Jeudi 26 novembre 2020
Édition Internationale
Édition Internationale

Candidat

Quitterie_Campagne_Y4CN.png
Campagne
Mont-de-Marsan
France
Social et Humanitaire
Je viens juste d’avoir 23 ans et suis en mission avec Life Project 4 Youth (LP4Y) - www.lp4y.org - depuis bientôt deux ans et demi. Après un peu plus d’un an au Vietnam, en contact direct avec les bénéficiaires de l’organisation - des jeunes adultes entre 17 et 24 ans - mais aussi avec les partenaires de ce mouvement (entreprises, organisations locales…), j’ai demandé à poursuivre ma mission au service d’une cause plus transversale, plus internationale… et pourquoi pas un autre pays ?

En 2016, LP4Y a initié un réseau international de partage de bonnes pratiques entre organisations oeuvrant pour l’inclusion sociale et professionnelle des jeunes adultes en situation d’exclusion. En effet, après plusieurs années aux Philippines, Vietnam, Indonésie, Inde, les co-fondateurs - et équipes sur place - ont réalisé la force du partage de bonnes pratiques entre organisations oeuvrant pour l’inclusion des jeunes. C’est suite à ces constats que le réseau Youth 4 Change Network (Y4CN) - www.y4cn.org - est né, et rassemble aujourd’hui plus de quarante organisations membres, dont Corpo Emprende, Terre des Hommes, Acted India, Asmae, Yangon Bakehouse, et bien d’autres en Asie, Amérique du Sud, Europe, Afrique.

C’est pour contribuer au développement d’un tel projet que j’ai décidé de poursuivre mes missions avec LP4Y et Y4CN, en Inde. Youth 4 Change Network a trois principales missions : mise en contact des membres entre eux, agir ensemble pour l’inclusion sociale et professionnelle des jeunes adultes, et enfin être un support pour ces associations dans l’organisation d’une conférence, la rédaction d’un livre blanc, ou d‘autres projets similaires.

En février 2019, tout juste arrivée en Inde, j’ai pris en charge la Coordination des Membres Internationaux du réseau. Mon but était d’apprendre des organisations membres, de comprendre leurs attentes, leurs besoins et challenges quotidiens, mais aussi leurs forces afin de créer du lien entre chacun d’entre eux : en effet, nous sommes trois volontaires à temps plein sur le projet, mais nous n’avons pas toutes les expertises nécessaires pour comprendre et appréhender le contexte (politique, économique…) de chaque organisation, chaque pays, voire chaque zone. C’est pour cela qu’il est plus qu’important de créer ce lien qui pousse petit à petit les organisations à travailler ensemble et ne plus se voir concurrentes l’une de l’autre. Par exemple, nous avons rencontré - dans la mesure où j’étais basée à Delhi les premiers mois - Terre des Hommes Delhi, qui venaient d’ouvrir un programme de “Sports pour le Développement” dans les zones rouges de la ville - c’est-à-dire les zones où l’on recense le plus de trafics d’êtres humains, dont les jeunes femmes sont notamment victimes. Le but d’un tel programme : redonner confiance aux jeunes - filles, garçons, femmes & hommes - via le sport. Cela m’a rappelé le programme de l’une de nos organisations les plus actives : Etijah, en Egypte. Etijah travaille avec les jeunes réfugiés Syriens et/ou Libyens pour leur redonner confiance en eux, via le sport également. Les deux organisations, bien que n’étant pas dans les mêmes villes voire zones géographiques, se sont entendues sur leurs challenges communs et partagent aujourd’hui des bonnes pratiques qu’ils ont rencontrés au fil de leurs programmes d’inclusion sociale.

Ce que nous avons compris au fur et à mesure de nos échanges avec différents membres (ou non membres), c’est que nous ne pouvions avoir l’expertise nécessaire pour collaborer avec des organisations aux quatre coins du monde, tant les challenges et contextes globaux sont différents, sans avoir des référents locaux. Afin de ne pas être trop déconnectées de ces réalités, nous avons décidé, dans un premier temps, de renforcer les contacts avec certaines organisations membres. Par exemple, NAYD (Network of African Youth for the Development) - http://nayd.org -, nous soutient aujourd’hui afin de développer les relations avec de plus petites organisations en zone Afrique (Niger, Congo, Mali…). NAYD rassemble des coordinateurs de projets dans ces différents pays. Ces derniers connaissent très bien les contextes d’actions associatives et sont désormais d’accord pour collaborer avec Y4CN afin de capitaliser sur les bonnes pratiques à partager, et créer des liens entre ces différentes organisations. Nous avons déjà mis en contact plusieurs associations !

Dans un second temps, nous décidons de rassembler l’ensemble des acteurs de l’écosystème d’inclusion des jeunes adultes en situation d’exclusion en co-organisant des workshops avec le support de certains référents locaux, comme Etijah en Egypte, ou Global Compassion au Cameroun. Nous sommes en train de finaliser la rédaction d’un guide d’organisation d’un workshop avec tous les documents nécessaires, que nous allons publier dans les prochaines semaines.

Après six mois de mission, j’ai eu l’opportunité de passer Coordinatrice du projet, et d’une équipe d’une dizaine de personnes : j’en suis très fière ! Comme précisé, nous sommes trois volontaires à plein-temps sur le terrain, basées en Inde ; Youth 4 Change Network est également l’un des Projets Collectifs de Sciences Po Paris depuis 3 ans, ce qui nous amène à travailler avec cinq étudiantes internationales en échange, à mi-temps. Le but pour cette nouvelle année est de structurer le réseau, d’impliquer plus les membres dans les décisions, de s’entendre sur des évènements récurrents de réseautage… agir ensemble !

Aujourd’hui, je suis fière de pouvoir dire qu'après ces deux premières années d’expériences plus qu’enrichissantes, je peux nuancer la question "c'était comment tes vacances à l'autre bout du monde ?" que mes proches me posent fréquemment et valoriser toutes les compétences que j'ai su développer à travers mon parcours : être capable de répondre aux objectifs d'un projet transversal, de travailler en équipe dans différents pays (Vietnam, Inde, Myanmar…), avoir renforcer mes capacités organisationnelles et d’adaptabilité à un nouvel environnement, compétences que je saurai largement mettre à profit.