Dimanche 18 novembre 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Candidat

Sandie-4.jpg
Sandie Guitart, designer - créatrice de Paloma Ya Ya
Yangon
Myanmar [Birmanie]
Culture/Art de vivre
L'objectif premier de ce projet consiste à mettre en valeur les savoir-faire textiles traditionnels d'exception.

Ma première fierté fut d'y parvenir à travers mon prisme et la créativité dont j’imprègne ma ligne de vêtements. Il s'agit surtout de tissus mais je travaille aussi avec des artisans spécialisés dans les broderies et les assemblages à la main. En terme de création, cela se traduit par un processus inverse de celui couramment utilisé dans la mode. Tandis que la plupart des designers partent de la forme, trouvant ensuite un tissu adapté, je développe pour ma part un tissu selon tel ou tel savoir-faire et j'imagine ensuite une forme qui lui correspond,. De plus, cette forme est souvent elle aussi contrainte par mon souci d'économie de la matière. Ce fonctionnement d'"ingénieur" et ses contraintes fertiles donnent à la marque, outre son côté brut et naturel, un style finalement bien à elle. Celui-ci s'inscrit plutôt bien dans une tendance actuelle que certains appellent "less is the new more".

Je suis également fière de l'aspect éthique et écologique de ce projet. En effet, les artisans avec lesquels je travaille sont indépendants ou font partie d'ateliers gérés de façon autonome. La confection est réalisée par des couturières indépendantes également. Tous les textiles sont tissés à la main avec des fibres naturelles. La plupart sont en coton, quelques uns en lotus. Une grande majorité des tissus sont soit non teints, soit teints naturellement à partir de plantes, de graines ou de racines. J’ai moi-même pu me former avec un maître teinturier de Chiang Mai en Thaïlande, notamment sur la teinture à l’indigo mais également les bains élaborés à partir de baies comme la baie à maquereau (ou gooseberry), très utilisés en Birmanie. Cela me permet de comprendre les problématiques associées (gammes de couleurs et variabilité des tons obtenus, temps de teintures très longs …) et de les intégrer dans mes processus de création et de production. Au final, Paloma Ya Ya c’est une fabrication 100% Birmanie, pour un design d’inspiration française.

La promotion du travail féminin lié à l'accès à une certaine autonomie des femmes est également source de fierté ; en effet, la très grande majorité des artisans et des couturiers sont des femmes et mon projet permet non seulement de les rémunérer directement et justement, mais leur permet également d’entreprendre à leur tour en recrutant et formant des apprenties pour suivre une production en pleine croissance. Et au-delà de la réussite de leurs affaires, ces femmes permettent aussi de conserver - et parfois même de retrouver - l’héritage culturel de leur région, de perpétuer la mémoire de la main, des motifs, des traditions qui forment et puisent dans les savoir-faire textiles.

Au final, je suis très heureuse aujourd'hui d'être en contact avec un réseau fiable d'artisans avec lesquels je peux désormais collaborer par exemple sur des projets de décoration d'intérieur, plus importants en terme de quantités. Je développe également en parallèle de Paloma Ya Ya, une collection d'uniformes qui s'appelle "les uniformes de Paloma Ya Ya" destinée à des hotels hauts de gamme qui recherchent un produit naturel de fabrication locale.