Mardi 14 août 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Nos 10 graffitis préférés dans la Candelaria

Par Nicolas BAGGIONI | Publié le 22/07/2018 à 19:38 | Mis à jour le 22/07/2018 à 19:50
Photo : Nicolas Baggioni
streeat art bogota la candelaria Bogota colombie Colombia tagg graph graffiti peinture rue art urbain

Il y en a partout. Chaque ruelle de la Candelaria est peinte de mille couleurs. Impossible de tourner la tête sans voir un de ces fameux graffitis, si réputés dans la capitale. Derrière ces tags se cachent de petits comme de grands artistes. La plupart essayent de faire passer un message, d’autres sont là juste pour le style.

 

Crédit Photo : Nicolas Baggioni

 

Certains les qualifient d’oeuvres d’art, d’autres de vandalisme. Quoi qu’il en soit, le graffiti à Bogota est une réelle institution. Elles n’auraient pu être que de simples ruelles, elles se sont vite transformées en un musée à ciel ouvert. 

 

Ils sont très peu à se partager les murs. Les “graffeurs” Colombiens, on pourrait presque les compter sur les doigts de la main. Il y a Guache, Toxicomano, Rodez, ou encore DJLU. Ces appellations ne vous disent rien, pourtant, elles sont gravées aux quatre coins de la ville.

 

Nos 10 graffitis préférés dans la Candelaria :


 

  1. La danse des colibris

 

Ce mur à triplé de valeur depuis le passage en 2016 de Calito Taqui. Cet artiste mondialement connu a souhaité peindre un des animaux emblématiques de la Colombie : le colibri. Aujourd’hui, le graffeur continue sa passion, à côté de sa deuxième profession : professeur d’arts. 

 

Crédit Photo : Nicolas Baggioni

 

2) Le défenseur masqué 

 

Il est venu de Los Angeles pour trouver la pierre parfaite. Kip-Top, l’Américain baroudeur, a parcouru l’Amérique du sud afin de partager sa passion. Bonne intention, même si sa création va bientôt être détruite. Mauvais mur..

 

Crédit Photo : Nicolas Baggioni

 

3) Sourire innocent

 

Cet enfant, c’est celui de Kiki. Il vit à Bogota aux côtés de son père. Cet artiste Argentin a sans doute souhaité immortaliser l’image de son fils. C’était en décembre dernier lorsque les briques rouges de ce mur ont laissé place à un univers sous-marin. 

 

Crédit Photo : Nicolas Baggioni

 

4) Bogotazo

 

Ici repose l'effigie du politique Jorge Eliécer Gaitan, assassiné en 1947. En pleine course présidentielle, cet homme était sur le point de remporter l’élection. Son meurtre a déclenché une période violente dans toute la Colombie. À Bogota, on l’a appelle “le Bogotazo”. Près de 1900 personnes y ont perdu la vie. Le collectif de graffeurs Vertigo a voulu que cette cette partie de l’histoire ne tombe pas dans l’oubli.

 

Crédit Photo : Nicolas Baggioni

 

5) L’indigène

 

On le reconnaît par la taille de ses oeuvres et par son style. Guache est l’un des artistes de rue les plus connus de Bogota. Ce qu’il aime peindre, c’est la culture indigène. Lui-même a pour habitude de se consacrer à des projets éducatifs dans les tribus  autochtones. C’est là-bas qu’il trouve toute son inspiration.

 

Crédit Photo : Nicolas Baggioni

 

6) Le parc des Muiscas

 

La ville leur a donné un lieu, Rodez et ses deux enfants, Nomada et Malegria, l’ont recouvert de peinture. Un projet de famille qui a duré 50 jours. Le but : faire découvrir la culture des Muiscas, un peuple indigène d’Amérique centrale. Rodez, le père, parcours le monde entier pour laisser sa signature : de multiples yeux, de toutes les couleurs.

Crédit Photo : Nicolas Baggioni

 

7) L’anarchisme à l’état pur

 

Toxicomano, c’est le nom de ce collectif. Ils se revendiquent de la culture punk rock, et parcourent le monde pour transmettre leurs messages. Généralement, il s’agit de pousser un “coup de gueule” politique afin de dénoncer les problèmes sociaux qui touchent la Colombie.

 

Crédit Photo : Nicolas Baggioni

 

8) Le chef Muisca

 

A Bogota, il n’y a pas que du graffiti, il y a aussi des sculptures. Celle-ci représente le leader du peuple indigène des Muiscas. A l’époque où le pays n’était pas encore conquis par les Espagnols, les Autochtones vivaient sous les règles de la confédération des Muiscas. Ce chef dirigeait alors la Zipa, soit la partie sud de Bacaya [ancien Bogota, ndlr].

 

Crédit Photo : Nicolas Baggioni

 

9) Regard pensif

 

Cette indigène qui lève les yeux vers le ciel, c’est Carlos Trilleras qui l’a dessinée. Une oeuvre réalisée aux alentours de 2011. Aujourd’hui encore, l’artiste est présent aux marchés du dimanche pour peindre sur des tee-shirts. Avis à ceux qui souhaitent garder un souvenir de la Colombie.

 

Crédit Photo : Nicolas Baggioni

 

10) La belle et les bêtes

 

A droite, c’est Guache. A gauche, c’est Rodez. Ces deux hommes ont partagé un mur pour réaliser une oeuvre commune. A l’intérieur du bâtiment vous pourrez retrouver le magasin d’un des deux artistes. A vous d’aller découvrir duquel il s’agit..

 

Crédit Photo : Nicolas Baggioni

 

Mais est-ce légal ? Oui. Du moins depuis 2011. Lorsqu’un jeune artiste de 16 ans se fait tirer dans le dos par un policier. Pris sur le fait, en train de taguer sous un pont. S’en sont suivies d’importantes  manifestations. Depuis, la ville et ses habitant dédient à ces artistes de rue de nombreux espaces pour exprimer leur liberté d’expression. Mais attention ! A Bogota, on ne graffe pas n’importe où. Celui qui s’aventure hors des espaces dédiés risque de voir son oeuvre détruite ou recouverte !
 

*Les titres attribués à ces oeuvres ont été choisis par Lepetitjounal, faute d'appellation officielle. 

Nicolas Baggioni

Nicolas BAGGIONI

Reporter & community manager pour Lepetitjournal.com - Journaliste multisupports, il maîtrise l'écriture, le son et l'image. Passionné de géopolitique et d'actualité internationale, il parcourt le monde à la recherche de nouvelles histoires.
0 CommentairesRéagir

Vivre à Bogota

ENVIRONNEMENT

Créer une réserve naturelle, le projet vert d'Umstanda 

La Colombie abrite 20% de la biodiversité animale et végétale au monde. A lui seul le “pays du café” concentre quelque 1550 espèces d’oiseaux ainsi que 33 parcs nationaux et 6 “sanctuaires” de faune e

Sur le même sujet