Dimanche 29 novembre 2020
Édition Internationale
Édition Internationale

Candidat

20191220_130421.jpg
Dieng-Mikalef
DAKAR
Sénégal
Culture/Art de vivre, Entrepreneur
La décision d'abandonner le secteur rassurant de l'assistanat de direction et de la bureaucratie avec un salaire qui tombait tous les mois et de créer ma marque de vêtements peints a été un pari risqué. N’étant ni dans le secteur de la mode ni dans le circuit artistique, il m'a fallu quelques mises a jour. Faire une formation en haute couture a Paris en plein hiver sous forme de modules adaptés (il me fallait apprendre en deux semaines les cours qui se donnent en deux ans dans les Hautes Écoles de Couture) n'a pas été une mince affaire. Pour faire tourner Marimika, j'organise des expos-ventes, deux a trois fois par an : gros travail pour peu de bénéfices.
J'arrive cependant a un tournant si je ne veux plus rester simple artisane et passer au stade d'entreprise, et c'est pourquoi j'ai misé toutes mes économies dans la confection d'une partie de mes vêtements dans un atelier de la ville artistique et culturelle de Lyon. Je n'ai plus droit au faux-pas et je m'active a prendre de nombreux contacts pour trouver un magasin suffisamment luxueux (Paris, New York, Londres) qui pourra accueillir mes "œuvres d'art" (il m'arrive de mettre 8 a 10 jours pour peindre un vêtement, une fois 1 mois pour la commande d'une robe longue). J'y crois, et cette activité me prend beaucoup de temps (je regrette de passer moins de temps sur mes pinceaux, mais ce travail de recherche est indispensable.
Mon coté social, vivant en Afrique et dans un pays "en voie de développement", je ne parlerai pas d'émergence face aux inégalités croissantes auxquelles sont confrontés les populations, est un volet qui me tient beaucoup a cœur. Mon combat environnemental y est directement lié, et j'essaie de faire travailler des jeunes femmes ainsi que l'appui a la poursuite de leurs études. Tout ceci gréve partiellement mon budget, mais il m'est impossible de rester sans agir face a cette pauvreté.
Marimika, c'est un tout.

(vous excuserez l'absence de certains accents, je travaille en ce moment sur un clavier QWERTY)