Quelques chiffres sur l’enfance en Chine

Par Le Petit Journal Shanghai | Publié le 01/08/2022 à 14:03 | Mis à jour le 01/08/2022 à 14:03
enfantas chinois qui jouent ensemble

À l’heure actuelle, la Chine reste le pays le plus peuplé du monde avec 1,41 milliard d’habitants. Cette situation démographique importante est difficile à croire vu la politique de limitation des naissances instaurée dans le pays. 17,6 % de la population est âgée de 0 à 14 ans. Le taux de mortalité chez les enfants de moins de 5 ans s’élève à 9 %.

Pour mieux cerner la politique de l’enfance en Chine, nous vous invitons à considérer les problématiques liées à l’enfance. Vous devez également prendre en compte les promesses favorisant l’évolution démographique de la Chine.

Les problèmes majeurs de l’enfance en Chine

À cause de la chute du taux de natalité en Chine, le pays fait actuellement face à une crise démographique croissante. En effet, en 2021, le gouvernement chinois enregistre 10,62 millions d’enfants contre 12 millions en 2020. Le BICE (promoteur des droits des enfants) déduit que cette crise démontre l’échec de la politique de l’enfance en Chine.

La pauvreté est également un facteur considérable qui marque l’échec de la politique démographique en Chine. Les statistiques démontrent effectivement qu’environ 9 millions d’enfants demeurent dans le besoin et près de 4,2 millions sont totalement démunis. La pauvreté affecte plus les familles des zones rurales ou les minorités ethniques.

Enfin, un des problèmes les plus importants en Chine concerne le trafic d’enfants. Selon les statistiques, près de 10 000 enfants sont victimes de trafic humain en Chine. Les petits garçons sont vendus et contraints de travailler tandis que les petites filles sont sexuellement exploitées.

Pourquoi la Chine tient-elle à limiter le nombre d’enfants dans les familles ?

En 1979, Deng Xiaoping met en œuvre la politique de l’enfant unique. Ce dernier a pour objectif de limiter le nombre de la population à 1,2 milliard jusqu’en 2020. Xiaoping impose cette politique démographique en prenant en compte l’évolution incontrôlée du taux de naissance.

En 1990, on a pu constater une baisse significative du taux de fécondité passant de 5,9 (en 1970) à seulement 1,6. On en déduit donc que la politique se rapproche minutieusement de son but. Cependant, cette restriction a favorisé les pratiques de stérilisations et d’avortements. Cela va effectivement à l’encontre des principes de protection des droits de l’homme et de l’enfant.

En 2013, le régime communiste accorde à toute famille chinoise de solliciter un deuxième enfant. Cette initiative a pour but de favoriser une libéralisation politique tout en maintenant le contrôle du pouvoir. Toutefois, seulement 15 % environ de la population ont accepté cette offre. Cette réticence est due aux coûts de la vie et de l’éducation.

L’amendement de 2021 : le système des 3 enfants

Soucieux du vieillissement rapide de la population chinoise, le gouvernement annonce l’approbation des familles à avoir 3 enfants. Cette déclaration a été réalisée le 31 mai 2021. Les objectifs de l’amendement de 2021 peuvent être catégorisés en 3 parties bien distinctes, à savoir :

La favorisation des naissances : cette stratégie a permis 2 grandes évolutions face à l’ancienne politique de l’enfant unique. Tout d’abord, cela a permis la possibilité d’avoir un troisième enfant sans tenir compte du milieu social et de l’appartenance ethnique. Cette approche apporte également des modifications sur l’âge légal pour se marier et/ou avoir un enfant.

Concilier la vie professionnelle à la vie familiale : cet amendement favorise l’égalité des sexes afin de réduire le taux de pauvreté en Chine. Les femmes disposent d’une protection légale sur le marché du travail. En outre, elles bénéficient d’une prise en charge optimale concernant les congés de maternité. Pour améliorer la vie de famille sans porter atteinte aux professions du mari, la famille bénéficie d’un congé parental.

Les ONG qui défendent les droits des enfants mènent des actions populaires dans le but de prioriser leurs besoins. Ces organisations veillent également au respect des dispositions de l’amendement de 2021 en Chine.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Shanghai !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Guillaume Asmanoff et Thomas Aunave

Rédacteurs en chef de l'édition Shanghai.

À lire sur votre édition locale