Lundi 27 janvier 2020
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Candidat

Van Cong.jpg
Van Cong NGUYEN , Fondateur ONG Groupe VK
Ho Chi Minh
Vietnam
Social et Humanitaire, Autre domaine
EN QUOI VOTRE EXPERIENCE EST-ELLE EXCEPTIONNELLE? DE QUOI ETES-VOUS LE PLUS FIER?

Dans les villages défavorisés et reculés du Vietnam, un pont est extrêmement important. Il permet en effet de relier de petits villages à d’autres, d’aider les élèves à aller à l’école, d’aider les malades à se rendre plus rapidement aux centres médicaux, et de favoriser les transports des marchandises pour un meilleur développement économique. Beaucoup de ces ponts sont des ponts de singe, des planches de bois ou de bambou rattachées entres-elles et suspendues par quelques cordes. Ils ne sont en aucun cas securisés et se détériorent au fil du temps. Ils sont d’autant plus dangereux à utiliser lorsqu’il y a de fortes inondations : les balustrades se cassent, de nombreux fissures et accidents se produisent. Par ailleurs, outre les ponts dégradés, un certain nombre de routes reliant plusieurs villages sont également touchées par des glissements de terrain provoquant des perturbations de la circulation et affectant des vies.

Malgré la mobilisation de certaines autorités des communes qui ne peuvent réparer les ponts que temporairement, il leur est difficile d’agir sur le long terme. Notre Groupe VK est une solution pratique afin de leur venir en aide. Grace à mes études et une moitié de carrière en France, j’ai la possibilité d’apporter tous mes savoirs théoriques et pratiques à mon pays natal qui est toujours dans une situation de désespoir. Tous les ponts en béton déjà réalisés (245 à l’heure actuelle) et ceux en voie de réalisation sont construits avec des techniques acquises en France (barques munies d’équipements pour construire la fondation) Notre groupe est heureux et fier d’apporter ses compétences dans un but d’aide à la personne.

Le 18 mai 2017, nous avons eu l’honneur d’accueillir Mr Bertrand Lortholary, Ambassadeur de France au Vietnam, lors de l’inauguration du pont « VK 230 » dans la province de Vinh Long, située a une centaine de km au sud-ouest d’Ho Chi Minh Ville. Sont cités quelques points de son discours :
« - Groupe VK met la France a l’honneur : certains de ses membres sont des experts qui ont été formés dans de Grandes Ecoles françaises : polytechnique, le CNAM, Ponts et Chaussées, l’INSA..
- Grande satisfaction de voir que grâce au Groupe VK, le savoir-faire issu de l’excellence française vient soutenir des familles vulnérables au Vietnam
- A cette expertise française s’ajoute bien sûr la maitrise vietnamienne, puisque des entrepreneurs vietnamiens participent également au projet
- Résulte de cette coopération efficace entre nos deux pays les nombreuses constructions de qualité bâties jusqu’à présent.
- Croissance spectaculaire du Vietnam ces dernières années, les taux de pauvreté ont fortement baissé. Cependant, développement qui ne bénéficie pas à tous : des familles restent en marge de la société, parfois du fait de contraintes naturelles.
- Exclusion : accès restreint de la population à des services de base comme la santé ou l’éducation – des services dont tout le monde devrait pourtant bénéficier.
- VK représente une solution simple et efficace. Synonyme de progrès. Ouvre de nouveaux horizons aux habitants des villages.
- Félicitations pour l’engagement et le dynamisme du Groupe »

Aujourd’hui, nous avons la chance de pouvoir réaliser ce projet dit « remarquable » d’après Mr Lortholary, qui nous tient à cœur grâce à de nombreux bénévoles et collaborateurs. Notre organisation fait appel à de nombreux Viet-Kieu et étrangers des quatre coins du Monde.

Depuis quelques mois, nous sommes aussi en relation avec une université américaine à Washington aux Etats Unis, qui a pour projet de publier un écrit sur le développement du Vietnam, en prenant pour exemple le Groupe VK. Nous avons déjà accueilli ici à HCM Ville des professeurs de cette université en juillet dernier afin qu’ils puissent observer le terrain, les conditions dans lesquelles nous travaillons et de relever tous les données dont ils ont besoin pour leur écrit. Nous accueillerons par ailleurs des étudiants de cette même université en décembre prochain afin de réaliser des interviews avec les villageois vietnamiens dans les provinces du Delta du Mékong.

Nous sommes extrêmement émus de voir l’intérêt que portent les étrangers à notre organisation. Nous espérons pouvoir offrir notre soutien aussi longtemps que possible au service de ceux qui en ont besoin.

1) D’ou vous est venue l’idée de créer le Groupe VK ?
En lisant les actualités quotidiennes du Vietnam, j’avais pu constater un grand nombre de noyades d’enfants allant à l’école, surtout pendant les moussons. Ce problème récurrent est en partie du à des ponts de singe, des ponts en bois ou bambou instables sans aucun garde de corps. VK est depuis une ONG non lucrative dont l’objectif est la construction de ponts ruraux en béton pour venir en aide aux populations des régions agricoles reculées et défavorisées de mon pays.


2) Comment avez-vous réussi a passer de l’idée de projet a la réalisation de 255 ponts ? Quelles difficultés avez-vous rencontre ?
La demande d’aide étant de plus en plus importante, la construction des ponts est très rapide : en moyenne un mois pour un pont de 33m de long Largeur 2,50 m. Etant ingénieur responsable diplômé de Paris, j’ai pu formé les équipes d’ouvriers vietnamiens (cinq par bateau) avec le matériel de construction et les machines. Juisqu’à ce jour ,Il n’y a pas d’accident du travail. Le financement d’un pont se fait a 50% par de généreux donateurs (amis, bienfaiteurs bénévoles à l’intérieur ou à l’extérieur du pays), et 50% par le gouvernement local (le Comite Populaire de la Commune). Le seul bémol est l’administration, a savoir établir un compte rendu détaillé de chaque dépense sous forme de contrat Un bulletin de gestion de budget est publie chaque mois.


3) Malgré la construction de 255 ponts en 15 ans, la demande d’aide est de plus en plus importante. Comment expliquez vous cette situation ?
Le gouvernement vietnamien ne s’occupe que de grands projets a savoir la construction de grandes routes. En revanche, les campagnes ont tendance a être négligées ce qui accentue l’écart entre les pauvres et les riches. Le développement du pays ne se fait pas de manière égale. La construction de ponts en béton permet a la fois une amélioration des déplacements (plus rapides et secures) pour les écoliers, et personnes malades se rendant aux dispensaires, et donc une diminution de chutes et décès dans les rivières – d’autant plus pendant la saison des pluies. Les populations des campagnes sont déterminées a développer leur économie.


4) Quels sont vos projets en cours et vos projets futurs ?
Lorsque le Groupe VK s’est fondé en 2004, l’objectif était de construire 10 ponts en trois ans. Nous construisons en moyenne 17 ponts par an. La demande certes est très importante. Je ne pensais pas qu’il y aurait un réel investissement humain et financier. Ce projet tient à cœur a beaucoup de personnes. A l’heure d’aujourd’hui, il est important de former les jeunes ouvriers et toujours partager les informations de nos activités.


5 ) REPORTAGE : en langue francaise

- LE COURRIER du VIET NAM – le 13-11-2016

- L’ECO DES RIZIE2RES - le 7/2016

- LYCÉE FRANÇAIS INTERNATIONAL- Marguerite Duras