Mercredi 1 décembre 2021
TEST: 2298

ENTREPRISES - Le phénomène VIE

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 08/02/2010 à 23:00 | Mis à jour le 13/11/2012 à 14:45

Ils représentent une part importante des expatriés en Pologne. Français pour la plupart, âgés entre 20 et 30 ans, diplômés et mobiles, ce sont les VIE ? Volontaires Internationaux en Entreprises (ou Administration). Entre stage et première embauche, le volontariat international constitue une alternative intéressante aussi bien pour les entreprises que pour les jeunes diplômés. Christophe Cathala, ancien VIE, nous parle du club VIE qui vient d'être monté en Pologne.

Un Club VIE pour quoi faire ?
"Le club VIE a été créé il y a 3 ans par la ministre de l'économie Christine Lagarde. L'objectif était de créer une communauté, une culture du réseau, de créer des opportunités de contacts entre volontaires internationaux et entreprises. Il y a un an a été décidé de nommer un responsable par pays. Cette personne sur site a pour objectif de dynamiser les échanges et les contacts entre les volontaires actuels, les anciens VIE et les entreprises qui s'intéressent à ce système.

Christophe Cathala et Maxime Gourgouillat (photo: MG)

En tant que responsable du club VIE en Pologne, mon objectif est de créer et d'animer le réseau des VIE en Pologne, d'entrer en contact avec les entreprises soit qui embauchent déjà des VIE ou bien qui s'y intéressent, de favoriser l'accueil de VIE, de veiller à la diffusion des offres d'emploi, etc. D'autres VIE ou anciens VIE m'aident beaucoup dans cette mission, comme Maxime Gourgouillat ou Laurent Le Pajolec".

C'est après être arrivé au terme de ses deux ans de contrat VIE chez un grand distributeur français, et en attendant d'être embauché par une société polonaise, que Christophe Cathala a pris en charge cette mission d'animation du club VIE. Génération internet oblige, il communique beaucoup à travers les différents réseaux communautaires Viadéo et Facebook, où des groupes ont respectivement été créés.

Christophe Cathala explique : "Si le club est par définition très actif en France, puisqu'une partie des VIE rentrent effectivement à la fin de leur contrat, animer la communauté des VIE est plus difficile à l'étranger et demande plus de d'efforts communication". Le fait que certains d'entre eux souhaitent s'intégrer à la communauté locale et éviter les contacts franco-français n'est peut être pas étranger à cela non plus. Une réunion prévue tous les deux mois doit cependant permettre de rassembler un maximum de VIE, anciens VIE et entreprises. La première réunion du club s'est déroulée le 2 février dernier et a été un franc succès.

"En revanche, le club n'est pas une plateforme de recherche de VIE. Pour cela, il existe un site : le Civiweb qui est très bien fait", insiste-t-il.

Promouvoir le système des VI
Une autre des missions du club VIE sera également de mieux faire connaître le recours possible aux VIE pour les entreprises françaises implantées en Pologne. "Le VIE est un statut hybride parfois un peu délicat à faire comprendre en Pologne. Pourtant, c'est une expérience qui souvent vaut la peine puisqu'environ un VIE sur deux reçoit une proposition de poste à l'issue de son contrat. En Pologne, ce type de contrat étant particulièrement avantageux financièrement pour le volontaire, c'est vrai que se pose aussi la question des coûts quand on passe après à un contrat local?"

Michel Lodolo, directeur d'Ubifrance Pologne qui fournit la structure légale à la gestion des VIE, précise: "Les PME croient souvent que le système de VIE ne leur est pas destiné. C'est faux ! Cela s'adresse aussi bien aux grands groupes qu'aux entreprises familiales". Formule par excellence qui permet de limiter les risques pour l'entreprise tout en s'assurant de la stabilité, le système du volontariat en entreprise a séduit 60 entreprises françaises de Pologne qui emploient 86 volontaires. Ubifrance dispose actuellement d'un vivier de près de 200 candidats parlant couramment le polonais.

Grand prix VIE
La soirée de lancement du club VIE du 2 février dernier a également été l'occasion d'annoncer le début du concours Grand Prix VIE. Pour cette 3ème édition, Ubifrance, la Chambre de Commerce et d'Industrie Franco-Polonaise et les Conseillers du Commerce Extérieur récompenseront les trois meilleurs volontaires sur la base de leurs dossiers de présentation. Pour Christophe Cathala, "il s'agit maintenant d'inciter davantage de volontaires à participer au Grand Prix cette année. L'année dernière, il n'y avait que 15 participants. C'est dommage quand on sait qu'il s'agit d'un dossier de 4 pages à préparer avec la possibilité de remporter un premier prix d'une valeur de 2000 ??" Rendez-vous le 17 mai prochain pour connaître les heureux gagnants.

Dès 18h, la salle était comble (photo: MG)


Que retient-il de ses années VIE ?
Comme bien souvent maintenant, son cursus en école de commerce a amené Christophe à passer un semestre à l'étranger. Il choisit Varsovie un peu au hasard, étudie à la SGH de Varsovie, travaille à temps partiel au Lycée Français avant d'être finalement recruté comme volontaire international en Pologne. "C'est une expérience très intéressante, surtout quand on connaît la langue ou qu'on fait l'effort de l'apprendre. Il faut se battre pour s'imposer, c'est très formateur. A condition bien sûr que l'entreprise joue le jeu et encadre ses VI, qu'elles définissent un projet précis". Il estime avoir appris beaucoup de choses pendant ces deux ans, notamment sur les spécificités polonaises dans le domaine professionnel ou la gestion des ambitions personnelles? "C'est aussi l'une des raisons pour lesquelles je me suis rapidement mis au polonais, pour entendre les bruits de couloir?"

Pour plus de renseignements: www.civiweb.com
Retrouvez le club VIE sur Facebook et sur Viadéo
A lire également : ENTREPRISES - Grand Prix VIE Pologne 2009

Propos reccueillis par Laurence Drier de Laforte. (www.lepetitjournal.com/Varsovie.html) mardi 9 février 2010

0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet