Mardi 25 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

COMMUNAUTE - Passer sa retraite en Tunisie

Par Lepetitjournal Tunis | Publié le 25/10/2017 à 00:00 | Mis à jour le 07/06/2016 à 20:45
retraite

De plus en plus d'européens choisissent de passer leur retraite au soleil, et souvent à l'étranger. La Tunisie est très prisée par les retraités qui ont envie de changement, de dépaysement ou plus simplement pour des raisons économiques

Certains couples habitent une belle villa sous le soleil, près de la mer, alors qu'ils ont une retraite modeste. Les loyers modérés de la Tunisie par rapport à l'Europe permettent cette qualité de vie. Quelques milliers de Français sont déjà partis profiter d'une retraite paisible et ensoleillée en Tunisie.

Ces pionniers font école. "Nous sommes de plus en plus souvent consultés par des retraités désireux de s'installer au Maroc ou en Tunisie", reconnaît-on à la Maison des Français de l'étranger qui dépend du ministère des Affaires étrangères et renseigne les candidats à l'expatriation. Formalités, impôts, assurance maladie : bien préparée, l'installation est relativement facile.

Carte de séjour

Il vous faudra ouvrir un compte en dinars dans une banque tunisienne, et y verser par virement mensuel une 
somme au moins équivalente à vos besoins, d'un minimum de 400 euros. Puis déposer une demande de carte de séjour auprès d'un bureau de police muni de l'attestation bancaire, du passeport, d'une attestation de propriété (location ou achat) et de 4 photos. La carte délivrée est valide pour une période d'un an et pourra être renouvelée.

Pension et impôts

Côté retraite, partir à l'étranger ne vous empêchera pas de percevoir votre pension (seule l'allocation supplémentaire, c'est-à-dire le minimum vieillesse, est réservée aux résidents en France). Vous demandez, au choix, à votre caisse de continuer à la verser sur votre compte bancaire en France ou, au contraire, sur un compte ouvert dans votre nouveau pays.

Côté impôts, vous continuerez à les payer en France si vous y séjournez plus de cent quatre-vingt-trois jours par an ou, à défaut, si votre foyer et vos intérêts économiques sont situés dans notre pays. Par exemple, si tous vos biens ou votre famille sont restés en France, vous pouvez être imposé ici même si vous vivez cent quatre-vingt-quatre jours par an à l'étranger.

Si vous ne remplissez aucune de ces conditions, votre imposition dépendra de la convention fiscale signée entre la France et votre pays d'accueil. Lisez-la, c'est la seule façon de savoir comment seront taxés vos revenus. Ces conventions, disponibles sur le site Internet du ministère des Finances fixent en effet la répartition des taxes entre les deux États.

Couverture sociale

Du fait de votre départ de France, vos frais de santé ne sont plus couverts par l'Assurance Maladie. Néanmoins, des dispositifs existent pour vous permettre de bénéficier d'une prise en charge de vos soins dans votre nouveau pays de résidence.

Certains États (hors UE/EEE) ont signé une convention de sécurité sociale avec la France pour permettre aux retraité(e)s affilié(e)s au régime français et résidant sur leur territoire de pouvoir se faire rembourser leurs frais de santé.
Pour savoir si vous pouvez bénéficier de la prise en charge de vos soins, renseignez-vous rapidement auprès de votre caisse d'Assurance Maladie ou du Centre des liaisons européennes et internationales de sécurité sociale (Cleiss) - voir « Sites utiles » ci-contre.

Vous pouvez également adhérer à la Caisse des Français de l'étranger (CFE) - voir « Sites utiles » ci-contre - ou contacter une compagnie d'assurance privée pour bénéficier d'une prise en charge complémentaire de vos frais de santé.

En savoir plus sur le site Ameli.fr

Lire également Le Cnarefe, au service des Français de l'Etranger

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet