Mardi 27 juillet 2021

ENVIRONNEMENT - Accord historique en Tasmanie

Par Lepetitjournal Sydney | Publié le 25/11/2012 à 22:00 | Mis à jour le 10/12/2012 à 09:53

C'est peut être la fin du déboisement ravageur en Tasmanie. Les forêts primaires  de Tasmanie vont enfin être protégées des coupes effrénées grâce à la signature d'un accord visant à la protection de 500,000 hectares de forêts. Cet accord historique met fin à une guerre de trente ans entre l'industrie forestière et les protecteurs de l'environnement.

Photo Flickr CC

Des années de déboisement intolérable
La déforestation en Tasmanie est jusqu'ici un phénomène très grave. Elle affecte depuis des années des arbres millénaires, des géants de 130 mètres de haut qui sont, avec les séquoia, les plus grands arbres du monde. La disparition de ce patrimoine naturel unique est encore plus choquante au vu des méthodes employées par les forestiers. En effet, après avoir rasé l'ensemble des arbres de leurs zones de coupe, les compagnies forestières larguent par hélicoptère du napalm afin de brûler les souches laissées en terre. La but est de pouvoir replanter des espèces étrangères à croissance rapide et au tronc bien calibré pour les machines. Le passage des flammes plonge des vallées entières dans une épaisse fumée brune durant l'automne. Les collines, autrefois couvertes d'un manteau de verdure, offrent un paysage lunaire marqué par les profondes entailles laissées par le passage des bulldozers. Pour ajouter au désastre, lorsque le sol est encore tiède, les employés des compagnies forestières dispersent sur le terrain des carottes imbibées d'un poison, le 1080, afin de détruire les animaux tels que wallabies, opossums et wombats qui se nourrissent des pousses des jeunes arbres. Ces lieux naturels magnifiques ressemblent alors aux champs de bataille de la Première Guerre mondiale; des étendues désertiques, des cratères, et des cadavres d'animaux empoisonnés, disséminés dans un paysage cauchemardesque.

Gunns Limited, aujourd'hui en liquidation, mais qui fut le plus grand producteur australien de copeaux de bois et le plus grand exportateur mondial, a ainsi longtemps fait peser une forte pression sur ces forêts à la biodiversité unique pour répondre aux demandes croissantes de l'industrie du papier. Ses clients japonais ont d'ailleurs cessé d'acheter des copeaux provenant de Tasmanie il y a deux ans, refusant tous types de copeaux qui ne seraient pas issus de zones forestières certifiées aptes à l'exploitation par la FSC (Forest Stewardship Council), laquelle veille à la protection et à l'exploitation responsable des ressources forestières. Cette organisation internationale créée en 1993 protège particulièrement les forêts anciennes d'origine lointaine et à la biodiversité riche, comme le sont les forêts de Tasmanie.

Mais cette situation dramatique a perduré des années durant. Elle a donné lieu à une mobilisation intense des activistes écologistes contre les abus de l'industrie forestière depuis des décennies. L'industrie forestière accusant les protecteurs de la nature de menacer des centaines de milliers d'emplois d'ouvriers et l'économie de l'Etat. Ces dernières années, les activistes les plus radicaux sont même allés jusqu'à se percher dans les arbres pour éviter les coupes. Délogés à plusieurs reprises, ces militants sont toujours revenus et n'ont jamais abandonné la cause.

Un accord historique
C'est le gouvernement de Julia Gillard qui exhorta de trouver un solution pacifique à ce conflit et qui a promis d'accorder 100 millions de dollars de subvention fédérale à la région si une issue était trouvée. L'accord, en discussion depuis plus de deux ans, va enfin permettre de limiter légalement les coupes de l'industrie forestière. Il inclut les très contestées forêts d'eucalyptus géants des vallées de Styx, Weld et Florentine aux abords du parc national classé patrimoine mondial de l'humanité. Les groupes écologistes ont compromis sur 70,000 hectares  de forêt par rapport à leur demande initiale tandis que l'industrie forestière a baissé ses demandes de coupe de 155,000 mètres cube par an à 137,000.  L'accord signé entre le Board of Conservation et les principales industries forestières jeudi doit maintenant être présenté devant le Parlement de Tasmanie pour ratification. La ratification est essentielle pour que le parti travailliste au pouvoir en Tasmanie puisse avoir une chance de remporter les élections de 2014. L'opposition libérale, quelques membres de l'industrie forestière et certains sénateurs indépendants du parlement de Tasmanie ont d'ores et déjà déclaré s'opposer à cet accord.
Flore Gregorini (www.lepetitjournal.com/sydney) lundi 26 novembre 2012

Le Petit Journal Sydney

Lepetitjournal Sydney

Le rendez-vous quotidien des Francophones à Sydney : Abonnez-vous gratuitement à la newsletter et suivez nous sur Facebook.
0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet