Mardi 11 décembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

MONDIAL - L’Equipe-type des maudits

Par Hervé Lemeunier | Publié le 21/06/2018 à 00:00 | Mis à jour le 21/06/2018 à 10:02
piatek

Ils ne verront pas la Russie cet été. La joie ressentie quand Adam Nawałka les a sélectionnés dans une pré-liste de 35 joueurs a été suivie d’une terrible désillusion, lorsque ces onze joueurs ont dû abandonner l’espoir de faire partie du groupe de 23 joueurs imposé par les règles de la FIFA. Si Kamiński a longtemps pu croire en ses chances de remplacer un Kamil Glik très incertain, Makuszewski et consorts savent depuis un moment qu’ils ne prendront pas la lumière des stades russes. Le regret est peut-être plus grand après cette première défaite inquiétante de la Pologne, mardi. Posons les bases d’un 3-4-3 ultra-offensif pour mettre en avant ces malheureux réservistes. Car si certains méritent un hommage puisqu’une sortie manquée, d’autres peuvent raisonnablement envisager un avenir un peu plus radieux en sélection.

 

Gardien 

 

Łukasz Skorupski

Il n’y aura donc pas de premier Mondial pour le portier de 27 ans. Celui qui n’a jusqu’ici honoré qu’une sélection avec la Pologne paie sans doute très cher son absence de temps de jeu à l’AS Roma, lui qui n’a participé qu’à un match de Série A cette saison. Dommage, puisqu’il sortait avant cela de deux saisons pleines et même plutôt convaincantes avec Empoli. Qu’importe, le natif de Zobrze continue son ascension progressive, puisqu’il est annoncé du côté de la Sampdoria de Gênes, plus huppée qu’Empoli, où il viendrait dans la peau d’un titulaire. Et le légendaire portier Fabiański, devant lui dans la hiérarchie des gardiens en sélection, n’étant pas immortel, ce n’est peut-être que partie remise. En attendant, voilà un gardien à bon potentiel pour assurer l’arrière-garde de cette équipe de vaincus. Et elle en aura besoin.

 

Défense 

 

Tomasz Kędziora

C’est effectivement la défense qui semble être le secteur le plus faible de cette équipe. Elle ne compte non seulement que 3 membres, mais ne les place pas non plus exactement à leurs postes de prédilection. Latéral droit de métier, Tomasz Kędziora serait contraint d’évoluer sur le flanc droit de la charnière centrale. Le gaillard de 78 kilos peut toutefois se targuer de quelques atouts non négligeables. Déjà, changer de poste ne devrait pas lui faire peur, lui qui a souvent dû faire avec au Lech Poznan. Ensuite, son CV fait de lui le jeune cadre dynamique aux dents longues. Capitaine vaillant des Espoirs de Pologne il y a deux ans, le bambin de 23 ans impressionne encore par sa maîtrise et son envie. Il a même gagné une place de titulaire inamovible au Dynamo Kiev, deuxième meilleure défense du championnat ukrainien version 2017/2018. De quoi sérieusement toquer à la porte de la sélection aux prochaines joutes internationales. A commencer par l’Euro 2020, où il aura 25 ans et probablement quelques assurances en plus dans les crampons. Patience, donc.

 

Krzysztof Mączyński

C’est la plus grosse surprise de cette équipe. Cinq fois aligné d’entrée lors des qualifications pour le Mondial, double passeur décisif face à la Corée du Sud (3-2) il y a à peine deux mois, le milieu défensif de 31 ans a littéralement été oublié par Adam Nawałka. « Il me semble qu’il a perdu la santé », a réagi un Tomasz Rząsa complètement dépité sur son siège de commentateur de TVP Sport. Mączyński n’a en effet pas grand-chose à se reprocher : une place de titulaire toujours acquise au Legia auréolé de son titre de champion de Pologne, et un rôle de soldat dans l’équipe de Pologne cette année. Des blessures sur la fin de la saison auraient refroidi Nawałka de prendre son ancien cadre. Cruel. Mais voilà un atout de poids de ce onze, avec ce milieu défensif repositionné en charnière.

 

Paweł Dawidowicz :

Le seul véritable défenseur central de ce onze était certainement trop tendre pour prétendre à mieux qu’une place dans les 35. Celui qui se contente pour l’instant de végéter dans les secondes divisions nationales devrait cependant bientôt prendre une nouvelle dimension. Alors que son club de Palerme est encore en lice pour monter en Série A, le jeune défenseur et sa solidité attirent les louanges des commentateurs italiens cette saison. S’il ne parvient pas à faire monter le club sicilien à l’échelon supérieur, il devrait tout de même pouvoir le découvrir sous les couleurs de la Sampdoria ou de l’Atalanta, tous deux très attirés par son profil. Un horizon tout ce qu’il y a de plus azur, donc.

 

Milieu 

 

Maciej Makuszewski 

Le flanc droit du milieu, celui qui devra allumer les mèches offensives et se replier rapidement pendant les phases défensives. Ça tombe bien, ce sont les missions favorites de la fusée du Lech Poznan, souvent trimballé sur tous les postes de l’attaque du Lech en deuxième partie de saison, le tout sans grand succès. Les quatre premiers mois de l’année où il traçait le long de la ligne de but l’avaient vu scorer à cinq reprises. Aligné sur le côté droit, ses accélérations et ses centres seront un atout de poids pour cette équipe.

