Jeudi 22 août 2019
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Candidat

Pierre-Le-Corf-400x400.jpg
Pierre Le Corf, Humanitaire
Paris
France
Social et Humanitaire
C’est une aventure un petit peu spéciale, solitaire même si j’ai la chance d’avoir des volontaires motivés ici, magnifique mais aussi effrayant parfois. Je n’ai pas des moyens immenses mais j’essaye comme je peux de faire une différence. Les conditions sont parfois très difficiles, les risques sont présents au quotidien et j’ai été blessé par des éclats d’obus à la tête (une chance immense, sans gravité) mais avec le temps je vois les graines grandir … hier j’ai croisé une famille dans la rue et leur réaction était vraiment touchante, en particulier le papa … c’était en 2016, j’étais en face d’un garage et une roquette est tombée dans le garage sur un générateur. J’ai pu sortir deux hommes en vie et un autre mort malheureusement, l’un, le papa, avait une ouverture de 20 centièmes du coude à l’aisselle que j’ai pu fermer avec ma ceinture et l’autre avait les deux jambes arrachées maintenues par son jean dont j’ai fermé les extrémités avec des câbles électriques … tous les deux sont en vie. J’ai quelques autres exemples en tête par rapport à ce sujet en particulier, ce n’est pas joli mais je suis heureux et fier.

Je n’ai pas la prétention d’avoir quoi que ce soit d’exceptionnel mais au moins original et venant du coeur, … j’ai un programme cinéma pour les familles modestes, le programme de premier soin physique sur les lignes de front, le programme de premier soin psychologique pour enfants réfugiés, un refuge pour les animaux blessés, une petite école pour les enfants de la rue, un petit programme agricole …rien ne colle vraiment ensemble mais tout ça fait du sens pour moi et pour ceux qui en font partie.

Au départ vous imaginez la difficulté de se faire une place ici, de prouver que mes intentions sont justes … évidemment le gouvernement Syrien avait des doutes sur ma présence, beaucoup pensaient que j’étais un espion français. Ça a été un challenge énorme mais petit à petit les choses ont pris leur place et je continue d’essayer de faire au mieux autant que je peux et j’essaye de prévoir l’avenir, je reçois des donations mais très peu, c’est loin d’être éternel et la neige a fondue aux deux tiers même si je dépense intelligemment … mais je paye au moins 70% de ce que je fais avec mes propres sous.