Lundi 23 novembre 2020

COMPRENDRE LA CHINE - Tout savoir sur le Confucianisme

Par Le Petit Journal Shanghai | Publié le 22/04/2020 à 06:49 | Mis à jour le 22/04/2020 à 21:27
confucianisme chine

La Chine n'est pas un pays de religion mais de doctrines. Non seulement à la base de la philosophie et de la religion dans l'Empire du Milieu, ces trois doctrines ont également influencé les coutumes et traditions du peuple chinois.
 

Confucius, professeur de tous les étudiants

Confucius, grand penseur et philosophe chinois qui vécu au VI-Vème siècles avant J.-C., est à l'origine des principales idées gouvernant la vie des chinois. A son époque, bien qu'il ait enseigné sa pensée à plus de 3 000 élèves, il n'était pas reconnu et mourut quelque peu dans l'anonymat. Il ouvrit les portes de son enseignement à tout jeune apprenti quelle que soit son origine ou son rang social. Il est donc souvent surnommé le professeur de tous les étudiants. N'ayant rien écrit de lui-même, ce sont ses élèves qui reprirent ses propos dans le livre Entretiens de Confucius et bien d'autres écrits.

Confucius se base sur les principes de la bienveillance « ren », de la gouvernance de soi par le « li », de la vertu, « yi », et de l'harmonie pour dicter les règles de conduite dans la société. La clé de sa pensée est donc d'aimer son prochain, d'être en harmonie avec le monde qui nous entoure. Tout cela se fait dans l'espoir de trouver une société idéale.

 

« Il est toujours possible d'apprendre quelque chose des autres, même si son statut est inférieur au notre »

Cinq liens moraux régissent ainsi la vie courante : les relations parent-enfant, maître-sujet, frère-frère, mari-femme et ami-ami. Le premier membre doit prendre soin de l'autre qui en retour doit le respecter et lui obéir. Ainsi, l'empereur doit veiller sur ses sujets qui lui doivent allégeance en retour et les parents élèvent les enfants qui leur doivent respect et obéissance. Le culte des ancêtres occupe également une place importante et il est de coutume de se rendre sur leur tombe pour les commémorer au moins une fois par an, pour la Toussaint chinoise, la fête de Qingming.

Il met également l'accent sur l'atteinte de la société idéale en partageant le savoir. En effet, il est toujours possible d'apprendre quelque chose des autres, même si son statut est inférieur au notre. Il a donc dit « en marchant avec deux personnes, je trouve mon professeur parmi eux ».

 

Un système d'élection des officiels chinois par des examens sur la pensée confucéenne

C'est pour cela qu'il préconise le système du keju, c'est-à-dire des examens impériaux. Ne jugeant personne par rapport à son rang, il est ainsi possible d'arriver au sommet de la bureaucratie en s'éduquant et devenant un lettré. Ce système d'élection des officiels chinois par des examens sur la pensée confucéenne fut officialisé en 605 de notre ère et perdura jusqu'à la fin des Qing, vers 1905. Mais, déjà chez les Han, au début de notre ère, ces examens étaient appliqués.

Sa doctrine prend ses origines dans la lecture de 5 textes sacrés écrits bien avant sa naissance : le Livre des Documents Historiques, le Livre des Odes, le Livre des Changements, le Livre des Rites et Cérémonies et le Livre des Annales des Printemps et Automnes.

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

COMMUNAUTÉ

INTERVIEW – Doucéa, Trophée Green Business

Natacha Tarascon, fondatrice de Doucéa, fut désignée comme l’une des trois gagnantes du trophée Green business 2020 lors du gala de la CCI France Chine le 23 Octobre 2020, par les membres du jury.

Expat Mag

Singapour Appercu

La tête dans les étoiles avec Claudie Haigneré

A Singapour, dans le cadre du festival vOilah! 2020, une conférence en ligne a été organisée pour recueillir le témoignage de femmes scientifiques. Lepetitjournal.com a rencontré l’une d'elles.