Jeudi 2 décembre 2021
TEST: 2243

Joel Doglioni : « Être un facilitateur légitime »

Par Damien Bouhours | Publié le 19/05/2021 à 00:00 | Mis à jour le 19/05/2021 à 00:00
Joel Doglioni et la liste d’Action et Solidarité en Colombie

Joel Doglioni est tête de liste d’Action et Solidarité en Colombie pour les élections consulaires 2021 pour la Colombie. Il revient avec nous sur son programme. 

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques phrases ?

Arrivé en Colombie au milieu des années 80 comme jeune cadre d’un groupe français, j’ai été conseiller à l’Assemblée des Français de la zone andine de 2003 à 2014, puis conseiller consulaire de Colombie jusqu’à 2021.

Depuis un an, la crise du COVID a bouleversé mon quotidien d’élu et de chef d’entreprise. Je me suis démultiplié pour fournir à mes compatriotes des conseils administratifs et pratiques ainsi qu’un véritable soutien psychologique car il y en avait souvent grand besoin. En tant que membre du Conseil consulaire pour la protection et l’action sociale, j’ai plaidé sans relâche auprès des autorités consulaires et diplomatiques pour que soit prise en compte l’ampleur des drames qui remontaient de partout. Je le dis à l’imparfait mais le présent serait tout aussi adapté car cette pandémie est pour nous tous une épreuve très actuelle et sans précédent sur le plan humain, social et économique. Face à une telle situation, notre communauté française doit donc avoir à ses côtés des représentants engagés, expérimentés, capables aussi de disposer d’un contact facile avec Paris. C’est pour cela que j’ai appelé ma liste « Action et Solidarité en Colombie », car c’est un titre qui résume la philosophie de ma candidature.

Comment avez-vous constitué votre liste ?

« Action et Solidarité en Colombie » réunit des femmes et des hommes de différentes générations qui ont la même passion de servir que moi et ce au moment où nos compatriotes français et binationaux subissent en Colombie la crise sociale la plus dure depuis la guerre.

Plus que jamais, le mandat électoral est donc une charge qu’il faut assumer avec humilité et un sens profond des responsabilités. Mes colistiers et moi partageons cette notion de service, mais aussi une même conviction politique. C’est pourquoi notre liste « Action et Solidarité en Colombie » est soutenue par La République en Marche, le MODEM et le Parti Radical, trois partis qui expriment en France les valeurs du centre.

Quel est selon vous le plus grand défi auquel font face les Français de Colombie ?

C’est incontestablement les effets de la crise sociale. Malgré les aides mises en place par la France, nombreux sont ceux qui ont pris cette crise de plein fouet. Je pense en particulier aux restaurateurs, aux commerçants, aux hôteliers, aux jeunes qui démarraient une activité. Des centaines de familles françaises et binationales ont basculé dans une incertitude économique angoissante. C’est à cette situation qu’il faut s’attaquer pour permettre au plus grand nombre de retrouver un espoir.

Que représente pour vous la mission principale de conseiller des Français de l'étranger ?

La mission principale d’un conseiller des Français de l'étranger c’est d’être un facilitateur légitime. Un facilitateur parce que quand vous vivez à l’étranger vous rencontrez automatiquement des difficultés en matière administrative, juridique, sociale et fiscale. Sans parler de l’éducation de vos enfants. Il vous faut en quelque sorte un traducteur, un facilitateur et c’est le rôle du conseiller. Mais j’insiste aussi sur le terme de « légitime ». C’est parce que je suis élu que je peux rendre ce service, c’est le mandat électoral qui fait que je peux être écouté, notamment des administrations françaises, là où ma seule bonne volonté ne suffirait pas.

Pouvez-vous nous détailler les grands axes de votre programme ?

La clé de mon programme c’est de faire comprendre aux administrations françaises que les Français de Colombie ne sont pas des privilégiés et que la crise COVID les a profondément déstabilisés parce qu’ils sont éloignés des filets sociaux de l’Hexagone. Tout ce que je propose est basé sur cette réalité, à commencer par les initiatives très concrètes que je souhaite promouvoir, comme la création d’un réseau collaboratif « La France en Colombie j’achète ! » pour nous permettre de privilégier nos compatriotes commerçants et artisans. Je propose également de faciliter l’accès à la Chambre de Commerce et d’Industrie France-Colombie à tous ceux qui sont dans une démarche de création d’entreprise parce que ce n’est qu’en relançant la machine qu’on se sauvera individuellement et collectivement. Je plaiderai également, cette fois à Paris en tant que membre du conseil d’administration de la CFE, pour que notre Caisse des Français de l’étranger adapte son offre aux conditions du moment et ouvre en particulier ses contrats aux jeunes entrepreneurs et aux indépendants.

 

Action et Solidarité en Colombie

Joël Doglioni

Agnès Desplechin

Jean-Marc Cesaire

Diana Santana

Raymond Aubourg

Ana Maria Moreno

 

Pour en savoir plus sur les élections consulaires et les autres listes : Elections consulaires : modalités de vote et candidats en Colombie

Nous vous recommandons
Damien Bouhours

Damien Bouhours

Diplômé de sociologie à l'Université de Nantes et Tromsø (Norvège), il a vécu plus d'une décennie en Asie du Sud-Est (Laos et Thaïlande). Il a rejoint lepetitjournal.com en 2008 dont il est directeur éditorial et partenariats.
0 Commentaire (s) Réagir

Expat Mag

Lima

Juli, la "petite Rome d'Amérique"

Sur les rives du lac Titicaca, à une heure de trajet de Puno, capitale de la région, Juli doit son surnom à l’intense ferveur religieuse et à toutes les églises que l'on peut y trouver.