Samedi 21 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ESCAPADES - Thuburbo Majus

Par Lepetitjournal Tunis | Publié le 29/08/2019 à 01:00 | Mis à jour le 29/08/2019 à 01:00
thuburbo majus, site archéologique

Thuburbo Majus est un site archéologique situé près d'El Fahs, à une soixantaine de kilomètres au sud-ouest de Tunis.

Identifié en 1857 par l'archéologue français Charles-Joseph Tissot, les fouilles sont reprises en 1912 puis vers 1930, sous l'impulsion de Louis Poinssot, et enfin en 1957. Les fouilles sont inachevées : une grande partie des quarante hectares du site reste à dégager.
Des vestiges importants sont  exposés au musée national du Bardo, notamment des mosaïques et les fragments d'une statue colossale de Jupiter.

Histoire
Elle devient un chef-lieu de district (pagus autant que civitas) en 27 av. J.-C., sous le règne de l'empereur Auguste. Les phénico-puniques ont vécu ici, en témoigne la place des cultes des deux divinités principales à l'époque postérieure : Saturne reprend le culte de Ba'al Hammon et Junon Caelestis reprend le culte d'Astarté. Les berbères ont vraisemblablement précédé cette époque.
En 128 après JC, sous le règne d'Hadrien, la ville obtient le droit de cité (municipe) et parvient à maturité entre 150 et 250. Sa prospérité repose alors essentiellement sur le commerce entre l'intérieur des terres et les villes côtières. Selon les estimations, la ville compte à cette époque entre 7 000 et 12 000 habitants. L'empereur Commode octroie à la ville, rebaptisée Colonia Julia Aurelia Commoda, le statut de colonie romaine en 188. L'intégration à l'empire et la prospérité permettent à la cité de se parer d'édifices publics.
La cité commence à décliner vers la fin du IIIe siècle. L'empereur Constantin tente de revivifier l'agglomération qui compte alors encore 1 000 habitants. Renommée Res Publica Felix Thuburbo Majus, elle reçoit une nouvelle impulsion sous le règne de Constance II qui poursuit une politique de reconstruction, en particulier des thermes.

Le diocèse
La ville devient par la suite un évêché, siège du diocèse de Thuburbo Majus suffragant de l'archidiocèse de Carthage, dont on connaît au moins quatre évêques : Sedatus qui prit part au concile de Carthage (256), Faustus qui prit part au concile d'Arles (314), saint Cyprien qui participa au concile des Églises de Carthage (412), au cours duquel il s'opposa au donatiste Rufinus, et Bennatus qui fut banni sous le règne d'Hunéric (484).
L'Église catholique le reconnaît aujourd'hui comme un évêché in partibus.

Les principaux vestiges
Le temple de Baalat et son Capitole daté de 168, quatre impressionnantes colonnes corinthiennes de 8,50 mètres ont survécu sur les 6 de la façade initiale. 
Le temple de Mercure, consacré en 211, se situe sur son côté nord-ouest, et possède un péristyle circulaire possédant huit colonnes. La proximité de la construction avec le forum suit les préconisations de Vitruve. On y trouve aussi deux sanctuaires consacrés à Saturne, dont l'un possède un plan de type oriental qui aurait été bâti  av. J.-C.
Le temple de Junon Caelestis
L'un des temples de Saturne a été bâti en hauteur. On y trouve également un « temple de Baalat », possédant un plan fréquent en Afrique, avec une cour outre le temple stricto sensu qui a été par la suite transformé en basilique chrétienne.

Édifices civils
En contrebas du temple s'étend un forum carré à péristyle de 45 mètres de côté, édifié au IIe siècle et restauré au IVe siècle, bordé sur trois côtés par des portiques et le Capitole. 
À proximité se trouvent les vestiges de la curie, dont l'aménagement intérieur a pu être restitué, avec ses gradins et son estrade.
On peut également y voir un macellum (marché), place dont les côtés possèdent des boutiques.

Les thermes, construits entre le 2e et le 3e siècle.
Les « thermes d'hiver », s'étendant sur 1 600 m2, et les « thermes d'été », à proximité immédiate du forum, étaient très richement ornés, sur 2 800 m2, avec un frigidarium de 125 m2. À proximité se trouvent des latrines.

Palestre des Petronii 
Située au nord-est des « thermes d'été », la palestre offerte par les Petronii à la ville en 225 était destinée à la pratique du sport. Proche de la palestre a été découvert un bas-relief représentant des ménades en train de danser, ce qui illustre l'imitation de modèles classiques dès le 1er siècle.

Thuburbo Majus accueille par ailleurs un amphithéâtre qui prenait appui sur le relief et qui n'est pas encore totalement dégagé.

Quartiers d'habitations
L'habitat privé a été moins l'objet de fouilles que les monuments publics ou religieux. Cependant, environ une vingtaine de maisons privées ont été dégagées.

Les archéologues ont pu déterminer que les classes aisées vivaient dans le quartier occidental de la cité, le quartier septentrional abritant des classes davantage populaires du fait de la proximité d'installations artisanales, en particulier des huileries.

À proximité du forum ont été retrouvées des habitations luxueuses, au sol recouvert de mosaïques et de marbre, certaines possédant un système de chauffage.

Voir l'album photos

Horaires et tarifs ICI


 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Munich Appercu
TRADITIONS

INSOLITE - Les petits secrets de l'Oktoberfest

L'Oktoberfest est connue dans le monde entier. Certes. Mais certains chiffres et certaines anecdotes sont pourtant passés sous silence ou tombés dans l'oubli. En voici un florilège.

Sur le même sujet