Samedi 29 janvier 2022
Édition Internationale
Édition Internationale

Candidat

17022454_10154835036216357_4583141907769161527_n (1).jpg
Arnaud PIERRE, Fondateur Stages Heroes
Singapore
Singapour
Culture/Art de vivre
Je pense qu'il y a trois choses dont je suis le plus fier.

D'une part, les créations qui ont laissé une trace (qu'ils s'agissent de spectacles ou de vidéos). Il y a par exemple un Marivaux que j'ai monté un en un peu moins de trois mois avec une équipe d'amateurs de niveaux divers et qui a reçu un très bon accueil critique. Ou à trente minutes de stand up, que j'ai écrit et interprété, qui a fait pleurer de rire une salle de café-théâtre trois soirs de suite. C'est le genre de petits miracles qui donne envie de continuer. Il y a aussi "The Story Machine" dont je suis particulièrement fier. C'est un spectacle entièrement créé avec mon ancien partenaire de scène australien, Graeme Ford, qui est une pièce improvisée en anglais d'une heure à deux acteurs. Je ne me serais jamais cru capable de faire ça il y a cinq ans et pourtant... ce format a cartonné de 2015 à 2017 à Singapour. Nous l'avons notamment joué devant 800 personnes au PETA centre de Manille lors du Festival qui y a lieu tous les deux ans et beaucoup d'improvisateurs nous en parlent encore !

L'autre chose dont je suis le plus fier, bien évidemment, c'est le groupe qui s'est créé. Au début, j'ai dû beaucoup fonctionner en réseau avec des metteurs en scène, des directeurs de théâtre d'écoles internationales, des acteurs professionnels ou amateurs et d'autres professeurs. Ainsi, j'ai directement contribué à la croissance de la communauté des improvisateurs anglophones et francophones à Singapour, qui compte actuellement près d'une centaine de joueurs actifs et qui est aujourd'hui comme une famille pour moi. Un famille qui continue d'accueillir de nouveaux membres tous les mois. Surtout qu'avec la production théâtrale en français qui démarre l'année prochaine, cette famille va s'élargir encore d'avantage pour inclure les élèves intéressés par le théâtre de texte.

Enfin, je suis particulièrement heureux de la progression de certains élèves que j'ai encadrés. Voir un groupe, que l'on a accompagné pendant des mois, aller sur scène et faire sincèrement rire un public pendant une heure, c'est évidemment la raison pour laquelle j'ai choisi ce métier, malgré ses difficultés. Lors d'un graduation speech à l'Essec Business School de Singapour, que j'avais prononcé en tant qu'alumni, je me rappelle avoir expliqué que, dans ma vie précédente, j'étais parvenu à conclure un deal à plus d'un million de dollars avec une grande marque du luxe mais que, pourtant, ça ne m'avait pas rendu aussi fier que le jour où j'ai vu une élève de 14 ans prendre confiance sur scène à la suite d'un trimestre de cours.

Il y a tout de même peu de métiers qui vous permettent de transformer les gens de manière aussi profonde.