Soyez une femme en bonne santé grâce à la phytothérapie !

Par Article Partenaire | Publié le 13/10/2022 à 00:00 | Mis à jour le 20/10/2022 à 21:08
Photo : La santé des femmes est notamment liée à la sécrétion d'hormones.
femme bonne santé

Depuis plus de 20 ans, le centre de phytothérapie Wilcaccora, près de Varsovie, réunit des scientifiques et des médecins aidant des femmes souffrant de maladies de civilisation à retrouver la santé.

 

Les scientifiques confirment les différences entre les sexes dans l'évolution de nombreuses maladies (National Institutes of Health, USA). Des études européennes montrent que les femmes meurent plus souvent de maladies cardiovasculaires et d'accidents vasculaires cérébraux, qu'elles souffrent plus souvent de dépression, de la maladie d'Alzheimer, d'asthme, de maladies auto-immunes (notamment la maladie de Hashimoto), de lupus érythémateux, de cirrhose primaire du foie. L'insomnie les touche également plus fréquemment. En revanche, le cancer colorectal se déclare plusieurs années plus tard chez les femmes que chez les hommes (études du professeur Giovanelli Baggio, hôpital universitaire de Padoue). La santé des femmes est notamment liée à la sécrétion d'hormones.

Il existe depuis plus de 20 ans un centre à Łomianki près de Varsovie, en Pologne, qui poursuit l'œuvre d’un compatriote, le père salésien Edmund Szeliga, fondateur de l'institut IPIFA au Pérou. Ce centre, qui s’appelle le Centre de phytothérapie Wilcaccora, réunit des scientifiques, des pharmaciens et des passionnés de phytothérapie - des médecins qui aident les personnes souffrant de maladies de civilisation à retrouver la santé.

Lepetitjournal.com/Varsovie : Depuis plus de 20 ans, vous avez mis au point des traitements uniques utilisant des plantes médicinales spécialement sélectionnées. D'où tirez-vous votre expertise ? La connaissance des herbes d'Amazonie est souvent mystérieuse - la jungle amazonienne, les curranderos...

Marta Skolmowska : Nous avons acquis nos connaissances des plantes amazoniennes à l'institut IPIFA. Son fondateur était aussi un Polonais, le père Edmund Szeliga - un missionnaire qui a beaucoup apporté à la phytothérapie mondiale. Il a appris des Indiens d'Amazonie. Johann Wolfgang von Goethe a écrit avec justesse à propos de personnes comme lui : "ce n'est pas un médecin en robe longue qui nous instruit du haut de sa chaire, c'est un homme qui erre, prête l'oreille, s'interroge et nous transmet son savoir de manière passionnée".

 

Lepetitjournal.com/Varsovie : Avez-vous dans votre "herboristerie" des préparations naturelles pour ce que l’on appelle les maux féminins ?

Marta Skolmowska : Oui, tout à fait. Tout d’abord, je voudrais mentionner la plante Maca (Lepidium meyenii). Elle rétablit l'équilibre biologique, régule l'axe hormonal, soulage les troubles de la ménopause, notamment les bouffées de chaleur et les sautes d'humeur.

 

Wilcaccorra
La plante Maca (Lepidium meyenii)

 

lepetitjournal.com/Varsovie : Et que dire des gonflements, qui sont une conséquence des fluctuations hormonales ?

Marta Skolmowska : Le Manayupa (Desmodium molliculum) élimine l'excès d'eau, calme et détoxifie.

 

Lepetitjournal.com/Varsovie : Une maladie de la femme moderne est le syndrome de Hashimoto. Vous pouvez aider les femmes qui en sont affectées ?

Marta Skolmowska : Nous avons des spécialistes qui s'occupent de cette pathologie et nous avons obtenu de grands succès en soutenant le traitement de l'adénome thyroïdien et de l'hyper- et hypothyroïdie.

 

Lepetitjournal.com/Varsovie : Les femmes sont intrinsèquement sujettes aux infections urinaires. Que faire dans une telle situation ?

Marta Skolmowska : Oui, c'est vrai. Les femmes y sont plus sujettes que les hommes. C'est une question d'anatomie, et plus précisément d'urètre court, par lequel les bactéries pénètrent rapidement dans la vessie. Au Pérou, nous avons appris à connaître plusieurs plantes pour ces maux, comme le Chanca piedra (Phyllanthus niruri), le Copaiba (Copaifera), le Sangre de drago (Croton lechleri).

REMARQUE : Aucune maladie grave ne doit être traitée uniquement par soi-même. La phytothérapie de soutien n'est qu'un complément au traitement pharmacologique.

 

Lepetitjournal.com/Varsovie : Peut-on donc soutenir par la phytothérapie le traitement de maladies telles que l'endométriose ? Selon les statistiques mondiales, cette maladie touche près de 180 millions de femmes.

