Jeudi 26 novembre 2020
Édition Internationale
Édition Internationale

Candidat

MademoiselleOrganicfoundersmallsize.jpg
Marquie
HOPPERS CROSSING
Australie
Entrepreneur, Innovation, Ancien(ne) élève des lycées français du monde, Autre domaine
Vivre à l'étranger et lancer sa marque, c'est autant un défi qu'une opportunité. Pourquoi une opportunité? Parce qu'il est plus facile de se différencier quand on a vécu dans plusieurs pays où, grâce aux rencontres et enseignements, on a pu enrichir ses connaissances et compétences d'une façon tout à fait unique.

Ce dont je suis fière, c'est d'avoir créé une entreprise qui enseigne une activité populaire en France, le DIY, tout en l'adaptant au marché Australien local et à mes idéaux personnels d'écologie et de contact humain.

Grâce à mes études à l’EDHEC ainsi que dans différentes universités autour du monde, j’ai acquis les connaissances pour gérer tous les aspects d’une entreprise, de la comptabilité au marketing. Ces voyages m’ont aussi permis de comprendre comment un produit ou concept populaire dans un pays peut l’être beaucoup moins dans un autre… à moins de l’adapter.

J'ai donc choisi d'enseigner des recettes « DIY » avec une approche moins scientifique qu'en France, mais plus pratiques et faciles à faire chez soi. Les Australiens ne sont pas autant sensibilisés que les Français sur les problèmes posés par certains composés chimiques, mais ils essaient de réduire leurs déchets plastiques et souhaitent soutenir l'économie locale.
C’est pourquoi j'utilise des fournisseurs locaux et la plupart de mes produits sont bios (la certification Australienne étant une des meilleures certifications disponibles), vendus dans des contenants en verre, papier ou aluminium avec des étiquettes en papier, pour réduire l'usage de plastique. Tous sont également d'origine non-animale.

J'enseigne aussi comment réutiliser les contenants des produits et comment limiter la surconsommation en achetant seulement les ingrédients qui font une différence et peuvent être utilisés dans plusieurs recettes.

Créer une relation d'échange où je valorise mes élèves est très important pour moi. Certains élèves sont devenus des amis et d'autres une source d'inspiration personnelle. Je m'implique dans la communauté en offrant des ateliers à des associations locales et caritatives, comme par exemple pour un groupe de femmes réfugiées apprenant l'anglais.

J'essaie aussi d'utiliser mon image sur les réseaux sociaux pour sensibiliser sur les problèmes environnementaux ainsi que l'impact de nos choix sur notre corps et la planète. Bien qu'étant plutôt réservée, je parle notamment beaucoup de l'endométriose, une condition qui affecte de nombreuses femmes et dont on parle peu, alors qu'elle peut causer beaucoup de souffrances.