Dimanche 26 septembre 2021
TEST: 2290

VISAS AUSTRALIE - Les syndicats se rebiffent

Par Lepetitjournal Sydney | Publié le 11/05/2015 à 10:30 | Mis à jour le 13/05/2015 à 12:37

La présidente de la Confédération syndicale australienne ACTU (Australian Council of Trade Unions) a déclaré que l'Australie devait réduire le nombre de visas temporaires aux étrangers et notamment aux jeunes backpackers. Le débat fait rage depuis quelques mois déjà entre la volonté de protéger les emplois des nationaux et la manne financière que représente les visas temporaires.

Dans un rapport au Sénat, l'ACTU, organisme créé en 1927 et qui représente aujourd'hui plus de 2 millions de travailleurs australiens, souhaite que l'Australie revienne à une politique d'immigration permanente. La requête des syndicats est de réduire davantage l'obtention des visas temporaires, tous statuts confondus (WHV, 457,étudiants)

?Nous devons nous concentrer sur la création d'emplois pour les Australiens et nous devons nous assurer que notre système d'immigration permanente est solide et limiter l'usage des visas temporaires à des compétences réellement manquantes ?

Selon les services de l'immigration australiens, il y a 1,8 millions de détenteurs de visa temporaire en Australie, dont 1,2 millions ont le droit de travailler, 167,000 détenteurs du visa 457, 160,000 détenteurs du Working Holiday Visa et 623,000 Néo-zélandais détenteurs de visas spéciaux. Le nombre de visas temporaires a doublé entre 2007 et 2014 et les immigrants temporaires proviennent, après la Nouvelle-Zélande, majoritairement de Chine, du Royaume Uni, d'Inde, de Corée du Sud, des USA et d'Allemagne.

Les visas 457 qui permettent de travailler 4 ans en Australie en étant sponsorisé par un entreprise sont une des sources de la polémique. Les travaillistes, les Verts et les syndicats pensent que le système du visa 457 est régulièrement détourné et empêchent les australiens d'accéder à certains emplois. Idem pour le Working Holiday Visa qui empêcherait les jeunes Australiens d'entrer sur le marché du travail. Selon ACTU, le taux de chômage serait donc en partie lié à ces visas temporaires.

Ce n'est pas l'avis de tout le monde.

Ce système de visa temporaire est au contraire soutenu par la communauté des affaires. La Chambre de commerce australienne a déclaré qu'il serait dommageable pour l'économie du pays de réduire le nombre de visas temporaires. Le puissant AIG (Australian Industry Group) a également déclaré que ces requêtes étaient une ?perte de temps et de ressources? pour le Sénat. Son président Innes Willox a déclaré qu'aucune preuve de distorsion du système des 457 n'avait été jusque là apportée.

Même son de cloche pour les services de l'éducation; Jenny Lambert du département de l'éducation et de la formation, pense aussi que des restrictions seraient dommageables particulièrement au secteur agricole et à celui du tourisme. ?Le secteur agricole et du tourisme seront touchés car ils sont dépendants de ces travailleurs qui comblent les manques récurrents en main d'oeuvre. Les requêtes des syndicats mettent en danger également les accords bilatéraux avec les autres Etats pour recevoir de jeunes Australiens a l'étranger?

Et d'ajouter concernant le secteur de l'éducation ?Réduire la possibilité de travailler pour les jeunes qu'ils soient étudiants ou en Working Holiday Visa, revient à réduire l'attractivité de l'Australie et aura un impact sur les $15 milliards de dollars de revenus générés par le secteur de l'éducation internationale en Australie, entre autres?. On touche bien là au coeur du problème;

On ne peut effectivement pas tout avoir. Les revenus du secteur du tourisme générés par les jeunes en Working Holiday Visas, ceux des détenteurs de visas 457 à l'économie générale et ceux des étudiants internationaux au système universitaire australien sont pour l'instant probablement trop importants pour que les doléances des syndicats soient entendues.

Flore Gregorini (Lepetitjournal.com/sydney), mardi 12 mai 2015

Le rapport de l'ACTU

http://www.actu.org.au/our-work/submissions/submission-to-the-senate-inquiry-into-the-temporary-work-visa-program

Le Petit Journal Sydney

Lepetitjournal Sydney

Le rendez-vous quotidien des Francophones à Sydney : Abonnez-vous gratuitement à la newsletter et suivez nous sur Facebook.
0 Commentaire (s) Réagir

Vivre à Sydney

Brisbane Appercu

Étudier en Australie : le guide complet

D’après une étude Campus France de 2018, l’Australie est une des nations qui accueillent le plus d’étudiants étrangers. Le pays mène une politique d’attractivité ambitieuse

Sur le même sujet