Lundi 27 janvier 2020
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Candidat

ID-YP.JPG
Yann PERRON, Fondateur de Cantio
Singapore
Singapour
Culture/Art de vivre
EN QUOI VOTRE EXPERIENCE EST-ELLE EXCEPTIONNELLE? DE QUOI ETES-VOUS LE PLUS FIER?

Je ne suis pas fier, mais j’ai au fond de moi un désir aussi puissant qui me pousse à défendre la musique classique, les auteurs et les artistes, les interprètes et les créateurs. Je veux faire connaitre la culture française car c’est la mienne, l’esprit français car c’est le mien, mais c’est pour mieux partir à la découverte des cultures d’Asie. Ce que j’apporte de France, ce sont des trésors, des merveilles, que je veux partager, des raretés y compris pour mes compatriotes: de Guillaume De Machaut à Marcel Jousse, de Bernard de Ventadour à Debussy, de Charles Baudelaire à Christophe Tarkos. Je leur donne l’allure parfois de provocations, car c’est ma nature, mais c’est en définitive un patrimoine d’inventions et d’innovations intellectuelles et culturelles qui ont en leur temps changé l’histoire et les mentalités. J’en suis le modeste légataire, avec un devoir soucieux de transmission.

Je pars de ce que je connais, ma culture, mes auteurs, pour aussitôt aller vers les autres et la culture asiatique. L’ethnomusicologie me parait naturelle. Le Mak Yong (patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO depuis 2008), le Tembang Sunda et l’opéra chinois sont encore des mystères, mais le théâtre musical de Java m’a déjà révélé son humour et son inventivité avec des trouvailles, des humeurs et des détails qui forcent pour moi la comparaison avec nos traditions, avec les acquis de la musique occidentale et de l’opéra. L’opéra et le théâtre musical qui depuis le début servent de fil conducteur. Avec l’association Cantio, nous tissons des liens, nous créons du lien.

Cantio, A Society For Vocal Music est ainsi un projet interculturel qui avec la voix et le chant rassemble à Singapour les musiques et les genres. C’est une chance à Singapour de cotoyer des communautés diverses et c’est une opportunité formidable d’explorer des cultures passionnantes. Ainsi nous voulons embarquer ce public vers une aventure culturelle. Même si nous ne pouvons financer des projets coûteux, nous avons des projets ambitieux, conviviaux et ouverts à toutes les possibilités. Nous ne sommes qu’une modeste association à but non lucratif et notre ambition est surtout de former une fraternité, une appartenance à un groupe de mélomanes et de curieux qui discutent et veulent apprendre ensemble.

La voix est le motif de toutes nos initiatives, le prétexte de tous nos projets. Le dialogue des cultures nous permet de toucher un nouveau public et nous élaborons des programmes et des contenus à son attention. Un public de mamans et leurs bébés, un public d’enfants, un public de personnes âgées, un public d’universitaires, un public d’amateurs d’art et de littérature, un public de curieux et d’apprenants. C’est pour moi un bonheur et peut-être une fierté que de partir ensemble à la découverte des voix et des musiques du monde, à la redécouverte d’un patrimoine, à la diffusion de la musique vocale et de ses trésors.

Nous organisons des conférences avec des musicologues et des universitaires sur le modèle des cafés philos et dans l’esprit d’une longue tradition européenne d’échanges et de dialogues. En choisissant Marcel Jousse comme « Parrain » de notre entreprise, nous avons choisi la tradition orale et les interactions. Et nous partons ensemble à la découverte. Mon équipe pose des jalons mais rien n’est joué d’avance et rien ne correspond à un enseignement orthodoxe.

Nous organisons aussi bien des masterclasses pour les débutants que des récitals avec des artistes lyriques professionnels et des cafés lyriques avec des amateurs chevronnés (prochainement). Un festival en mars 2019, avec deux séries de concerts auto-produits, sera l’occasion d’interagir avec les arts plastiques et la poésie, dans l’esprit des happenings.