Samedi 20 avril 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

CONJOINTS D’EXPAT – Comment se construire une expatriation idéale?

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 03/10/2017 à 12:26 | Mis à jour le 03/10/2017 à 14:57
Photo : "Wawa Connect Her Angels": Pascale Lê-Pimont, Fanny Geoffroy Rouchas et Stéphanie Prusinski
Wawa ConnecHer Angels Pascale Lê-Pimont, Fanny Geoffroy Rouchas et Stéphanie Prusinski

Elles sont trois drôles de dames qui ont roulé leur bosse à travers le monde avec la casquette pas toujours bien définie de « conjoint d’expat ». A Varsovie, elles ont posé leur valise et choisi de faire bénéficier de leur expérience, leur expertise et leur dynamisme en apportant conseils, boîtes à outils et réseau à ces fameux « conjoints » qui doivent s’adapter à un nouvel environnement et y trouver leur équilibre. Lepetitjournal.com/Varsovie les a rencontrées pour vous!

Mais qui sont-elles ?

Elles ont en commun plusieurs années d’expatriation et un parcours professionnel qu’elles ont su valoriser au fil des pays et quelle que soit la configuration : avec et sans enfants, avec et sans emploi, salariées en France ou en contrat local, entrepreneur, investies dans des associations, en formation… Elles le reconnaissent volontiers, elles ont rencontré des difficultés et su aussi saisir des opportunités. Chaque pays leur a demandé de redéfinir leur équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle.

Elles partagent également la même conviction que l’expatriation est une formidable opportunité pour se construire un projet à sa mesure et explorer d’autres voies pour découvrir des talents que l’on ne soupçonnait pas, des compétences transférables à d’autres domaines, des personnes-clé dans son projet d’expatriation, des idées de projets tant personnels que professionnels… Le tout est de s’en donner les moyens.

Juriste en droit international de formation, Stéphanie Prusinski a exercé différentes fonctions dans le marketing et la qualité en France et à l’international. Expatriée depuis 11 ans, elle a complété son expérience professionnelle en travaillant dans les domaines de la formation et de l’interculturel. Après avoir suivi une formation professionnelle certifiante de coach, elle créé, il y a 3 ans, son entreprise dédiée à l’accompagnement des expatrié(e)s et de leurs familles installés en Russie et dans les pays d’Europe Centrale et Orientale. Habituellement, elle offre ses services sur internet mais elle a désormais envie d’exercer cette spécialité sur place, avec un contact direct.

Fanny Geoffroy Rouchas travaille depuis près de 15 ans sur des projets internationaux et a passé quasiment 10 ans hors de France. En arrivant en Pologne, elle se retrouve pour la première fois à l’étranger sans activité professionnelle. Elle découvre alors la situation de la mère de famille qui doit fournir un effort pour se constituer un réseau et constate que ce temps  disponible est aussi une période de questionnement et de perte de confiance en soi. Elle passe des certifications complémentaires à sa formation et son expérience professionnelle et monte finalement son autoentreprise de conseil en organisation et gestion de projet pour le secteur bancaire.

Depuis plus de 20 ans, Pascale Lê-Pimont navigue entre la France et l’étranger tout en exerçant son métier de consultante en stratégie, en freelance ou au sein de cabinets de conseil.  Au cours de sa carrière, elle a accompagné de nombreux porteurs de projet et entrepreneurs. Ses expatriations ont aussi été pour elle l’occasion d’exercer de nouveaux métiers et fonctions (responsable de la communication et des relations presse, rédactrice en chef, bénévole dans une association), d’acquérir de nouvelles compétences au travers des formations qu’elle a suivies et de ses expériences, mais aussi d’explorer de nouveaux centres d’intérêt, comme la photographie, le design intérieur, le tennis, la couture...

