Vendredi 22 février 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

BD - Marzi à Varsovie !

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 21/12/2012 à 00:00 | Mis à jour le 05/02/2013 à 14:39

La Délégation Wallonie-Bruxelles nous a fait un très joli cadeau de Noël en invitant Marzena Sowa, scénariste de la BD "Marzi" pour une série de rencontres à Pozna?, Cracovie et Varsovie. Lors de son passage à Varsovie, Marzena a rendu visite à quelques classes primaires de l'école française. Morceaux choisis d'une rencontre inoubliable!

Mais tout d'abord qui est Marzena Sowa ?
Marzena Sowa est née en Pologne, à Stalowa Wola en 1979. Attirée par la  France, elle y vient une première fois en 1999 puis s'y installe en 2001 pour y poursuivre ses études de lettres modernes. C'est à cette époque qu'elle rencontre son compagnon, le dessinateur Sylvain Savoia qui deviendra l'illustrateur de Marzi. Elle vit aujourd'hui entre la France et Bruxelles, depuis 11 ans.

Comment est né le projet Marzi ?
"Tout est parti de la carpe? , raconte Marzena. En Pologne, traditionnellement à Noël, on mange une carpe. Elle est achetée quelques jours avant la fête et reste dans la baignoire avant de passer à table... Cette histoire, et de nombreuses autres, je les ai racontées à Sylvain et il m'a demandé d'écrire tout cela pour qu'un jour je puisse les relire, ou que je les raconte à mes petits-enfants? Sylvain s'est ensuite mis à lire tous ces textes et il a trouvé qu'en faire une bande dessinée serait une idée formidable. Voilà le départ vers la grande aventure !"
Mais Marzena explique aussi qu'elle ne croyait pas au succès. "Qui pourrait s'intéresser à cette petite fille rousse aux grands yeux bleus, avec une grosse tête et sans aucun super pouvoir !" Et pourtant aujourd'hui les BD de Marzi sont très connues et traduites en plusieurs langues dont le polonais et récemment le coréen.

Pourquoi avoir choisi de raconter votre enfance sous forme de BD plutôt que dans un roman ?
"J'ai toujours beaucoup aimé écrire mais c'est grâce à Sylvain Savoia que tout a démarré et les dessins caricaturaux de la BD se sont imposés naturellement. Ils permettent d'ailleurs de rendre les histoires plus drôles et de dédramatiser aussi. Je trouve que c'est plus facile de partager mon histoire grâce aux dessins de la BD."
La bande dessinée n'est pas aussi populaire en Pologne que dans les pays francophones. Cependant lorsque les BD de Marzi ont été traduites en polonais elles ont été très bien accueillies par le public et par la famille de Marzena notamment, qui a vraisemblablement lu pour la première fois des BD. Sa famille s'est alors amusée à comparer les dessins à la réalité et à rappeler d'autres histoires à Marzena. En effet tout est vrai dans Marzi ! Bien sûr les images sont des représentations librement adaptées et parfois un peu caricaturées par le dessinateur mais les lieux évoqués, les aventures et situations décrites sont toutes réelles.

Quels souvenirs gardez-vous de votre enfance, ce n'était pas toujours très rigolo ?
"Oui et non... J'étais fille unique et même si j'avais des voisines et des amies, cela m'a beaucoup manqué de ne pas avoir un frère ou une s?ur, comme les autres? Quant à la Pologne de mon enfance, elle était traversée par de grandes crises, le frigo était vide, il fallait faire la queue dans les files d'attente... Grâce aux tickets de rationnement nous avions de quoi manger même si le choix et les quantités étaient restreints? Mais je restais, avant tout, une petite fille qui voyait et vivait les choses à son échelle, et j'essayais de les comprendre."

Est-ce que la Pologne vous manque ?
"Oui parfois. Et pour la première fois je me suis demandé pourquoi ne pas rester plus longtemps... Heureusement grâce à internet et skype je peux voir et parler avec ma famille quand elle me manque"

Des albums à (re)découvrir ou à offrir?
BD certes autobiographique, Marzi est aussi un formidable témoignage sur la Pologne à l'époque du communisme. Marzena s'est d'ailleurs documenté sur la Pologne des années 80 principalement grâce à des journaux et des émissions de télévision afin d'écrire le scénario. Des histoires pleines de charme et d'humour qui nous expliquent les différences. "Dans Marzi, je ne juge pas l'histoire. Je n'essaie pas d'enseigner quoi que ce soit aux gens. J'essaie juste de partager ma vision du monde, pour montrer comment je l'ai vu et retenu. C'est un peu comme prendre des photos finalement". On attend avec impatience le 7e tome, prévu pour 2013 !

Chrystel Furigo Frétard (www.lepetitjournal.com) vendredi 21 décembre 2012

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet