Mercredi 18 juillet 2018
Stockholm
Stockholm
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Renault promeut l’électrique à travers l’avant-gardisme suédois

Par Kristen Collie | Publié le 05/04/2018 à 07:00 | Mis à jour le 12/04/2018 à 19:12
Photo : Renault Nordic
Renault Nordic Stockholm

Le constructeur automobile français Renault a choisi la Suède et Stockholm pour ouvrir, le 16 février dernier, son tout premier concept store 100% Véhicule Électrique. L’occasion pour la rédaction de s’entretenir avec Gilles Normand, directeur de la division véhicule électrique et Diederik Mol, directeur après-vente.

Leader et pionnier sur le marché des voitures électriques, le constructeur automobile a fait de cette technologie le nouveau cœur de sa stratégie. Entre atmosphère futuriste et présence des hauts-dirigeants du groupe Renault, le showroom 100% Véhicule Electrique situé à Täby Centrum, en périphérie de Stockholm, était l’occasion de communiquer sur cette nouvelle stratégie et de présenter les projets qui en découlent. Nouvelles gammes, conquête de nouveaux marchés et modèle suédois, le directeur de la division véhicule électrique de Renault, Gilles Normand et le directeur après-vente néerlandais, Diederik Mol s’accordent quant à l’horizon à suivre. 

Le Petit Journal Stockholm : Leader et pionnier sur le marché des voitures électriques, pourquoi Renault a fait de ce marché le nouveau cœur de leur stratégie ? 
Gilles Normand : Ce n’est pas nouveau. Depuis très longtemps on a anticipé la pénurie et l’inflation autour des traditionnelles ressources fossiles comme le pétrole. En parallèle, sont apparues les problématiques de climatologie avec la nécessité de réduire les gaz à effet de serre. Dès lors, on a considéré l’idée de se tourner vers un modèle énergétique plus vertueux avec le développement des énergies renouvelables. En se projetant à terme et en se montrant un peu plus vertueux, il était normal pour un constructeur automobile comme Renault-Nissan de se tourner vers l’électrique. C’est pour cela qu’il y a environ 8 ans nous avons investi près de 4 milliards d’euros afin de finaliser la technologie. Ce que l’on promeut, c’est la mobilité électrique abordable. 

Le Petit Journal Stockholm : Pensez-vous que cette stratégie tournée vers l’électrique s’impose ou va s’imposer comme un segment rentable ? 
G.N : On a beaucoup investi donc évidemment lors du démarrage on n’a pas beaucoup de recettes. Mais l’idée était de très rapidement devenir rentable sur ce que l’on appelle les coûts variables, et aujourd’hui on l’est déjà. Pour résumer il y a trois étapes. La première période d’investissement, l’étape actuelle de la rentabilité sur coût variable et enfin, à l’avenir, l’étape de rentabilité sur coût complet.

 

Gilles Normand, directeur de la division véhicule électrique Renault. ©Louisa Karmoudi
Gilles Normand, directeur de la division véhicule électrique Renault. ©Louisa Karmoudi

 

Le Petit Journal Stockholm : Avant fin 2022, vous souhaitez que l’électrique représente la moitié de votre offre. Votre voiture phare est la Zoé, mais quels autres modèles sont en circulation ou vont prochainement voir le jour ? 
G.N : A l’horizon 2022, l’ambition est que 50% de nos modèles soient électrifiés avec 20% (8 modèles) en full électrique et 30% de véhicules hybrides. On a actuellement une gamme de 5 produits, dont 3 présents à ce showroom. La fameuse Zoé, la Kangoo Z.E, et la petite Twizy. L’idée est évidemment d’élargir notre gamme. L’un des axes fondamentaux est de continuer à développer notre couverture de segment en Europe avec notamment les segments clés des petites citadines urbaines et des véhicules utilitaires. On veut également se développer en Chine qui est aujourd’hui le premier marché électrique au monde. 

Le Petit Journal Stockholm : Quid autour des batteries électriques. Ne présentent-elles pas un risque en terme d’empreinte carbone ? 
Diederick Mol : Nous collectons les batteries usagées et les recyclons instantanément. En terme d’empreinte carbone ces batteries sont bien plus "eco-friendly" que les véhicules traditionnels ICE (Internal Combustion Engine).

 

Diederik Mol, directeur après-vente Europe G9 Renault.
Diederik Mol, directeur après-vente Europe G9 Renault.
@Louisa Karmoudi

 

Le Petit Journal Stockholm : Selon l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), les pays nordiques représentent 8% de la part mondiale de l’électrique, soit environ 250.000 voitures. Pourquoi avoir choisi la Suède et Stockholm en particulier pour ce showroom inédit ? 
G.N : L’initiative est venue de la Suède qui est, comme vous le savez bien, un pays qui aime être à l’avant-garde des nouvelles tendances. Dès lors, la décision a été prise de s’implanter dans ce centre commercial (Täby Centrum) aux 14 millions de visiteurs par an.  
D.M : Le marché des véhicules électriques et hybrides est très développé au sein des pays nordiques. La Suède a une population et un gouvernement très concernés par l’environnement et l’innovation. Il était donc tout naturel de se tourner vers ce pays. 

Le Petit Journal Stockholm : Quels sont les principaux intérêts et objectifs de ce "Renault Vehicle Experience Center" ? 
G.N : On appelle ça un E.V city store. C’est un centre d’expérience. On veut être au plus près des clients potentiels et être apte à répondre à leurs questions. On leur propose également d’essayer les véhicules. On a très vite réalisé que l’électrique attirait plus que la marque Renault en elle-même, notamment dans les pays Nordiques où nos produits représentent 5% de la part des véhicules en circulation, alors qu’au niveau de notre segment électrique on représente plus de 10%.

 

Show room Renault 100% électrique Täby Centrum
Unique en son genre, ce showroom est l’occasion pour Renault de promouvoir ses véhicules électriques et conquérir le marché suédois. ©Louisa Karmoudi 

 

Le Petit Journal Stockholm : Avez-vous l’ambition d’exporter ce showroom, encore endémique à la Suède, dans d’autres pays européens ? 
G.N : Beaucoup d’autres pays sont intéressés et l’on devrait très rapidement voir d’autres showrooms de ce type proliférer dans quelques villes européennes. 
D.M : Stockholm est un test, les résultats sont très prometteurs et on a d’ores et déjà des collègues intéressés. Je suis moi-même néerlandais et les Pays-Bas m’ont contacté il y a peu pour signifier leur intérêt et implanter ce type de showroom à Amsterdam. 

Le Petit Journal Stockholm : La Suède, à travers son gouvernement, a la volonté de développer la mobilité électrique en proposant notamment des infrastructures publiques de recharge et en instaurant des réductions de taxes. Représente-t-elle un modèle à suivre selon vous ? 
D.M : Il y a l’intérêt des clients (suédois) bien entendu, mais il y a également les initiatives du gouvernement qui stimulent et promeuvent ce marché de l’électrique. Je pense qu’en ces termes, la Suède est en avance. Après, chaque pays a une approche différente et s’inspire de ce qu’il se fait ailleurs en Europe. 

Informations complémentaires : 
Pour plus d’informations sur les véhicules électriques Renault :
https://group.renault.com/innovation/vehicule-electrique/

Présentation du showroom, nos articles précédents :

https://lepetitjournal.com/stockholm/les-vehicules-electriques-renault-partent-la-conquete-de-la-suede-227300

https://lepetitjournal.com/stockholm/renault-inaugure-un-show-room-dedie-aux-vehicules-electriques-223572

Kristen Collie, 5 avril 2018

Nous vous recommandons

Kristen Collie

Kristen Collie

Franco-britannique diplômé d’un Master en Histoire sciences et techniques et étudiant en Master de journalisme sportif à l’Ecole du journalisme de Nice. Féru d'Histoire, de sports et de Scandinavie.
0 CommentairesRéagir

Communauté

EDUCATION

Et si demain, j'enseignais en Suède ?

De nombreuses familles françaises sont expatriées à l'étranger. Or, qui dit familles dit aussi enfants... Mais comment les professeurs dans les écoles françaises à l'étranger vivent leur expat...

Sur le même sujet