Mercredi 23 mai 2018
Varsovie
Varsovie
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

MATEUSZ MORAWIECKI- Un nouveau chef pour une nouvelle Pologne

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 11/12/2017 à 00:00 | Mis à jour le 11/12/2017 à 00:00
morawiecki

Le vice-Premier ministre et ministre du Développement et des Finances, Mateusz Morawiecki, sera officiellement nommé Premier ministre mardi et remplacera Beata Szydlo, démissionnaire, à la tête du gouvernement Droit et Justice (PiS). Une décision en grande partie motivée par une volonté du parti au pouvoir de vouloir adoucir l'image de la Pologne à l'international...  

Affaire des Caracal et désaccord sur les travailleurs détachés avec la France, affaire du Tribunal constitutionnel, marches noires, réformes de la justice, abattage massif d'arbres dans la forêt de Bialowieza, slogans racistes et xénophobes lors de marche du 11 novembre, refus des quotas de migrants...: l'image de la Pologne à l'étranger a quelque peu souffert depuis l'arrivée au pouvoir du parti conservateur Droit et Justice (PiS). Comme l'a expliqué le PiS, il s'agit de réagir à des « changements récents dans la situation intérieure et internationale ».

Modéré, banquier brillant, élégant, raffiné, polyglotte: les adjectifs flatteurs ne manquent pas dans la presse internationale pour décrire celui qui est chargé de redorer l’image écornée de la Pologne au sein de l’Union européenne. Ainsi, Morawiecki semblerait plus apte que Beata Szydlo, pourtant très populaire dans le pays, à calmer le jeu avec l'Occident.

Que dit la presse polonaise? 

C’est aussi globalement l’opinion de la presse. Selon Polska The Times, par exemple, Jarosław Kaczyński mise sur Mateusz Morawiecki pour que celui-ci améliore le dialogue avec Bruxelles et l’image de la Pologne à l’étranger. Reconnu comme un économiste compétent, il "a su marier en tant que vice-Premier ministre, la politique économique à la politique sociale », observe le journal. Morawiecki est qualifié de « visionnaire » de l’économie, capable en outre d’améliorer le fonctionnement de l’Etat. « Il sera sans doute un Premier ministre plus ferme que Mme Beata Szydło. Il a sa propre vision de la modernisation de l’Etat et c’est une vision globale. Il mérite d’avoir sa chance », constate l’éditorialiste du journal.  

En revanche, le quotidien catholique Nasz Dziennik tient un tout autre discours. Les militants du PiS craindraient que la révocation de Mme Szydlo provoque le départ d’une partie de l’électorat PiS qui voyait en l’ex Première ministre le symbole « du bon changement », le visage des réformes réussies du gouvernement. Ces électeurs ne comprendront pas les raisons de ce changement alors que la conjoncture économique polonaise est favorable, que le gouvernement a une bonne cote de popularité et enfin que la position de la Pologne sur la scène internationale se raffermit, explique le journal. 

Pour Gazeta Wyborcza, la nomination de Morawiecki est juste un changement de « costume », compte tenu du fait que le véritable homme de pouvoir en coulisses est Jaroslaw Kaczynski. Rzeczpospolita met l’accent sur la situation interne du PiS qui se retrouve divisé après deux mois de tensions internes. Il faudra recoller certains morceaux après cette épreuve difficile, souligne le chroniqueur. 

Mais qui est le nouveau Premier ministre? 

Mateusz Morawiecki, 49 ans, est un ancien banquier et est présenté comme un « étatiste résolu ». Fils d'un ancien opposant anticommuniste radical, historien formé à l'Université de Wroclaw (sud-ouest), il fait ensuite des études économiques et de droit aux États-Unis, en Allemagne et en Suisse. En 2015, encore inconnu et n'appartenant à aucun parti politique, il renonce à son poste lucratif de président de la Bank Zachodni WBK (groupe Santander) pour entrer au gouvernement PiS comme ministre du Développement et vice-Premier ministre. En 2016 il prend également le portefeuille des Finances. Depuis 2015, il incarne un visage modéré, un technocrate rassurant pour les marchés et les investisseurs étrangers. D'abord mal perçu au sein du parti, il devient progressivement un proche de son président, Jarosław Kaczyński. Le nom de Morawiecki est associé au succès de l'économie polonaise. 

Quant aux relations de Morawiecki avec la Présidence, Polska The Times les qualifie de « bonnes mais pas proches », avec des affinités, cependant. Les deux cherchent une large entente sociale et s’adressent à un électorat de centre-droit, évitent le radicalisme et ne jouissent pas du soutien de l’électorat de l’extrême-droite. M. Morawiecki n’a jamais participé aux commémorations mensuelles de la catastrophe aérienne de Smolensk, émet des réserves sur les réformes judiciaires, s'affiche en conflit ouvert avec le ministre de la Justice, Zbigniew Ziobro, et soutient le président Andrzej Duda, qui a opposé son veto à deux lois du gouvernement. 

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook

0 CommentairesRéagir