Marta Skolmowska : On parle d'endométriose, ou d'adénomyose externe de l'utérus, lorsque la muqueuse de l'utérus migre vers l'intérieur du corps, ce qui entraîne des menstruations vers l'intérieur (pour plus d'informations à ce sujet, consultez le site). Il existe une plante amazonienne qui peut aider les femmes atteintes d'endométriose : l’Abuta (Abuta grandifolia), connue au Pérou comme "l'herbe des sages-femmes" pour son efficacité dans toutes les maladies féminines et bien plus encore. Les décoctions de l'écorce de cette plante aident à soigner l'endométriose, les mycoses, les menstruations douloureuses, aident à traiter l'infertilité, mais aussi les arythmies cardiaques. Les alcaloïdes qu'elle contient (berbérine, cis-sampelina, palmatine et autres) éliminent les inflammations, y compris celles de l'endomètre (la muqueuse de l’utérus).

 

Lepetitjournal.com/Varsovie : Pouvez-vous citer un cas dans lequel l’aide que vous avez apportée a fonctionné ?

Marta Skolmowska : Oui, et un cas très grave : une femme de 35 ans - deuxième fausse couche, à la suite de laquelle elle a développé une encéphalopathie hydatiforme - une maladie trophoblastique persistante (l'encéphalopathie hydatiforme, du latin mola hydatidosa, hydatis - goutte d'eau, est une forme bénigne de maladie trophoblastique gestationnelle. Elle résulte d'une fécondation anormale d'un ovule qui se développe dans l'utérus). Après l'ablation de l'hidatidosa, le taux de hCG de la femme, l'hormone qui est libérée après la fécondation de l'ovule, est resté élevé. Dans ce cas, l'hCG augmentait malgré l'ablation du myome pour atteindre un niveau de 165 mlU/ml. Les médecins ont utilisé du Méthotrexate. Comme tout médicament, il peut provoquer un certain nombre d'effets secondaires. Les patientes utilisant du méthotrexate ont des nausées, des diarrhées, de l'herpès, des ulcérations des gencives et une perte de cheveux. La femme qui a utilisé notre traitement ne s'est plainte d'aucun effet secondaire. Les herbes et les préparations naturelles ont renforcé son système immunitaire, nettoyé son foie et activé ses reins, désacidifié son corps, et il n'y a eu aucune perturbation dans ses paramètres morphologiques. Au cours du traitement et du soutien par les plantes, le taux de hCG a d'abord fluctué et la maladie a progressé vers un cancer, mais après l'introduction d'un traitement intensif par les plantes, l'hormone est tombée à zéro et les oncologues n'ont donc pas administré de la chimiothérapie dite rouge.

 

lepetitjournal.com/Varsovie : Le cancer du col de l'utérus est le deuxième cancer le plus fréquent chez les femmes après le cancer du sein. Pouvez-vous soutenir son traitement avec vos plantes ?

Marta Skolmowska : La prévention est importante ici. La principale cause du cancer du col de l'utérus est l'infection par le papillomavirus humain HPV. La vilcacora (Uncartia tomentosa), le Tahuari (Tabebuia ochracea), les préparations d'Inkas Czaga Esperanza (combinaison de vilcacora et de polypore de bouleau noir), le Ganomix (combinaison de vilcacora et de spores du champignon Reishi) et d’autres préparations vous aideront.

 

 

Ganomix

 

Lepetitjournal.com/Varsovie : C'est bien connu, les femmes veulent rester belles et en bonne santé le plus longtemps possible. Y a-t-il un moyen de le faire ?

Marta Skolmowska : Nous avons produit une série de cosmétiques à base de nos herbes, notamment l'extrait de Reishi (Ganoderma lucidum). Les effets de rajeunissement sont visibles après un mois seulement.

 

Lepetitjournal.com/Varsovie : Tout cela semble optimiste. Alors, que puis-je souhaiter à vos patientes... et à vos patients ?

Marta Skolmowska : Qu’ils soient guidés par la vieille maxime : "Un homme sage anticipe une maladie quand elle n'est pas encore présente. Mais lorsqu'il tombe malade, il la soigne au plus tôt pour éviter qu'elle ne se développe".

Merci pour l'interview.

Marta Wilcaccorra
Avec Marta Skolmowska, propriétaire du centre de phytothérapie Wilcaccora à Łomianki.

Consultation par téléphone : +48 22 751 6507 et par e-mail :  vilcacora@biorelax.pl

 

 

 

 

Sur le même sujet

Article Partenaire

Les “articles partenaires” ne sont pas des articles de la rédaction de lepetitjournal.com. Ils sont fournis par ou écrits sur commande d’un annonceur qui en détermine le contenu.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Varsovie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Bénédicte Mezeix

Rédactrice en chef de l'édition Varsovie.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale