Samedi 15 décembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La Chine à la conquête de la face cachée de la Lune

Par Le Petit Journal Shanghai | Publié le 22/05/2018 à 21:00 | Mis à jour le 22/05/2018 à 21:00
fusee-chine-espace-lune

Lundi 21 mai, la Chine a déployé la première partie de sa mission Chang’e 4, la quatrième mission de son programme d’exploration lunaire. Un satellite, baptisé Queqiao, a été lancé à bord d’une fusée Longue Marche-4C depuis la base spatiale de Xichang, dans le sud-ouest du pays, a annoncé l’administration nationale spatiale chinoise.

« Ce lancement est une étape cruciale pour la Chine dans son objectif de devenir le premier pays à envoyer une sonde capable d’alunir en douceur et d’explorer la face cachée de la Lune », s’est félicité Zhang Lihua, le responsable du projet de satellite, cité par l’agence Chine nouvelle.

 

En quoi consiste la mission ?

Ce satellite doit se placer en orbite autour de la Lune de façon à pouvoir assurer la liaison entre la Terre et un futur robot. Fin 2018, un atterrisseur emportant un petit robot devrait en effet rejoindre le sol lunaire pour explorer la face cachée de la Lune, depuis le cratère Von Karman.

Il s’agira alors du premier robot à explorer ce côté du satellite naturel de la Terre. Invisible depuis la Terre, cette face a déjà été photographiée par divers orbiteurs et les hommes du programme américain Apollo mais aucun robot ni humain n’a été envoyé sur son sol.

 

Quels sont les objectifs chinois ?

La Chine mène un ambitieux programme spatial concernant la Lune. Chang’e, dont le nom fait référence à la déesse chinoise de la Lune, prévoit trois phases préliminaires avant des missions habitées après 2022. Commencée en 2007, la première partie consistait à mettre en orbite des sondes autour de la Lune.

Désormais, la Chine veut y poser des robots – le premier, le "Lapin de Jade" a aluni en 2013, puis dans une troisième phase prélever des échantillons de roches lunaires qui reviendront sur Terre. Deux kilogrammes de roches devraient ainsi être recueillis par la mission suivante, Chang’e 5, en 2019.

Source : la Croix.fr

 

0 Commentaire (s)Réagir