Lundi 23 avril 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Candidat

Jocelyn_DORDE.jpg
JOCELYN DORDE, MEDECIN GENERALISTE
Phnom Penh
Cambodge
Social et Humanitaire
Raoul Follereau, un des pionniers de la lutte contre la lèpre, avait pour leitmotiv : « Vivre, c’est aider les autres à vivre ». Ces quelques mots m’ont accompagné dans tous mes voyages.

Au sortir de mon internat de médecine générale sur l’île de la Réunion en 2000, j’ai eu la chance de pratiquer la médecine à l’infirmerie d’une des plus grosses ONG* du Cambodge, PSE (Pour un Sourire d’Enfant) qui s’occupe de milliers d’enfants de la décharge de Phnom Penh, en alternant, pendant quelques mois, PSE et des remplacements de médecine en France. En 2005, j’ai ensuite fondé l’ONG Taramana pour venir en aide à deux orphelins, puis, très vite, des dizaines d’enfants du bidonville de Boeng Salang, au nord de la capitale. En 2008, j’ai ouvert un centre médico-éducatif au sein du bidonville, financé par un programme de parrainage individuel et collectif, permettant ainsi d’accueillir près de 200 enfants.

Depuis bientôt sept ans, bénévole huit mois par an au Cambodge me donnant le titre de résident expatrié, j’anime une équipe d’une dizaine de salariés cambodgiens pour améliorer le quotidien des enfants du bidonville et leur offrir un meilleur avenir professionnel. Je suis passionné par l’activité polymorphe que j’exerce au service des enfants et de leurs familles (consultations de médecine générale, vaccinations des enfants et de leurs parents, cours de secourisme et de prévention des maladies infectieuses, cours de français, animation d’une troupe de théâtre francophone avec une quinzaine d’adolescents cambodgiens, réalisation de vidéoclips de sensibilisation, organisation de spectacles dans le bidonville). Je ne peux prétendre meilleur salaire que le sourire quasi-omniprésent que me renvoient les enfants au quotidien.

Ce grand bonheur efface toutes les contraintes et aléas liés aux différences culturelles et sociales entre la France et le Cambodge. Au-delà de ce que je peux leur apporter en termes d’éducation, nutrition et santé, avec l’appui indéfectible d’une équipe cambodgienne et de volontaires français, je suis fier de constater maintenant que leur regard a changé, qu’ils ont davantage confiance en eux, une envie de croire en l’avenir et un projet de vie qui se lit dans leurs yeux. Quelle joie aussi de voir ces enfants de la troupe des « Petits Chenapans » gagner la quasi-totalité des prix du Concours Destination Francophonie organisé par l’Institut Français du Cambodge en juin 2013. C'est aussi leur succès indéniable lors de leurs 4 représentations en France en octobre 2016 devant des salles combles pour une pièce que j'ai eu le bonheur d'écrire et de mettre en scène : "Allô Docteur, vous n'auriez pas vu mon Bidou?" Que dire de l'incroyable buzz planétaire suite à la diffusion d'un vidéoclip d’une parodie de Gangnam style avec plus de 1.500.000 vues sur Youtube? Démonstration est faite qu’avec « un petit coup de pouce », ces enfants, pourtant promis pour la plupart à devenir chiffonniers, peuvent réaliser de grandes choses, aller de l’avant et garder la tête haute en toutes circonstances.
A force de persévérance et grâce aux généreux donateurs de l'association, j'ai pu mener à bien la construction d'un nouveau Centre médico-éducatif de 2000 mètres carrés implanté au cœur du bidonville. Inauguré en présence de M. l'Ambassadeur de France et des autorités locales du pays le 5 février 2017, ce nouveau lieu d'apprentissage, de soins et de réconfort constitue désormais une base solide et pérenne pour accompagner des centaines d'enfants de ce quartier du Nord de Phnom Penh vers un avenir meilleur.

En conclusion, même si je reconnais volontiers avoir bénéficié d’un parcours plutôt atypique pour un médecin, je considère que j’ai avant tout eu une chance inouïe de pouvoir faire ce que j’aime auprès des plus démunis. C’est au nom de toutes ces personnes qui donnent de leur temps pour aider les autres, les plus faibles, que je m’inscris à ce trophée. Heureux sont les expatriés de France qui représentent à travers le monde entier l’image de notre pays, celle d’une terre de liberté, d’égalité et de fraternité.

* ONG : Organisation Non Gouvernementale