Mercredi 19 septembre 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Candidat

DSC01647.jpg
Anna Godefroy, Directrice
Vancouver
Canada
Social et Humanitaire, Autre domaine
Depuis plus de quatre ans, je m’engage à la revalorisation de travailleurs de l’ombre – les recycleurs urbains. Je défends et aide à organiser les économies locales informelles comme mode de survie pour les personnes exclues. En effet, beaucoup de gens vivants en dessous du seuil de pauvreté sont obliger de conduire des activités de survie pour gagner l’argent suffisant pour se payer un repas, ou un lit dans un foyer. L’économie informelle, à Vancouver, comme dans beaucoup d’autres villes dans le monde, repose principalement sur « binning » c’est à dire fouiller dans les poubelles pour y trouver de quoi manger, se vêtir, et la revente d’objets trouvés.

L’initiative que j’ai créé utilise les principes d'éducation pour adultes et de l'apprentissage tout au long de la vie pour promouvoir l'équité, la justice sociale, et aussi réduire la stigmatisation du précieux travail que font les recycleurs urbains. En effet, ils détournent chaque jour les déchets recyclables qui finiraient autrement dans les décharges ou à l’abandon.

J’ai travaillé bénévolement pendant plus d’un an avant de pouvoir lever les fond nécessaires pour créer le Binners’ Project. Trois ans plus tard, nous embauchons neuf personnes, dont cinq recycleurs. Entre 50 et 60 binners se rendent à nos réunions par semaine. Nous aidons les personnes exclues et pauvres à se réinsérer dans la société en leur donnant du travail. En 2017, nous avons distribué plus de CAD$109 000 à nos membres sous la forme d’emplois flexibles.

Nous avons développé un modèle innovateur: des programmes de développement économique communautaire pour fournir des compétences professionnelles et plus de possibilités aux personnes marginalisées.

Je suis particulièrement fière du fait que mon travail va au delà de l'initiative que j’ai créé. Je m’engage de façon importante au sein de la communauté pour lutter contre la pauvreté en travaillant sur le développement économique. En effet, je suis membre et co-dirigeante depuis 2016 de deux organisations locales consacrées au développement économique communautaire et à l'embauche sociale: les organisations « Exchange Inner City » et « Urban Core ».

L’initiative que j’ai créé effectue un gros travail de communication pour promouvoir le travail des binners et des personnes exclues à travers l'inclusion et l'économie verte. Mes efforts sont récompensés: mon travail au sein du Binners’ Projet et des ces organisations influence directement la politique de l’action sociale et économique provinciale. Chaque année, je suis invitée en tant que directrice et activiste à une cinquantaine d'événements locaux et de différentes provinces du Canada, comme dans l'Ontario et le Québec. Souvent accompagnée d’un ou deux binners, nous présentons notre travail – de la politique zéro déchet, en passant par la conception plus inclusive des ruelles et bien sur, l'innovation sociale. Nous discutons et influençons les élus municipaux et provinciaux, avec le personnel de la ville de Vancouver qui implémentent les décisions politiques. Ces invitations sont des signes encourageants d'un changement institutionnel de la perception des économies informelles. Tout cela contribue grandement à diminuer le stigma attaché à ces activités de survis auprès du grand public. Par l’information, les différentes classes sociales comprennent l’ampleur du problème, ainsi que la nécessité pour ces activités d’exister et de s’organiser dans le monde d’aujourd’hui, à défaut d’autres solutions.

Par ailleurs, reconnaissant que la politique est souvent éclairée par la recherche, je m’assure que nous déployons des efforts concertés pour améliorer le lien entre nos actions et le travail de recherche en cours et, en particulier, soutenir la représentation des perspectives de nos membres dans la recherche universitaire. Nous sommes soutenus financièrement, et dans nos actions, par la Ville de Vancouver, la Vancouver Foundation, McConnell Family Foundation, ainsi que par de nombreuses entreprises privées qui reconnaissent la nécessité de notre intervention. Grâce aux partenariats que j’ai créés avec les universités les plus prestigieuses du Canada, y compris la University of British Columbia (UBC) and Simon Fraser University (SFU), nous sommes en mesure de développer des actions construisant des relations entre étudiants, chercheurs et notre équipe de recycleurs. Par exemple le Binners’ Project fait partie d’une étude menée par le « BC Centre for Excellence in HIV/AIDS » de UBC. Je suis moi-même co-auteure d’une étude publiée avec Dr. Lindsey Richardson sur le lien entre l’économie informelle et l’état de santé des populations pauvres de Vancouver.