Jeudi 22 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ENSEIGNEMENT - Décommunisation des universitaires.

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 25/06/2018 à 00:00 | Mis à jour le 25/06/2018 à 00:00
Pologne décommunisation universitaires

Rzeczpospolita fait savoir que le projet de la nouvelle loi controversée sur l’enseignement supérieur prévoit que toute personne ayant travaillé ou coopéré à l’époque de la loi martiale avec les services de sécurité, ne pourrait plus assumer de fonctions publiques comme recteur, doyen ou chef de faculté. De plus, aucun de ces scientifiques ne pourrait plus obtenir le titre de professeur. 

 

Le quotidien précise que selon les informations de l’Institut national de la Mémoire (IPN), parmi 12 547 déclarations de lustration déposées par les effectifs des écoles supérieures publiques, 136 personnes ont avoué avoir coopéré avec les services de sécurité du pays. 

 

En dépit de l’opinion favorable de M. Jarosław Gowin, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, plusieurs scientifiques restent hostiles à l’idée de décommunisation des universités. « C’est de l’idiotie faite uniquement pour plaire politiquement et remplacer le cadre professionnel expérimenté par les gens soi-disant jeunes et non chargés par le passé » – indique l’un des scientifiques. Pour sa part, le professeur Marian Banyś, ancien recteur de l’université de Silésie, ne trouve pas utile de revenir aux affaires qui ont déjà été classées et ajoute que « le processus de la lustration a été fait et ceux qui ont dissimulé leur collaboration, en ont déjà subi les conséquences ». 

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

Votre édition de Varsovie cherche un repreneur !

Cet été, l’équipe de Lepetitjournal.com/Varsovie va se renouveler. Suite au départ d’une de ses associées l’édition cherche à renforcer son équipe. Intéressé.e ? Contactez-nous vite. 

Expat Mag

FAITS DIVERS

Du transit à la rétention, le calvaire de 3 Sud-Américaines en France

Jacqueline Madeline, Présidente de l'association Welcome a accepté de livrer son témoignage sur le cauchemar de trois touristes qui ont été placées en rétention alors qu'elles étaient en transit.