Mardi 22 septembre 2020
Édition Internationale
Édition Internationale

Candidat

Marc_Rollet.jpg
Marc ROLLET, Co-fondateur Agence de communication Synapse
Rangoun
Myanmar [Birmanie]
Entrepreneur
EN QUOI VOTRE EXPERIENCE EST-ELLE EXCEPTIONNELLE? DE QUOI ETES-VOUS LE PLUS FIER?

Je suis arrivé en Birmanie le 1er août 2013. C’était un jour spécial pour moi puisque j’ai eu 23 ans ce jour-là. Après avoir testé notre concept les mois qui avaient précédés notre implantation et nous être rendus sur place pour voir à quoi ressemblait le Golden Land, je suis revenu avec mes deux associés pour y implanter notre entreprise.

Nous avons fait le choix de nous lancer sans faire appel à des investisseurs, avec les quelques économies que nous avions mis de côté pendant nos études pour rester indépendants. Nous nous sommes développés progressivement en réinvestissant les bénéfices dans l’accroissement de nos équipes. En 5 ans, notre équipe est passée de 3 à 65 personnes, notre chiffre d’affaire a été multiplié par 130 en passant de $15,000 en 2013 à $2,000,000 en 2018.

À l’heure où créer son entreprise est un objectif de plus en plus populaire auprès de la génération à laquelle j’appartiens et dans toutes les autres catégories de tranches d’âges de la société, notre aventure pourrait passer pour banale. Cependant, j’ai la faiblesse de croire que le fait de décider de sauter le pas à 23 ans dans un pays qualifié par d’aucuns comme un « marché frontière » où les conditions de vie ne sont pas des plus simples même pour les expatriés, notamment lorsque nous sommes arrivés en 2013, demande du courage et de la détermination.

J’ajouterais que le fait de prendre cette décision en commun avec des amis de longue date, le choix de faire le grand saut et de voir sa vie impacté durablement, n’est pas anodin car cela nécessite une grande confiance réciproque et un brin de folie. Nous avons eu la chance d’être soutenus par nos parents qui nous ont appris la débrouillardise et toujours poussé à entreprendre. Notre décision a toutefois demandé de la maturité car même si nous ne pouvions pas savoir de quoi l’avenir serait fait, nous savions ce qu’il ne serait pas à savoir une proximité géographique avec sa famille et ses amis d’enfance, ou encore une qualité de vie telle qu’on peut la trouver en France. Lorsque je repense à cette époque, je réalise que cela n’a eu que peu d’impact pour entraver notre décision et que nous croyions résolument en notre projet.

En y réfléchissant, ce dont je suis le plus fier est le choix originel que nous avons fait de nous lancer dans cette aventure! Ce moment marqua la fin d’un processus correspondant à la fois à la fin de nos études, mais aussi la volonté individuelle et partagée d’entreprendre. 6 ans après, je ne regrette pas un instant d’avoir fait ce choix et j’espère que notre projet continuera à s’épanouir dans les 5 ans à venir malgré les challenges qui seront à relever.

ARTICLES PUBLIES PAR LES EDITIONS DU PETITJOURNAL.COM EN ASIE

https://lepetitjournal.com/birmanie/communaute/synapse-liberte-creativite-fraternite-la-com-francaise-qui-monte-66759