avait montré la semaine dernière dans une étude que la plupart des étudiants internationaux et routards étrangers travaillant en Australie ne touchaient qu'une fraction du salaire minimum.

"Notre étude a confirmé que l'Australie compte une vaste sous-classe silencieuse de travailleurs migrants sous-payés", avait expliqué la professeure Bassina Farbenblum. "Les salaires impayés sont vraisemblablement supérieurs à un milliard de dollars australiens."
 

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet