Dimanche 24 octobre 2021
TEST: 2288

Le Hungry Ghost Festival à Singapour a commencé

Par Catherine Zaccaria | Publié le 24/08/2021 à 14:30 | Mis à jour le 25/08/2021 à 10:25
Photo : @sebasta
encens brules hubgry ghost festival singapour

Chaque année, l'arrivée d'air enfumé et de cendres dans nos quartiers nous dit que le Hungry Ghost Festival est là. Mais est-ce vraiment nécessaire de brûler tous ces papiers ?

 

Le septième mois du calendrier lunaire, qui s'étend du 8 août au 6 septembre de cette année, les fidèles descendent de leurs appartements au rez-de-chaussée et déposent des offrandes pour les fantômes affamés et errants. C’est le Hungry Ghost Festival.

De grands conteneurs métalliques sont installés dans les différents quartiers pour que les fidèles brûlent des offrandes en papier comme de l'argent (faux évidemment), des maisons, des voitures, des appareils électroniques, des vêtements, ainsi que des chaussures et des sacs qui ressemblent vaguement à certaines marques de luxe.

 

maison en papier hungry ghost festival
Maison en papier en offrande

 

Le long des routes et devant les petits autels, des bougies rouges allumées sont soigneusement alignées. Et à côté de cela, des bâtonnets d'encens et des offrandes de nourriture comme des baos, des gâteaux, des fruits et des bonbons traditionnels sont présentés pour nourrir les âmes errantes.

 

offrandes pour le hungry ghost festival

 

Avant que la pandémie de Covid-19 ne frappe, les fidèles organisaient également des spectacles de getai (opéra chinois) nocturnes, où les premiers rangs étaient généralement laissés vides pour ces âmes errantes.

 

D’où viennent ces traditions du festival des fantômes affamés

Le Hungry Ghost Festival est une fête religieuse célébrée par les taoïstes et les bouddhistes. Il est né d'une histoire taoïste qui dit qu'au cours du septième mois, les portes de l'enfer s'ouvrent et les âmes viennent visiter les vivants.

Selon les croyances taoïstes et bouddhistes, les morts descendent en enfer pour faire face à dix tribunaux de jugement par des divinités avant de pouvoir être libérés de leurs méfaits et monter au ciel. Ceux qui ne sont pas encore capables d'avancer restent en enfer et visitent les vivants pendant le septième mois.

De nombreux croyants pratiquent des rituels chaque année pour prier pour l'absolution et pour soulager les souffrances de leurs ancêtres décédés.

Pour subvenir aux besoins matériels du défunt dans l'au-delà, les fidèles brûlent des billets de banque de l'enfer et élaborent des offrandes en papier qui ressemblent à toutes sortes de confort matériel et des joss paper, également connu sous le nom de papiers d'encens.

 

faux billet de banque hungry ghost festival

 

Cependant, bien qu'elles soient pratiquées par beaucoup au cours du septième mois, certaines traditions comme les offrandes enflammées ne proviennent pas réellement des croyances taoïstes ou bouddhistes.

 

Brûler des offrandes est plus culturel que religieux

C’est une pratique culturelle chinoise qui a été cultivée il y a des siècles, le papier-monnaie était offert aux royautés décédées et placé dans les tombes impériales à la place de l'argent réel ou des bijoux, de peur qu'ils ne soient volés par des pilleurs de tombes.

Et ainsi, la tradition de brûler des offrandes de papier aux morts a commencé.

 

joss paper hungry ghost festival
Joss paper

 

Aujourd'hui, cette tradition se poursuit, et dans une zone urbaine très dense comme Singapour, les restes des papiers à moitié brûlés le long des rues et les cendres volant de toutes parts peuvent être assez dérangeantes.

 

La piété filiale et la compassion pour le défunt sont plus importantes

Il y a quelque chose de plus important que de brûler des offrandes en papier pour les morts : faire preuve de piété filiale et de compassion pour les êtres en enfer.

« La compassion signifie que nous leur disons pourquoi ils sont coincés en bas afin qu'ils puissent se repentir et aller de l'avant. Plutôt que de brûler des cadeaux en papier, de les y attacher et de les empêcher de passer à autre chose. » selon Shi You Wei, abbé du temple bouddhiste Di Zang Lin qui explique les origines de cette pratique.

 

 

« Les croyants peuvent aider le défunt avec des rituels comme brûler des bâtons d'encens, qui sont considérés comme une forme de communication spirituelle. »

 

offrandes en papier brulees traditions hubgry ghost festival

 

Et allumer des bougies et brûler de l'encens, souvent pratiqués par les bouddhistes, sont des offrandes lumineuses à Bouddha et à d'autres divinités, et aussi un rappel aux croyants des valeurs de vertu et de sagesse.

 

Catherine Zaccaria

Catherine Zaccaria

Éducatrice et enseignante, Catherine réoriente ses activités au fil des années. Elle est aujourd'hui Rédactrice en chef de l'édition singapourienne de Lepetitjournal.com.
0 Commentaire (s) Réagir