VIRGINIE KNIPPER BOUSLAMA - La Tunisie m'a gagnée

Par Lepetitjournal Tunis | Publié le 02/04/2014 à 22:00 | Mis à jour le 03/04/2014 à 02:33

Virginie Knipper Bouslama est d'origine alsacienne et corse. Mariée et mère de trois enfants, très active dans le milieu scolaire, elle vit en Tunisie depuis mars 2002


Lepetitjournal.com : Pourquoi avoir choisi la Tunisie ?
Virginie Knipper Bouslama : Par amour ! J'ai connu mon mari, Nessim Bouslama, en 2001 à Strasbourg. Rappelé pour affaires familiales, mon futur mari devait rentrer en Tunisie. Il m'a demandé si je voulais le suivre, je n'ai pas réfléchi, j'ai répondu oui ! nous nous sommes installés à Sousse et nous sommes mariés un an plus tard.


Quel était votre métier à cette époque ?
En France, j'étais agent immobilier. Malgré mon BTS action commerciale et mon expérience, je n'ai pas trouvé de travail intéressant à Sousse, mon mari non plus. Nous avons donc quitté Sousse pour Tunis. J'ai tout d'abord travaillé à l'école Avicenne puis à l'institut français de Tunisie, à la mission économique de l'Ambassade de France. Puis l'Ambassade du Canada pendant deux ans et demi. J'ai arrêté de travailler quand je suis tombée enceinte de ma deuxième fille, Selena.

Aviez vous prévu de rester aussi  longtemps ?
oui et Non, c'est compliqué quand on est mixte comme mon mari qui est moitié breton, moitié tunisien ... Nous devions repartir faute d'un travail vraiment intéressant. Puis mon mari a eu une promotion inattendue et  nous avons décidé de rester. Il est aussi devenu animateur radio chez RTCI. et puis, surtout, la tunisie vous gagne...elle vous happe ! sa lumière, ses couleurs, sa douceur de vivre .......


Comment avez vous vécu la révolution ?
Moi très bien, j'ai vécu un moment historique et intense et je ne le regrette pas. Ce souvenir restera gravé dans ma mémoire à jamais. La solidarité, l'entraide entre voisins, les comités de quartier, les trocs de nourriture et la générosité des petits commerçants, les rondes de nuit des hommes ravitaillés par les femmes ... tout cela était finalement très euphorisant, et chargé d'espoir.


Et pour votre famille ?
C'était un peu difficile de gérer les enfants, puisqu'ils ne pouvaient plus jouer dehors, surtout la première semaine. Mon mari a décidé de nous mettre à l'abri en nous envoyant en France. L'ambiance d'angoisse générale l'avait gagné et il ne nous sentait pas en sécurité. Mais l'un de nos enfants avait un passeport périmé, et il était impossible de faire des démarches à ce moment là ... donc ... mektoub, une fois de plus nous sommes restés !

Quelles sont vos passions ?
La cuisine. Je cuisine pour ma famille, pour mes amis : gastronomie tunisienne, française, corse et italienne ... J'ai aussi une prédilection pour la cuisine exotique et la pâtisserie.

Je suis d'ailleurs en train de préparer un projet qui me permettra de transformer ma passion en vrai travail, de réaliser mon rêve : devenir traiteur.

J'apprécie les balades, la nature, partir à la découverte de nouveaux endroits et j'aime aussi lire et écrire, même si je n'ai plus trop le temps ! de la poésie ...un de mes poèmes était paru dans le journal Tunis hebdo en 2004 : "le hammam" ..."le hammam, quel lieu magique et mystérieux, presqu'irréel, comme suspendu dans le temps, un endroit brumeux et vaporeux, baigné d'obscurité, de pénombre humide et chaude, qui vous enlace, qui vous caresse"


Avez-vous d'autres occupations ?
Grâce et pour mes trois enfants, je suis très impliquée dans la vie scolaire, c'est très important : je m'occupe des ateliers périscolaires a l'école et je fais partie de l'association des parents d'élèves et du conseil d'école.


Comment voyez-vous l'avenir de la Tunisie ?
Je pense que nous sommes partis pour 5 ans de marasme avant que tout ne rentre dans l'ordre. La Tunisie ne sombrera pas ni dans l'obscurantisme, ni dans la misère, ni dans la déchéance. On se relévera forcément. Tout d'abord parce que la femme tunisienne est très moderne et émancipée, et qu'elle veillera toujours au salut de la Tunisie. Ce sera sûrement difficile mais comme on dit "bechoia, bechoia, inchallah labes !"

La Tunisie est tellement un mélange de cultures, d'influences différentes, de langues ... C'est le pays "arabe" le plus ouvert et évolué. Je trouve même que la France et la Tunisie sont très proches, très ressemblants, nous avons peu de différences, on retrouve en Tunisie des paysages du sud, de la Corse, presque tout le monde parle français ...

bref, je suis optimiste et je n'ai aucune envie de repartir ! je crois d'ailleurs que je ne pourrai plus vivre en France ... Je suis chez moi ici en Tunisie !


Propos recueillis par Isabelle Enault (www.lepetitjournal.com/tunis) jeudi 25 avril 2013

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Tunis !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale