Mercredi 22 septembre 2021
TEST: 2295

INTERVIEW – Pascal Capdevielle, candidat UDI aux élections législatives 2017, pour la 9e circonscription des Français de l'Etranger

Par Lepetitjournal Tunis | Publié le 01/05/2017 à 00:00 | Mis à jour le 11/05/2017 à 18:23

Pascal Capdevielle, Chef d'Entreprise, Conseiller Consulaire élu - Vice-Président du Conseil Consulaire, Délégué de la Chambre Française de Commerce et d'Industrie du Maroc, Délégué UDI Maroc - Co-Fondateur de l'UDI Monde, est candidat UDI aux élections législatives 2017, pour la 9e circonscription des Français de l'Etranger. Interview

Lepetitjournal.com/tunis : Pourquoi avoir choisi de vous présenter aux législatives 2017, dans la 9e circonscription ?

Pascal Capdevielle : Je suis né dans la 9ème circonscription, j'y vis, j'y travaille et j'en suis un élu local. J'ai la légitimité, le temps et la passion pour représenter nos compatriotes au Parlement.
Face aux candidats parachutés depuis Paris, j'ai voulu offrir un choix alternatif : un candidat qui vit comme ses électeurs et qui partage leurs préoccupations.
Mon activité professionnelle, qui dépend largement du tourisme, me fait connaître la réalité de ce qu'est véritablement une PME hors de France. Elle ne peut être perçue lorsqu'on réside en France, et que l'on se contente de visites de circonstances dans les pays de notre circonscription. Nous savons tous combien la différence est grande ?

Par ailleurs, je suis engagé depuis de nombreuses années, au sein de différentes associations l'UFE, tout d'abord, mais aussi la Société Française de Bienfaisance, et Délégué à Fes de la Chambre Française de Commerce et d'Industrie du Maroc, qui est, rappelons-le, la plus grande Chambre bilatérale Française de Commerce à l'Etranger au monde. Ces engagements associatifs, qui datent de plus de 15 ans, me font connaître la réalité des problématiques économiques, sociales, sécuritaires de nos compatriotes. Ici également, ce ne sont pas des propos de campagne, mais une expérience de plus de vingt-cinq ans.

Enfin, en sus de cet ancrage réel et profond dans notre circonscription, je ne suis pas seul !
Je bénéficie simultanément de l'appui de l'UDI, un parti politique de référence, humaniste et européen, dont je partage les valeurs et qui a fait du développement de l'Afrique une de ses priorités ; du soutien indéfectible d'Olivier Cadic, Sénateur des Français de l'Etranger venu 15 fois dans la circonscription en 30 mois ; et d'un réseau très actif de relais dans de nombreuses villes.
Ce collectif est une véritable garantie de pouvoir entreprendre à Paris une action constructive et efficace.

Pour servir l'intérêt général, je crois qu'il faut être désintéressé. Mon activité professionnelle m'a permis d'être autonome et indépendant financièrement.
Toutes ces raisons m'ont incité à me présenter aux suffrages de nos compatriotes.

Je suis en mesure d'apporter à la fois à nos compatriotes une écoute attentive, la capacité de relayer leurs messages à l'Assemblée Nationale, et de les soutenir dans les projets qui leur sont chers.

Quelles sont selon vous les principales attentes des Français y résidant ?

Je prépare ma candidature depuis un an. J'ai effectué de nombreux voyages dans différents pays de la circonscription. Avec mon équipe, nous avons procédé à un véritable travail de fond, sans bruit mais avec persévérance, et, je pense, efficacité.

Les préoccupations de nos compatriotes varient en fonction de leurs pays de résidence.

Certains d'entre eux sont confrontés à une réalité que d'autres ignorent : à savoir, épisodiquement, la sécurité physique de leurs familles, ainsi que de leurs investissements.

On oublie trop souvent que la vie économique dans certains des pays de notre circonscription est ponctuée d'alertes en termes de sécurité ou de droit, qui remet en cause la pérennité même d'une implantation dans le pays.

On ne prend pas conscience, lorsqu'on réside à Paris, de ce que représente le fait de devoir rapatrier sa famille, de façon impromptue et à ses frais, de devoir inscrire ses enfants dans des établissements scolaires en cours d'année? Par ailleurs, comment investir et développer son activité, lorsque celle-ci est assujettie à une échéance électorale incertaine douze mois plus tard. ?

Cette réalité, qui n'est fort heureusement pas celle de tous les pays de la 9ème circonscription, loin s'en faut, ne doit pas être oubliée, car elle aboutit parfois à de véritables drames humains.

Tous nos compatriotes connaissent par ailleurs des préoccupations économiques et sociales, qui, ici également, sont sous-estimées : coût invraisemblable de scolarisation de leurs enfants ;

Mais l'on oublie que la plupart des Français résidant dans la 9ème circonscription ne sont pas employés par des groupes internationaux. Ils vivent dans des pays qu'ils ont choisis, y travaillent, parfois modestement, et connaissent, à l'instar de nos compatriotes en France, parfois des difficultés financières, des problématiques de couverture sociale, de retraite, de santé, de fin de vie? Ces problèmes, je les connais bien dans le cadre de mes activités au sein de la Société Française de Bienfaisance? Ces problèmes sont bien loin des préoccupations de certains candidats mettant les pieds pour la première fois dans les pays de la 9ème circonscription?

Enfin, nos compatriotes connaissent des préoccupations de représentation : à l'heure où les partis sont en crise, l'Europe en péril, les Français de l'étranger ressentent une véritable crise de représentation. L'annulation scandaleuse du vote électronique à ces élections n'en est que le plus récent exemple. Ce sont des milliers d'électeurs qui ne pourront s'exprimer, faute de bénéficier d'un bureau de vote dans leur ville de résidence.

Nos compatriotes ont le sentiment que, trop souvent, les députés de l'étranger ne leur rendent visite que pour briguer leurs suffrages au moment de l'élection.

Ils souhaitent une écoute, un relai et une aide. Ils peuvent compter sur moi. Je serai là !


Quel est votre parcours et votre implication passés auprès des Français de l'étranger ?

Une très large action associative et bénévole depuis plus de vingt-cinq ans au Maroc m'ont conduit à être candidat. Je me suis engagé à l'UFE, je suis président de la Société française de Bienfaisance à Fès où nous gérons une maison de retraite, et délégué de la CFCIM.

Depuis 2014, je suis également conseiller consulaire de Fès, où je suis né. Je représente les Français de la circonscription aux réunions consulaires et aux événements qui les concernent

Je suis également membre du bureau de la Fédération de l'UDI Monde, la Fédération des Français de l'étranger de l'UDI. J'y ai développé une expertise en bénéficiant de l'expérience de mes collègues élus aux quatre coins du monde lors de nos réunions régulières au siège à Paris.

Quels sont les sujets que vous comptez défendre en priorité devant le Parlement ?

- Tout d'abord, je souhaite m'impliquer auprès de mes compatriotes lorsque leur pays de résidence, pour ceux d'entre eux qui seront malheureusement concernés, fera l'objet de troubles ; Un relai, une écoute, des contacts en France sont précieux dans de tels moments ;
Je veux également :
- Garantir l'accès égal de tous nos compatriotes à l'enseignement français ;
- Développer un projet visant à la totale transformation de l'aide à la scolarité pour qu'elle bénéficie à tous ;
- Permettre à nos compatriotes de faire une demande de passeport ou de carte nationale d'identité auprès d'un consul honoraire ;
- Contribuer à l'abrogation de la CSG ? CRDS sur les revenus immobiliers pour les Français de l'étranger ;
- Officialiser le fait que les Français de retour en France peuvent immédiatement bénéficier de la CMU sans condition de résidence ;
- Eliminer les contraintes et les discriminations à l'encontre de nos retraités expatriés, et organiser la création de structures pour répondre aux besoins présents et futurs en matière de dépendance ;
- Initier un Erasmus Emploi pour sécuriser et faciliter la mobilité professionnelle de nos jeunes à l'international ;
- Contribuer à la réforme de la représentation des Français de l'Etranger ;
- Contribuer à la création d'un fonds de solidarité afin d'indemniser les Français établis à l'étranger qui rentrent après avoir tout perdu
- Traiter en relations avec les autorités locales les problématiques de formalités de séjour dans les pays concernés
Mais surtout, je veux être joignable et accessible, à l'écoute de nos compatriotes de la 9ème circonscription. Car ceux-ci ont avant tout besoin d'être écoutés, relayés et appuyés.

Quelles attentions particulières méritent les pays de la 9e circonscription ?

Chacun des 16 pays de la circonscription est différent.
Les attentions particulières, méritées par ces pays, et par les Français qui y vivent, consistent justement à ne pas les globaliser, et à être à l'écoute des problèmes spécifiques connus par chacun d'eux. Tous ceux qui vivent réellement à l'étranger depuis des années savent que chaque pays est différent, et que chacun doit faire l'objet d'une approche spécifique.

Comment pensez-vous gérer vos permanences dans les différents pays de votre circonscription pour être au plus près des Français basés dans la région ?

Je vais étendre le réseau de référents et de soutiens dans la plupart des grandes villes de chacun des pays de la circonscription.
Ainsi, chacun pourra avoir un accès quasi-direct à son député : c'est à mon sens le seul moyen pour entretenir une véritable écoute, et véritablement agir pour la défense des intérêts de nos compatriotes.

J'invite à cette occasion l'ensemble des lecteurs souhaitant s'investir dans un projet politique novateur à me contacter pour m'aider à mettre en ?uvre ce projet, qui se veut collectif, et qui entend donc prendre en compte les besoins de tous nos compatriotes, sans exception.

Tous ensemble, les Français de la 9ème circonscription peuvent enfin avoir LEUR député !

Par l'intermédiaire de cette interview, que souhaiteriez-vous dire à la communauté française de votre circonscription et particulièrement celle de Tunisie ?

Les 4 et 18 juin, vous avez la possibilité d'élire un député qui vit comme vous et qui partage vos préoccupations depuis toujours.
Votez pour un Français de l'étranger qui vous comprend et vous ressemble.

Site internet de Pascal Capdevielle

Retrouvez toutes les interviews des candidats aux législatives - 9e circonscription dans notre rubrique Communauté

Infos pratiques pour voter depuis l'Etranger sur le site du Consulat

Propos recueillis par Isabelle Enault (www.lepetitjournal.com/tunis) lundi 1er mai 2017

Biographie
Marié, 1 fille
Né le 22/04/63 à Fès, d'une famille présente au Maroc depuis plus de cent ans

Fonctions et Mandats :
? Chef d'Entreprise
? Délégué de la Chambre Française de Commerce et d'Industrie du Maroc (1ère Chambre Française de Commerce à l'Etranger dans le monde)
? Vice-Président de la Société Française de Bienfaisance de Fès
? Conseiller Consulaire élu - Vice-Président du Conseil Consulaire
? Délégué UDI Maroc - Co-Fondateur de l'UDI Monde
? Décoré de la médaille de la Défense Nationale

Parcours :
? Etudes primaires à Fès
? 1977 : Départ à 14 ans pour le collège et lycée international de Sophia Antipolis
? 1983 : DUT Génie électrique à Nice
? 1984 : Service militaire à bordeaux
? 1985 : Intègre l'entreprise familiale
? 1994 : Création de ma 1ère entreprise dans le textile (200 employés)
? 2000 : Création d'une ferronnerie industrielle (70 employés)
? 2008 : Construction d'un hôtel
? 2010 : Inauguration du ksar de Fès

 

0 Commentaire (s) Réagir

Vivre à Tunis

GASTRONOMIE

GASTRONOMIE - La cuisine sfaxienne

Sfax, ancienne Syphax berbère et par la suite Taparura romaine, deuxième ville et centre économique de Tunisie, est une ville portuaire de l'est du pays située à 270 kilomètres de Tunis. Riche

Sur le même sujet