Mercredi 1 décembre 2021
TEST: 2298

DIRIGEANTS FRANÇAIS EN POLOGNE - Thibaud de Lisle, Total

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 07/07/2014 à 22:00 | Mis à jour le 08/07/2014 à 07:52

Directeur Général de Total Pologne et représentant du Groupe Total en Pologne, Thibaud de Lisle a fêté cette année ses 20 ans au sein du Groupe. Un parcours professionnel qu'il définit comme totalement "totalien"et qui l'a amené à voyager en Asie, en Afrique, en Russie, avant d'arriver en Pologne il y a 1 an. Pour les lecteurs du Petit Journal/Varsovie, il présente son activité et les grands enjeux du Groupe Total en Pologne.

Lepetitjournal.com/Varsovie - Quelle place occupe Total sur le marché Polonais ?
Thibaud de Lisle - Le groupe Total en Pologne emploie 5000 salariés répartis dans trois activités. Tout d'abord, le groupe est présent via les 5 usines d'Hutchinson qui interviennent sur le marché de l'équipement automobile et aéronautique et font travailler 4500 personnes.
L'entreprise Total Polska, que je dirige, elle, appartient à la branche Marketing et Services du Groupe et réunit 110 collaborateurs. Cette branche correspond à toutes les activités qui se déroulent après le raffinage des produits.
Enfin, la société Total Shale Gaz Europe se situe en amont de la chaîne et se charge d'étudier les opportunités de gaz de schiste en Pologne.

Nous avons 2 sites de production : une usine de bitumes que nous avons rachetée à BP, située dans le Sud-Ouest, près de Wroclaw et une usine de lubrifiants près de Varsovie, à 10 km de Modlin. Chacune des deux emploie une vingtaine de personnes.

Quel poids a la filiale Pologne au sein du Groupe?
Dans l'univers Total, nous sommes une petite filiale. Le Chiffre d'Affaires réalisé par Total Pologne s'élève à 220 millions d'Euros, alors que le CA du Groupe toutes branches confondues est de 190 milliards d'Euros. Dans le monde Marketing et Services, nous sommes la 25ème filiale sur environ 110 filiales.

Si on se concentre sur Total Polska, quelles sont les activités principales de l'entreprise?
Total Polska est chargé de la vente d'un large spectre de produits sous les marques Elf et Total, aussi bien du carburant - en gros uniquement - des lubrifiants, du bitume, que des fluides industriels.
Notre clientèle est composée principalement d'entreprises de tous types : aussi bien de grands groupes automobiles ou de construction, avec lesquels nous signons des contrats de 25 000 tonnes de produits, qu'à des TPE (garagistes et autres ?) qui achètent via notre service en ligne « Total direct sales ». Au total, nous avons plus de 2000 clients.
Nous proposons toute une gamme de produits et de services spécifiques destinés non seulement à l'automobile, mais aussi à des industries très variées : nous faisons des lubrifiants pour l'industrie du verre, du textile, du bois et du papier, des métaux? Egalement pour l'industrie alimentaire, aussi surprenant que cela puisse paraître ! A partir du moment où une machine tourne, on a besoin de mettre de la graisse ou de l'huile?

Nous vendons des produits qui ne paraissent peut-être pas très « sexy », mais d'un haut niveau de technicité et d'une variété extraordinaire pour un marketeur !

Pourquoi Total n'a pas de stations essence en Pologne ?
En effet, pour des raisons historiques, nous n'avons pas de stations service sur le territoire polonais, bien que ce soit l'activité à laquelle nous sommes le plus souvent identifiés !
La Pologne est un pays dans lequel il y a des acteurs forts sur le marché (Lotos et Orlen) et où il est compliqué d'importer de l'essence. Les importations y sont difficilement compétitives. Beaucoup de petits acteurs ? représentant 15% du marché du diesel, selon les organisations professionnelles - ne respectent pas les règles du jeu et les obligations légales liées à l'import de carburant.

Quelle est votre stratégie de développement en Pologne et quels sont les principaux enjeux?
Notre stratégie suit 2 objectifs. Aujourd'hui, selon nos marchés, nous occupons une part de marché de 7 à 10%. Notre objectif est de rejoindre le top 3 des acteurs, avec 15% de part dans chaque marché. Parallèlement, nous souhaitons rendre le Groupe plus visible, à travers des actions de communication plus percutantes. Nous travaillons sur différents projets utilisant la technologie du numérique pour faciliter notre relation client. Le numérique est un axe stratégique au sein du Groupe Total.

Que fait Total pour répondre aux enjeux de développement durable en Pologne ? Les Polonais sont-ils sensibles aux questions environnementales ?
Répondre aux questions environnementales fait partie intégrante de nos business models. C'est stratégique pour nous. Notre but est d'aider nos consommateurs à diminuer leur empreinte environnementale en leur procurant des solutions intelligentes. Nous faisons la promotion de bonnes pratiques, mais aussi nous développons des produits fuel éco qui permettent d'augmenter le rendement des moteurs.

Les Polonais me semblent en effet moins sensibles que les européens de l'Ouest à ces questions, probablement parce qu'ils sont pragmatiques sur ce sujet ! L'importance du charbon dans la production d'énergie le montre. Sa part dans le mix énergétique est de 83 %. C'est un gage de compétitivité et d'indépendance. Tout choix responsable de politique énergétique est un alliage subtil entre la nécessaire réduction de l'impact environnemental, le développement économique et les contraintes géostratégiques.

Et qu'en est-il du gaz de schiste ?
Total s'est retiré en avril de cette année de la licence qu'elle détenait dans le bassin de Lublin, de même que la plupart des majors du secteur. Aujourd'hui, nous continuons à étudier des possibilités de partenariats.

Avez-vous rencontré des difficultés liées au contexte du pays et aux usages professionnels?
Les Polonais sont des gens entreprenants, sérieux, fiables. Globalement, on se comprend bien et vite. Mais la langue est réellement un challenge.

Quels sont vos lieux de prédilection à Varsovie ?
J'aime beaucoup écouter les concerts de printemps au parc Lazienki... Au-delà, j'essaie de regarder Varsovie avec le c?ur et d'aller à la recherche de l'Histoire qui se cache derrière les apparences. J'ai appris deux mois après mon arrivée que les bureaux de Total sont situés à la frontière nord de l'ancien ghetto de Varsovie. C'est important pour ma femme et moi de ne pas vivre dans cette ville comme des étrangers qui ignorent le passé?

Magali de Bienassis (Le Petit Journal/Varsovie) - Mardi 8 juillet 2014

0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet