Samedi 23 janvier 2021

La Pologne, une superpuissance des échecs

Par Emma Monbrun | Publié le 06/01/2021 à 16:38 | Mis à jour le 07/01/2021 à 11:52
echecs Pologne

La récente victoire du jeune Polonais battant le champion du monde d’échecs et le succès de la série “Le Jeu de la dame” nous rappellent que la Pologne a terminé à de nombreuses reprises sur le podium des tournois mondiaux d'échecs. Revenons sur cet âge d’or pour la Pologne.

 

Pendant l'entre-deux-guerres, les échecs étaient approuvés par Józef Piłsudski comme un passe-temps digne que tous les citoyens polonais devaient pratiquer.

 

La mémorable victoire de Hambourg

L’Olympiade mondiale se déroulant à Hambourg en juillet 1930 a été la première où les pros pouvaient jouer. Elle comptait 18 équipes nationales. L’équipe polonaise a réussi à battre les champions en titre hongrois et ainsi à obtenir l’or. Le périodique “Świat Szachowy” décrivait la victoire polonaise par les mots suivants: “Les principaux gagnants sont Rubinstein et Tartakower. Rubinstein a terminé le tournoi sans défaite. Nos joueurs ne nous ont pas laissé tomber”.

 

L’équipe polonaise victorieuse

Akiba Rubinstein, ou le joueur le plus performant (13 victoires, 0 défaite, 4 nuls)

Né en 1880, c’est adolescent qu’il tomba amoureux des échecs. Quand il déménagea à Łódź, la ville était à l’époque une plaque tournante importante pour le monde des échecs. En 1909, il remporta pour la deuxième fois le championnat de Russie. En 1912, il remporta tous les tournois d'échecs auxquels il participa. En 1927, il devint le champion de son pays natal. Rubinstein était un génie absolu en phase de fermeture du jeu. Il était difficile de trouver un joueur aussi efficace que lui.

 

Ksawery Tartakower, ou la deuxième force motrice de l'équipe

Né en 1887, c’est son père qui lui apprit à jouer aux échecs. Après la Grande Guerre, Tartakower a participé avec succès à de nombreux tournois. Il faisait partie des dix premiers joueurs mondiaux. Le quotidien Kurier Warszawski le présente en 1927 comme “un joueur d’échecs dangereux, ingénieux sur le plan psychologique et vif.” Dans les années 1930, il représenta la Pologne à six Olympiades, dont celle d’ Hambourg. Suite à la Seconde Guerre Mondiale, il devint un ressortissant français et représenta la France aux Olympiades d'échecs de 1950.

 

Dawid Przepiórka, ou le joueur qui a fait la différence

Przepiórka est né en 1880 à Varsovie dans une famille d'origine juive. C’est très jeune qu’il tombe amoureux des échecs. L'année 1926 a vu le premier championnat d'échecs de Pologne, organisé à Varsovie, et Przepiórka a été couronné vainqueur. Plus tard, il joua un rôle important dans l'organisation de l'Olympiade d'échecs de 1935 à Varsovie. Pour cela, il reçut la Croix d'Or du Mérite. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Przepiórka fréquentait le café Kwieciński, hanté par des joueurs d'échecs (les nazis ont fermé les clubs d'échecs officiels de la capitale). En janvier 1940, les nazis l’ont emprisonné et il a été tragiquement abattu le même mois.

 

Kazimierz Makarczyk, ou le joueur précis

Né en 1901 à Varsovie, le jeune Makarczyk apprit à jouer aux échecs à Saint-Pétersbourg. En 1926, il devint rédacteur adjoint à “Świat Szachowy". Il représenta la Pologne à cinq Olympiades d'échecs pendant l'entre-deux-guerres, remportant une médaille d'or, une d'argent et deux de bronze. Son dicton préféré était: "Concentrez-vous le plus surtout lorsque vous êtes en position gagnante." En 1948, il devint le nouveau champion d'échecs de Pologne.

 

Paulin Frydman, ou le meilleur stratège

Paulin Frydman était le joueur de réserve de l'équipe de Pologne pour les Olympiades de Hambourg. Il est arrivé deuxième au premier championnat de Pologne en 1926. Frydman a représenté la Pologne aux huit Olympiades de l'entre-deux-guerres auxquelles son pays a participé, remportant 3 médailles de bronze, 3 d’argent et 1 d’or. En plus des Olympiades, il remporta cinq fois les championnats de Varsovie. Il était considéré comme le meilleur stratège parmi les maîtres polonais.

 

Mentions honorables

Mieczysław Najdorf était une figure de proue des équipes olympiques polonaises à cette époque. En 1939, il était considéré comme le meilleur joueur du pays puis l'un des meilleurs joueurs du monde. Son record de jouer 45 adversaires simultanément en aveugle est resté imbattu jusqu'en 2011.

Teodor Regedziński a représenté la Pologne à cinq Olympiades de l'entre-deux-guerres, remportant quatre médailles. Il fut emprisonné à la fin de la Seconde Guerre mondiale pour avoir collaboré avec les nazis.

Antoni Wojciechowski est l'un des meilleurs joueurs polonais de l'entre-deux-guerres. Son style est décrit comme risqué et divertissant pour les spectateurs.

 

De nombreux joueurs d'échecs polonais faisaient partie de la population juive. Après l'Holocauste, les prouesses de la Pologne n'ont plus été les mêmes depuis et semblent être une histoire lointaine. Mais c’était sans compter sur une récente victoire ce 10 octobre 2020. Le jeune joueur d'échecs polonais de 22 ans, Jan-Krzysztof Duda, a battu le champion du monde en titre au tournoi norvégien.

 

Nous vous recommandons

IMG_3948

Emma Monbrun

Étudiante puis expatriée à Wrocław, Pologne, je suis professeur FLE depuis 3 ans. Passionnée d'Histoire, des langues et des relations franco-polonaises, maintenant rédactrice pour lepetitjournal.com à Varsovie.
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Varsovie

LINGUISTIQUE

Les prénoms polonais et leurs diminutifs

En Pologne, pas de prénom sans diminutif affectif et pourtant pas facile, pour les francophones de reconnaître le prénom originel tant ce diminutif s’éloigne parfois à l’infini du prénom de naissance.