 

Szymon Żurkowski :

Avec à peine une saison pleine dans les jambes, le gamin de Gornik Zabrze vit une ascension fulgurante style Kylian Mbappé. On s’arrêtera là sur les comparaisons, puisque le milieu de 20 ans ne joue pas au même poste que l’attaquant parisien, n’a pas encore prouvé sa confirmation au haut-niveau et ne jouera pas le Mondial, donc.

 

Sebastian Szymański :

C’est Żurkowski, en plus jeune, plus offensif, plus confirmé et plus en vue. Le milieu offensif du Legia a mis un printemps, son dix-neuvième, pour mettre tout le monde d’accord. Auteur d’une fin de saison en fanfare, Szymański a éclaboussé les terrains polonais de sa classe et de son toucher de balle très technique. Auteur par ailleurs de 10 buts et 9 passes décisives, il peut tout à fait espérer avoir les clés de l’entrejeu d’une future sélection polonaise, et s’inscrit déjà comme un futur numéro 10 en puissance chez les Aigles. Et s’il le faut, il est aussi capable d’évoluer en tant qu’ailier. Au cas où Kamil Grosicki voudrait laisser respirer un peu la concurrence.

 

Damian Kądzior :

Comme Makuszewski, il aura le rôle de « mobylette » à jouer. Son partenaire au Gornik, Rafał  Kurzawa, situé sur l’aile droite, a eu son ticket pour le Mondial. Tout aussi grand artisan du retour du promu Zabrze en Europe après 25 ans d’absence, lui n’a pas eu cette chance. Mais au moins, Damian Kądzior fait enfin parler de lui, à 25 ans passés. L’échec de son passage au Jagiellonia semble bel et bien enterré : après une ultime saison au Wigry Suwalki, conclue par une troisième place au classement des buteurs de I. Liga, l’ailier a confirmé toute l’étendue de son talent cette saison au Gornik, en inscrivant 9 buts en championnat. Et qu’importe son absence des 23, ou même sa fréquente place dans les tribunes lors des rassemblements de la Pologne pendant la campagne de qualifications et les tournées amicales : celui qui n’a pas encore disputé la moindre minute avec le maillot frappé de l’Aigle sait être patient. Il parle même de « leçons précieuses pour l’avenir ». L’avenir, dans deux ans pour l’Euro ?

 

Attaque 

Przemysław Frankowski

Le Raymond Poulidor de cette formation. Après avoir échoué par deux fois à la seconde place d’Ekstraklasa ces deux dernières saisons avec le Jagiellonia, le voilà qui échoue à un rien de participer à son premier Mondial. Peu en vue lors des derniers amicaux de la Pologne, l’ailier de 23 ans s’est vu logiquement pénalisé, alors qu’il a su devenir depuis plusieurs saisons un titulaire indiscutable en club. Sa capacité à prendre les espaces et son attraction vers le centre peut offrir une parfaite association avec un Makuszewski qui aime les flancs, dans ce dispositif en 3-4-3.

 

Krzysztof Piątek :

Le futur Robert Lewandowski, s’enthousiasme la presse nationale. Il a loupé de peu le titre de meilleur buteur du championnat, ce qui ne fait en rien de sa saison un échec personnel. Avec 21 pions flanqués dans les filets d’Outre-Oder, l’attaquant de 22 ans fait déjà beaucoup parler de lui. A tel point que le maillot rouge du Cracovia, marqué du numéro 99, risque de perdre son possesseur. Comme pas mal de ses petits copains du onze, lui aussi est annoncé partant pour la Série A l’an prochain. Et annoncé comme futur goleador de la sélection, donc.

 

Kamil Wilczek :

Jouer sur le front gauche de l’attaque n’est pas sa position naturelle. Mais si lui ne le disait pas régulièrement, personne ne le saurait. Elu meilleur joueur de la saison par les entraîneurs du championnat danois, l’ancien meilleur buteur d’Ekstraklasa vit, à 30 ans, une seconde jeunesse au Brondby FC. Voilà de quoi expliquer la surprise, teintée d’agressivité, de son entraîneur, Alexander Zorniger, lorsqu’il a été écarté de la liste définitive de la sélection polonaise : « Si Nawałka décide de ne pas le prendre, cela doit vouloir dire qu’il a une attaque suffisamment qualitative pour être champion du monde. » Croyons le sur parole.

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

REVUE DE PRESSE

ALIMENTATION - La Coalition pour le Bio vient d’être créée

Lundi le 26 novembre, la Coalition pour le Développement du Marché de l’Alimentation Bio, la première initiative qui associe les organisations liées par l’idée du a été créée

Vivre à Varsovie

RECETTE – Et si vous prépariez des "pierniczki"?

En cette période de Noël, une douce odeur de pain d’épices flotte dans les foyers polonais, celle des pierniki, ces petits biscuits délicieux qu’on retrouve aussi décorés et suspendus au sapin.