Mercredi 12 août 2020
Singapour
Singapour

ENTREPRENDRE A SINGAPOUR - Trio multiculturel de choc !

Par Lepetitjournal Singapour | Publié le 09/11/2014 à 14:10 | Mis à jour le 10/11/2014 à 01:02

Stéphane Roba, et son business Partner, le chef Geoffrey Weckx, sont belges, ils ont fondé Victoria 1938 pour le plus grand bonheur des petits et grands enfants, avec leurs bonbons artisanaux 100 % naturels. Tammy Cho est Singapourienne et a monté un business en ligne de tatouages éphémères. Salvatore Rosario Taormina est un italien fraîchement arrivé dans la Cité du Lion, avec ses bracelets "centimètre" en cuir véritable qui ont fait du bruit dans les boîtes de nuit européennes.

Offre spéciale pour nos lecteurs :

Likez et partagez cet article sur Facebook et gagnez une bonbonnière Victoria 1938 garnie d'1kg de bonbons, des tatouages éphémères Dottinghill et des bracelets en cuir Il Centimetro…*

Fidèle à notre tradition des portraits « trio d'entrepreneurs », et parce que Singapour est terre d'accueil d'ambitions multiculturelles variées, voici le récit et une tranche de vie d'un francophone, d'une Singapourienne et d'un Italien qui, chacun à sa manière, jonglent entre passion et détermination.

 

Parlez-nous un peu de vous…

Stéphane Roba entrepreneur à Singapour

Stéphane ROBA – Je suis né à Bruxelles d'un père Belge et d'une mère Française mais je me sens avant tout européen, étant le petit-fils de Jacques René Rabier, ancien chef de cabinet de Jean Monnet et actuel directeur honoraire de la Commission Européenne. Mon enfance, comme celle de mon associé Geoffrey, a été marquée par l'engagement dans le scoutisme, c'est d'ailleurs comme cela que nous nous sommes rencontrés il y a 30 ans ! Depuis, malgré des parcours professionnels différents, nous  ne nous sommes jamais perdus de vue. Geoffrey est Chef, il a travaillé pour des restaurants étoilés, pour différentes chaînes d'hôtels 5 étoiles ; il a également eu son propre restaurant gastronomique à Pékin avant d'être directeur opérationnel pour Sodexo Singapour. Mon parcours est plutôt orienté commercial et marketing, j'ai travaillé pendant dix ans pour le groupe Carrefour en tant que Responsable de la communication.

Tammy Cho  Je suis née et j'ai grandi à Singapour et j'ai un diplôme de management de la National University of Singapore. Je suis mariée depuis 7 ans à Michael, dont la famille a migré ici de Hong Kong quand il était petit. Nous attendons notre premier enfant en décembre mais je dois dire que les deux dernières années, mon bébé c'était surtout mon entreprise ! C'est la première fois que je monte une société, et je n'avais au préalable aucune véritable expérience, ni dans le domaine du dessin ni dans celui des affaires donc tout cela est très nouveau et stimulant pour moi !

Salvatore Rosario Taormina – Je suis né en Sicile et ma famille a émigré en Lombardie à Como quand j'étais encore enfant. En terme d'études, je me suis arrêté à un diplôme de commerce mais j'aurais aimé aller plus loin. J'ai fait une formation professionnelle, puis j'ai accumulé des expériences dans des domaines d'activité variés : immobilier, commerce, import-export.

Racontez-nous la genèse de votre entreprise

Stéphane – Geoffrey m'a récemment convaincu de le rejoindre ici pour y développer des projets orientés sur le F&B haut-de-gamme. Nous distribuons des produits premium (confiserie, biscuiterie et bientôt chocolaterie) fabriqués par des artisans belges. C'est ainsi qu'est né VICTORIA 1938. Victoria, du nom de ma fille et 1938 car le grand-père de Geoffrey, un célèbre pâtissier d'Anvers, a commencé son activité en 1938, tout comme l'artisan qui produit notre gamme de bonbons. Nous avons une boutique mais nous vendons essentiellement aux hôtels haut-de-gamme en Asie et nous présentons notre catalogue aux entreprises pour leurs cadeaux d'affaires.

Tammy Cho Entrepreneur a SingapourTammy Cho –  Michael et moi avons monté Dots Connection LLP quand j'ai quitté mon dernier emploi dans les ressources humaines en 2010. Dottinghill, lancé en juin 2012 est une communauté en ligne de dessin qui propose des tatouages temporaires que nous appelons "accessoires de peau". Tous nos dessins ont été proposés et envoyés par des concepteurs du monde entier. La communauté internet donne des notes aux dessins et nous sélectionnons les plus populaires pour fabriquer ces "skin accessories" vendus en ligne ainsi que dans quelques points de vente. Les designers sélectionnés sont rémunérés pour leurs créations. Nous avons également collaboré avec des marques de mode comme H&M, des groupes de musique locale (The Sam Willows), une marque de design coréen (ArtyParty) et même avec Windowsill, une marque de tartes sucrées.

Nous considérons notre peau comme une toile capable d'accueillir de l'art. Nous nous sommes inspirés de la maison de couture Chanel et de sa ligne de tatouages temporaires haut de gamme. Nous avons trouvé judicieux de proposer de changer l'image des tatouages. Plutôt que d'être perçus comme quelque chose de bon marché et d'enfantin, nous avons voulu promouvoir l'idée d'un tatouage "accessoire" à porter au gré de ses humeurs et de ses tenues. Nous aimons aussi ce "business model" basé sur la communauté, où les utilisateurs finaux ont une réelle influence sur la direction que prendra notre entreprise.

Salvatore Rosarion Taomina –  j'habite Singapour depuis 2012, j'y ai créé la société Bravo Italy Gourmet PTE LTD, une plate-forme d'importation de produits alimentaires et de boissons d'Italie. Depuis 2013 j'importe également la marque de bracelets en cuir véritable made in Italy Il Centimetro avec Singapour comme vitrine commerciale pour le marché du sud-est asiatique.

Salvatore Rosario Taomina Entrepreneur à Singapour

Qui sont vos clients ?

Stéphane – Notre première cible est le B to B mais nous développons également en parallèle une approche B to C avec notre corner shop à Pasarbella – The Grandstand Bukit Timah. C'est un lieux idéal car il se positionne comme un farmer's market qui rassemble des marchands de produits de qualité. Nous avons ouvert il y a un mois et le succès est déjà au rendez-vous avec une clientèle aisée locale et quelques expats avec ou sans enfant ! Pour le B to B, nous sommes déjà présents au Grand Hyatt de Singapour dans le shop du mezza9, le groupe Bloomberg nous a également passé une belle commande de bonbons bio.

Tammy – Notre clientèle type est plutôt féminine, des adolescentes aux jeunes femmes d'environ 25 ans qui apprécient de s'exprimer à travers des accessoires amusants et originaux à porter sur la peau. L'art est tellement subjectif que j'essaie de fournir une large gamme de modèles, afin de répondre aux goûts de chacun. Nous sommes physiquement basés à Singapour, mais nous avons des clients à travers le monde et sommes distribués dans des boutiques dans une dizaine de pays (France, Etats-Unis, Corée du Sud, Taiwan, Belgique, Arabie Saoudite etc).

Salvatore – Mes clients sont tous ceux qui veulent porter un accessoire sympa, original, élégant et sportif ; en un mot ceux qui veulent s'offrir le bracelet le plus cool au monde !

Quel est votre plus grand défi ?

Stéphane – Notre ambition est de développer notre marque de produits confiserie, biscuiterie et chocolats sur l'Asie Pacifique rapidement, sans brûler les étapes et tout en gardant notre esprit innovant et créatif. L'essentiel pour nous est d'asseoir notre positionnement dans le segment "haut-de-gamme accessible". Nous voulons également accroître notre présence mais pas n'importe comment ni chez n'importe quel distributeur.

Tammy – Lancer une marque à partir de zéro n'est jamais chose facile, surtout quand on travaille sur un tel produit de niche. Faire connaître Dottinghill est donc probablement mon plus grand défi au quotidien, même si petit à petit l'oiseau fait son nid ! De par sa nature et sa légèreté d'expédition, notre produit ne doit pas se limiter au marché local : le monde entier peut potentiellement être notre client. Je réfléchis constamment à de nouvelles façons d'atteindre tous ces clients.

Salvatore – Mon plus gros défi est de parvenir à entrer avec la marque Il Centimetro dans le plus grand nombre de pays possibles dans le sud-est du Pacifique. Et dans ma vie personnelle, mon plus grand défi est de me sentir bien dans ma peau et d'accéder à la sérénité, ce qui est de plus en plus le cas depuis que je fais un travail que j'aime !

Quelle est votre journée type ?

Stéphane – Debout à 6h30, jogging et petit-déjeuner avec beaucoup de fruits suivi d'un double café torréfié en Belgique ! A 9h, débriefing / briefing B to C et ouverture de la boutique à 10h. A 19h, fermeture, inventaire puis dîner préparé par Geoffrey à 20h30. 22h30-23h30 : débriefing / briefing B to B et enfin FaceTime avec la famille et les amis en Belgique et en France à minuit avant de me coucher vers 1h du matin!

Tammy – J'ai la chance de pouvoir travailler de la maison et en pyjama si j'en ai envie ! Un des avantages d'être son propre patron réside dans la flexibilité de gestion de son temps. Mais comme je gère Dottinghill toute seule je dois jongler avec beaucoup de choses. Il y a l'opérationnel ordinaire (gérer les commandes, répondre aux emails etc), mais je dois aussi assurer la liaison avec les concepteurs, avec nos partenaires de vente et gérer notre présence sur les réseaux sociaux, le marketing et le branding. Nous organisons également "pop-up stores" tous les mois, ce qui nous permet d'établir et de maintenir un contact physique régulier avec nos clients.

Salvatore – Je commence ma journée par un petit-déjeuner copieux, puis je rencontre beaucoup de monde, des gens de toutes races et toutes cultures. On parle de tout, j'écoute leurs histoires… puis je passe une grande partie de mon temps à observer et m'imprégner de ce qui m'entoure afin d'en faire ressortir de nouvelles idées et identifier de nouveaux produits à promouvoir et importer.

De quoi sera fait demain, avez-vous un rêve ?

Stéphane – Fidèles à notre passé de scouts persévérants, notre souhait est de faire de notre mieux pour continuer à développer notre gamme de produits "haut-de-gamme accessibles". Nous aimerions surtout que nos enfants puissent un jour reprendre s'ils le souhaitent  nos affaires en partageant le même état d'esprit !

Tammy – Cela ne fait que 2 ans que nous avons monté notre entreprise et je pense que nous avons encore beaucoup d'espace pour grandir, j'ai aussi encore énormément à apprendre en terme de management. Il y a beaucoup de marchés potentiels à exploiter et des dessinateurs talentueux à dénicher. Mon rêve a toujours été de changer la mentalité des gens sur les tatouages temporaires. J'aimerais qu'ils soient perçus comme une forme alternative d'accessoires à porter à tout moment, comme quiconque le ferait avec des bijoux, des sacs ou des chaussures !

Salvatore – j'ai deux grands rêves ! J'ai toujours été fasciné par la médecine et j'aimerais obtenir un diplôme. Mais si aujourd'hui je veux réaliser ce rêve, il me faudra de la ténacité, de la persévérance, de la volonté, et enfin beaucoup de patience, de passion et d'amour. J'ai également un autre grand rêve, très personnel, que je promets de vous raconter si je parviens à le réaliser ! Enfin et surtout, mon plus grand rêve déjà réalisé s'appelle Valentino, c'est mon fils de 8 ans !

Propos recueillis par Raphaëlle Choël (www.lepetitjournal.com/singapour) lundi 10 novembre 2014

INFORMATIONS :

* Participez au tirage au sort et gagnez des lots d'une valeur de 10$, 70$ et 90$.

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

EDITO

PAUSE ESTIVALE – Bel été à tous et à bientôt !

Votre édition se met en mode estival et vous donne rendez-vous le 24 août. Nous vous souhaitons de bonnes vacances, avec une pensée particulière pour nos compatriotes à Singapour victimes de la crise

Communauté

EDITO

PAUSE ESTIVALE – Bel été à tous et à bientôt !

Votre édition se met en mode estival et vous donne rendez-vous le 24 août. Nous vous souhaitons de bonnes vacances, avec une pensée particulière pour nos compatriotes à Singapour victimes de la crise

Que faire à Singapour ?

AGENDA DU WEEK-END

Un dimanche à la campagne à Singapour

Il faut bien l’avouer, cet été, nos campagnes vont  manquer à tous ceux qui restent à Singapour. LePetitJournal.com/Singapour a déniché trois endroits champêtres pour des dimanches en famille détendus

Vivre à Singapour

AGENDA DU WEEK-END

Un dimanche à la campagne à Singapour

Il faut bien l’avouer, cet été, nos campagnes vont  manquer à tous ceux qui restent à Singapour. LePetitJournal.com/Singapour a déniché trois endroits champêtres pour des dimanches en famille détendus

Expat Mag

Hambourg Appercu
HISTOIRE

Les villes hanséatiques : un incontournable de l'histoire allemande

À la fois vestiges historiques et réalités politiques, les villes hanséatiques comme Hambourg et Brême sont une spécificité unique au monde. Des précisions pour comprendre leur nature et fonction.

Sur le même sujet