Mercredi 15 août 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Les semences et le changement climatique

Par Lepetitjournal Sydney | Publié le 31/07/2018 à 06:27 | Mis à jour le 31/07/2018 à 06:41
La CPS vient de donner le coup d’envoi à l’initiative « Des semences pour la vie ». Objectif : le renforcement des systèmes semenciers dans le Pacifique.

La CPS vient de donner le coup d’envoi à l’initiative « Des semences pour la vie » qui vise à rassembler les pouvoirs publics, les instituts de recherche internationaux, le secteur privé, les communautés et les principaux acteurs du secteur agricole autour d’un même objectif : le renforcement des systèmes semenciers dans le Pacifique.

 

Lors de la 23e Conférence des Parties de la CCNUCC (où les Fidji ont joué un rôle central), les Parties ont adopté le travail conjoint de Koronivia sur l'agriculture. Cet accord historique reconnaît «l'importance fondamentale de l'agriculture dans la réponse au changement climatique», comme le souligne la FAO dans une publication publiée ce printemps.

Ce qui est vrai au niveau mondial est également vrai pour le Pacifique et, en 2017, lors du Forum des îles du Pacifique, les dirigeants régionaux ont réaffirmé la nécessité d'élargir et de renforcer l'action collective pour la sécurité régionale, la sécurité humaine, l'environnement et la résilience. le visage des catastrophes et du changement climatique.

La Pacific Community a lancé l'initiative Pacific Seed for Life (PS4L) pour rassembler les gouvernements, les organisations de recherche internationales, le secteur privé, les communautés et les principaux acteurs agricoles pour renforcer les systèmes semenciers dans le Pacifique.


Pourquoi se concentrer sur les graines ?

Les semences sont la base - et la plus critique - d'une production durable dans l'agriculture. Un système semencier durable garantit aux agriculteurs un accès rapide à des semences de qualité et à du matériel de plantation des cultures les plus adaptées. Le développement de systèmes semenciers viables et durables, permettant l'accès à un large éventail de variétés, est essentiel : c'est ce qui permet aux pays et aux communautés de maintenir leurs moyens de subsistance et d'assurer une reprise rapide et durable après les catastrophes. Les pays de la région ont donc donné la priorité à la sécurité semencière en tant que secteur de l'action climatique.

La CPS soutient l'initiative à travers son Fonds d'innovation. La stratégie de SPC s'appuie également sur une pierre angulaire, le Centre pour les cultures et les arbres du Pacifique (CePACT), établi avec la Division des ressources foncières de la CPS. Le CePACT est la seule banque de gènes régionale dans la région et contribue à la conservation et à l'utilisation durable des ressources phytogénétiques pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle. C'est aussi une source clé de la diversité des cultures. Il vise à améliorer la résilience au changement climatique, aux ravageurs et aux maladies.

Seeds for Life vise à donner aux îles du Pacifique les moyens de développer des systèmes de production alimentaire résilients et, à terme, d'assurer la sécurité alimentaire. Le projet permettra aux gouvernements de mieux développer et opérationnaliser les systèmes de semences, donnant ainsi aux chercheurs, agents de vulgarisation et agriculteurs un meilleur accès aux compétences et aux connaissances - et donnant aux communautés l'accès aux variétés de cultures pour atteindre ces objectifs.


Activités et pays cibles

Le travail du projet PS4L est axé sur la demande: les variétés et les technologies sont livrées aux petits agriculteurs pour une sélection et un groupage plus poussés. Il capitalise également sur les organisations paysannes formelles et informelles, de sorte que l'impact dépasse les interventions ou les projets isolés. On s'attend à ce que le travail sur le terrain soutienne la formulation des politiques.

Le premier ensemble de pays cibles comprend les Tonga et le Vanuatu, mais de nouveaux pays seront incorporés au fur et à mesure que le programme progressera. La sélection des pays est basée sur l'intérêt démontré et la propriété dans le développement des semences; sa propagation le rend évolutif aux trois sous-régions. À Tonga, le projet s'appuiera sur le Hango Seed Centre, soutenu par le PAPP de la CPS / UE. Au Vanuatu, le projet collaborera avec le MALFFB, le VARTC, le VAC, le VCAP et les agences de soutien aux exploitations agricoles qui font également la promotion du développement des semences. Les Fidji serviront de lien par le biais d'initiatives nationales de semences telles que le centre semencier à pollinisation libre (OP) de Sigatoka et de programmes d'amélioration variétale et de pépinières.

La Division des ressources foncières de la CPS prendra la direction de la supervision et de la coordination du projet. Les bénéficiaires directs de PS4L comprennent des chercheurs, des agents de vulgarisation, des organisations paysannes et des étudiants des institutions tertiaires participantes des trois pays, qui seront à leur tour mobilisés, formés et mieux équipés pour soutenir le développement des semences dans la région. Les bénéficiaires indirects sont estimés à 250 000 et comprennent les membres PAPGREN (22 États et Territoires insulaires océaniens) et PIRAS (plus de 1 500 membres). Ils bénéficieront du projet grâce au partage d'informations sur la plate-forme de connaissances du Système d'information agricole du Pacifique (PAIS). Les résultats comprennent une sensibilisation et une capacité accrues en matière de développement des systèmes semenciers, des politiques favorables renforcées pour des systèmes semenciers efficaces et des réseaux semenciers régionaux et nationaux renforcés.

Pour assurer la pérennité de cette initiative et la mobilisation de ressources supplémentaires, le projet consolidera les leçons apprises afin d'élaborer une feuille de route régionale sur les semences et de tirer parti de ces leçons pour encourager le soutien des parties prenantes au développement des systèmes semenciers dans la région. Cela soutiendra également la coopération régionale et le développement de politiques semencières nationales pour tirer parti du soutien du gouvernement aux initiatives nationales de développement des semences.

Des études de cas sur les bonnes pratiques et les produits du savoir seront partagées à travers divers réseaux régionaux, y compris PIRAS et PAPGREN. Ce faisant, les actions collectives assureront une approche à long terme revigorée pour l'intégration régionale de la sécurité semencière.

 

lepetitjournal.com sydney

Lepetitjournal Sydney

Le rendez-vous quotidien des Francophones à Sydney: Abonnez-vous gratuitement à la newsletter quotidienne
0 CommentairesRéagir

Vivre à Sydney

Melbourne Appercu
HISTOIRE

Pourquoi célèbre-t-on l’anniversaire de la Reine le 11 juin ?

Le 11 juin est férié pour célébrer l’anniversaire de la Reine, sauf en Australie occidentale et dans le Queensland qui ont choisi une autre date.

L’ANZAC DAY

Melbourne
Sur le même sujet