Quelques chiffres sur le profil des conjoints d’expatriés

Selon un sondage réalisé par Expat Communication en 2017, 90% des conjoints sont des femmes, 73% de ceux-ci ont fait des études longues (Master/doctorat), 46% seulement ont un emploi en expatriation et 24% recherchent un emploi. Plus de 60% de ceux qui ont trouvé sont embauchés en contrat local. Les conjoints passent en moyenne plus de 10 mois à chercher un emploi et analysent la difficulté à trouver du travail en raison de la responsabilité prise dans l’éducation des enfants, le réseau limité au sein du marché local, la mauvaise connaissance du marché du travail et l’incertitude sur le type de carrière souhaité. Il existe donc sur le plan professionnel un réel besoin du conjoint d’être aidé et accompagné.

*Enquête réalisée par Expat Communication, à partir de l’analyse de 2962 questionnaires auprès de 100 000 couples.

Et quel est ce projet ?

Ensemble elles proposent un accompagnement pour profiter pleinement de cette parenthèse polonaise et mettent à disposition des outils pour permettre une expatriation réussie. Et réussie ne veut pas dire rentrer dans un cadre et un modèle mais plutôt trouver le sens que l’on veut donner à son temps passé dans un pays et l’assumer. Que ce soit par le travail, le temps pour soi ou pour ses enfants, l’important est d’en faire le choix pour le vivre sereinement.

Elles ont construit une offre en trois volets :

  • ExploratHer, des ateliers exploratoires en petit groupe sur le thème de l’expatriation qui seront l’occasion d’échanges, d’une remise en question constructive mais aussi de partage d’outils et bonnes pratiques.

1/ « L’expatriation, une question d’ajustement » -> S’acclimater à un nouvel environnement, s’adapter par rapport aux attentes que l’on a… Tout est question de réglages et d’ajustements. De perspective aussi. Elles nous aident à découvrir comment faire pour que notre expatriation se rapproche de celle dont on rêvait.

2/ « L’expatriation, une question d’étiquettes » -> Faire de cette expatriation une opportunité pour se réinventer… Et si, plutôt que de ne tenir que le rôle de « conjoint de… », on osait exprimer tous les aspects de notre personnalité ? Un atelier pour élargir notre champ de vision et nous ouvrir à de nouvelles perspectives.

3/ « L’expatriation, une question de temps » -> Faire du temps son allié : découvrir les différences entre français et polonais sur le rapport au temps et comment l’apprivoiser pour transformer le temps subi en temps choisi et l’affecter à ce qui nous tient à cœur.

4/ « L’expatriation, une question d’organisation » à Apprendre comment jongler entre famille, tâches quotidiennes et temps pour soi : trucs et astuces pour mieux gérer son quotidien.

5/ « L’expatriation, une question de projections » -> Visualiser pour mieux se projeter… Un atelier pour construire son expatriation idéale.

  • ProjectHer, accompagnement de projets personnels ou professionnels, pour définir, construire et donner vie à ses envies
  • NetworkHer, un réseau de « conjoints » qui favorise les échanges sur les problématiques de l’expatriation et les passerelles avec les réseaux professionnels dans une optique de mise en relation de compétences

Quelques conseils pour bien débuter une année d’expatriation à Varsovie ?

  • Débuter par la constitution de son réseau social, rencontrer un maximum de personnes, et pour cela adhérer à Varsovie Accueil est un bon démarrage
  • Découvrir Varsovie et apprendre le minimum vital en polonais pour ne pas rester isolé
  • Trouver des activités amusantes et dynamisantes, des occasions de rire, de se divertir et de se faire plaisir, en d’autres mots, du temps de qualité pour soi
  • Profiter de cette année pour faire le point et définir ce que l’on veut faire des prochaines années et se donner les moyens de ses ambitions (réseauter, se faire accompagner, …)
  • Lire le petitjournal.com/Varsovie quotidiennement pour « se connecter » avec son pays d’accueil

Et enfin si vous êtes tentés par l’expérience vous pouvez débuter par les ateliers de groupes (60 pln par atelier ou 250pln pour les 5 qui auront lieu les 6* et 20 octobre, 10 et 24 novembre et le 11 décembre).

*Le 1er atelier est complet.

Plus d’informations sur https://www.facebook.com/ConnectHerinwawa/

Pour réserver vous pouvez écrire à connectherwawa@gmail.com.

Pauline de Bodman (lepetitjournal.com/Varsovie) - Mardi 3 octobre 2017

0 Commentaire (s)Réagir