Mercredi 14 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

JEAN-PIERRE CHALLET – "Pour moi, le Canada, c’est un rêve"

Par Lepetitjournal Toronto | Publié le 29/02/2016 à 17:00 | Mis à jour le 01/03/2016 à 08:58

Jean-Pierre Challet est aux fourneaux du Fifth tous les soirs. Mais cela fait trente-deux ans que le chef n'a pas cessé de surprendre les Canadiens amateurs de bonne cuisine.

Qui aurait cru que derrière l'un des chefs français les plus connus de Toronto se cachait un ancien géomètre qui rêvait d'être architecte ? Heureusement, Jean-Pierre Challet, chef exécutif du Fifth, aimait trop manger. "Je ne pensais qu'à ça !", confie-t-il.

Le Lyonnais abandonne tout pour l'école hôtelière de Nice et apprend à cuisiner. Puis, il suit les conseils de son père et part vivre au Canada en 1984. "Pour moi, c'est un rêve. La date la plus importante de ma vie, c'est mon arrivée à Montréal."

Sauvé par Montréal

Il commence à l'Hôtel La Montagne, le jour d'halloween, et reçoit le choc culturel de sa carrière : les apprentis, plongeurs et cuisiniers sont tous déguisés. Les uns ont enfilé des perruques, les autres des porte-jarretelles? "Chose qu'on ne verrait jamais en France, s'amuse-t-il. Ça a été... une liberté !"

Car en quittant son pays, le chef rompt avec l'environnement stressant de la gastronomie française. Il raconte qu'il a "vu des choses atroces, comme des casseroles lancées sur la tête des gens". Trop de tensions physiques et morales avait fini par le rendre agressif.

Aujourd'hui, l'homme de 57 ans est calme, apaisé. Encore plus depuis qu'il a fermé son restaurant torontois, Ici Bistro, en 2014. "Pour ralentir un peu le rythme." Et quel rythme ! Une fois leur repas fini, la plupart des clients reprenait une réservation? pour éviter une attente de deux mois !

L'expérience unique d'Ici Bistro

Le chef se rappelle avec nostalgie cette clientèle de Toronto : "Unique, exceptionnelle, très ouverte et diversifiée." Prête à tout essayer et à lui donner sa chance, alors qu'il n'était parti de rien. Jean-Pierre Challet la chouchoute pendant trois ans en lui concoctant "la" cuisine qu'il voudrait manger dans un restaurant.

"Ce qui m'embête le plus, c'est que j'aurais voulu être plus jeune de dix ans?" Mais pour lui, "les choses n'arrivent jamais sans raison". Alors, le chef ferme le petit rêve de Yorkville, bien conscient qu'il doit "changer sa manière de vivre" et se retrouve à la tête du Fifth, à Richmond Street West, sept mois plus tard. Pour autant, il ne se sépare pas de son personnel, sa "petite famille" avec qui il rigole et qui n'a "pas peur de [lui] parler".

Se reconnecter avec soi-même

Il a désormais plus de temps pour lui. Il peut de nouveau piloter des petits avions, avec pour objectif de survoler un jour Terre-Neuve ou la Nouvelle-Écosse.

Et surtout, il retourne en France, trois fois par an. "Je suis dans une bulle, je ne vois pas le mauvais, c'est un bonheur !", dit-il dans un sourire. Il profite de sa maison à dix minutes de Lyon, de sa cave à vin et des produits frais du marché tous les jours. Mais après avoir passé trente-deux ans au Canada, c'est quand il revient, seulement, qu'il "rentre au pays ".

The Fifth

225 Richmond St W, Toronto.

(416) 979-3005.

Site internet.

Kim Chaze (www.lepetitjournal.com/toronto) lundi 29 janvier 2016

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

Jean-Christophe Lamy, pilote de sa vie

Malgré sa myopie, Jean-Christophe Lamy n’a jamais renoncé à son rêve d’enfant : devenir pilote de ligne. Épris de liberté, il a de son propre aveu eu un parcours atypique, franchissant un à un tous...

Sur le même sujet