Jeudi 3 décembre 2020

TERRORISME EN POLOGNE: semaine chargée

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 02/07/2013 à 22:00 | Mis à jour le 02/07/2013 à 08:52

 

La Pologne fait rarement la Une des médias pour des affaires de terrorisme. L'actualité de la semaine passée a cependant défrayé la chronique, alors que le pays a été sujet à plusieurs alertes à la bombe, notamment au sein des principales institutions politiques du pays. S'il s'est avéré depuis que ces alertes étaient des fausses, elles permettent de revenir sur les risques terroristes en Pologne.

25 juin : 22 alertes à la bombe
La Pologne n'a pas été victime d'attentats terroristes d'envergure sur son sol depuis la seconde guerre mondiale, de quoi en faire un pays relativement sûr sur le plan du risque terroriste. Une tranquillité soudainement mise à mal le 25 juin dernier. Une vingtaine d'alertes à la bombe ont ainsi été dénombrées en Pologne, transmises par courriels et présentant les institutions du pays comme cibles potentielles pour des attaques armées.

Environ 2.500 personnes ont été évacuées, vidant des bâtiments entiers dont notamment plusieurs hôpitaux et le bureau du procureur général à Varsovie. D'autres villes que la capitale étaient mentionnées comme cibles par les courriels reçus par les autorités. Des bâtiments publics situés à Cracovie, Szczecin, Katowice et Jelenia Góra étaient ainsi cités. A Katowice, le procureur a ainsi reçu un message l'alertant d'une explosion censée survenir à 9h du matin dans son bureau. Après intervention de la police, équipée de chiens renifleurs, la totalité des alertes se sont révélées fausses, et les services publics ont pu fonctionner normalement dès le début de l'après-midi. Malgré l'absence d'attaque réelle, la police polonaise parle de la confusion engendrée comme d'un « acte terroriste ».

Qui sont les responsables ?
Dès le 25 juin, la similarité de l'ensemble des alertes envoyées aux services publics polonais a orienté l'enquête vers la piste d'un seul et même groupe. La signature des courriels "anon.pl" et l'organisation nécessaire à l'opération ont orienté les enquêteurs sur la piste des Anonymous, déjà responsables d'une attaque des sites internet du gouvernement polonais l'an passé. Plusieurs personnes ont été arrêtées la semaine dernière, dont une à l'aéroport de Cracovie samedi dernier. L'homme de 26 ans, inculpé de 36 chefs d'accusation aurait reconnu les faits et risquerait jusqu'à 8 ans de prison selon l'agence de presse polonaise PAP.

Pologne et terrorisme : une menace réelle ?
Les attentats les plus meurtriers en Pologne ont été commis lors de la dernière phase de l'occupation Russe au début du XXème siècle (1905-1918) ou durant la seconde République (1918-1939) et étaient avant tout motivés par des questions politiques. Ainsi, le 28 août 1939, un Polonais de la minorité allemande se rendait responsable de la mort de 20 personnes, en faisant sauter la gare de Tarnów, en Galicie. Cette attaque reste la dernière attaque terroriste d'envergure en temps de paix, en Pologne.

Depuis 10 ans, la participation de la Pologne aux opérations militaires en Afghanistan (depuis 2002) et en Irak (2003-2008) ont en revanche sensiblement accru l'exposition du pays à la menace terroriste, de même que la situation géographique du pays, relativement proche de zones sensibles comme le Caucase (via la Russie). En tant que membre de l'OTAN et de l'Union européenne, la Pologne participe aux opérations anti-terroristes de ces organisations, notamment aux côtés de la France. Le pays est également tenu par ses engagements vis-à-vis du Conseil de l'Europe, dont la convention sur la prévention du terrorisme, signée à Varsovie en mai 2005 et entrée en vigueur en 2007. La Pologne se doit ainsi de coopérer avec les autres pays d'Europe dans la lutte contre le terrorisme, notamment en partageant ses informations avec eux, et en améliorant la coopération européenne en matière de gestion des situations de crise. Au niveau national, la convention engage en outre la Pologne à éduquer sa population au risque terroriste (l'un des objectifs du portail http://antyterroryzm.gov.pl mis en place en 2011), à maintenir des peines de prisons élevées pour les personnes promouvant le terrorisme, et à encourager le dialogue interreligieux. 

Même si la Pologne présente un risque moins important que d'autres pays européens comme la France, le pays considère le terrorisme comme une menace réelle, et a été reconnu comme un acteur important du contre-terrorisme européen par le Conseil de l'Europe dans un rapport de mars 2012.

Charles Hubert (www.lepetitjournal.com/varsovie) - mercredi 3 juillet 2013

Photo : stock Corbis

 

 

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Varsovie

HISTOIRE

Les nombreux différents noms de la Pologne

L'histoire du nom officiel Polska, et ses dérivés dans diverses langues modernes, Pologne, Poland, Polonia ou Польша (“Polsha”) est complexe et surprenante. Eclairages

Expat Mag

Nathalie Ribette - "L'impact du virus a été énorme sur Sing'theatre"

Lauréate du Trophée Culture/Art de vivre des Trophées des Français de l’étranger 2020 organisés par le petitjournal.com, Nathalie Ribette s’efforce de maintenir ses activités malgré le contexte actuel

Sur le même sujet