Mercredi 21 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Les clichés régionaux en Chine : mythe ou réalité ?

Par Gaëlle Déchelette | Publié le 29/04/2018 à 11:32 | Mis à jour le 29/04/2018 à 14:15
regions-cliches-chine-chinois-stereotypes

Peu importe d’où vient votre interlocuteur chinois, il vous dira que sa région est la meilleure. Les hommes du nord de la Chine sont réputés grands et forts, les belles-mères de Wenzhou seraient les pires de Chine, les Shanghaiens feraient de meilleurs maris… Mais d’où viennent ces croyances ? Ont-elles trait à la réalité ?

 

Les Shanghaiens, de meilleurs maris ?

Les hommes shanghaiens sont réputés pour faire de bons maris : serviables et aux petits soins avec leur épouse, ce seraient eux qui font tout à la maison, Mesdames ! D’ailleurs il n’est pas rare de les voir porter le sac à main de leur petite amie… Qui en retour, le regardera parfois avec mépris. Serviables, oui, mais pas considérés pour autant !

Voilà peut-être pourquoi les Shanghaiens sont vus par les habitants d’autres régions de Chine comme arrogants et fiers. Eux vous répondront que c’est parce que les Shanghaiens sont simplement plus riches, plus éduqués, plus raffinés que leurs congénères…

Mais même entre Shanghaiens, il y a des différences ! Les "vrais" Shanghaiens se présentent comme shanghainin (shanghairen  上海人), tandis que les Shanghaiens des champs, qui habitent la municipalité de Shanghai mais en périphérie, sont appelés Dangdiren, 当地人, dont le terme di, rappelle la terre. Voilà pourquoi dans le dialecte local, ce terme évoque les campagnards !

Quant aux autres manants qui peuplent le reste de la Chine, ils sont relégués au statut de Waidiren 外地人, en dehors du territoire, et donc peu intéressants pour l’élite shanghaienne… Alors ne vous offusquez plus la prochaine fois qu’on vous traite de 老外 Laowai, au moins le terme lao ; 老, qui veut dire vieux, est un signe de respect !

 

Quelques clichés selon les régions

Les habitants du Henan, région pauvre de Chine, sont souvent mal vus et ont une réputation de voleurs, d’arnaqueurs.  Les habitants du Zhejiang, qui officient généralement dans le commerce, sont vus comme de "nouveaux riches" sans éducation, parfois grippe-sou, par les élégants Shanghaiens. Mais ils sont perçus comme intelligents et futés par les habitants des autres régions. Les habitants du Hebei sont jugés francs, honnêtes et simples.

Comme on peut le voir, les clichés ont également rapport avec la situation de développement économique des régions. Le sud et l’est, plus développé, serait le repère des hommes d’affaires rusés et sans scrupules, les régions pauvres, du centre et de l’ouest seraient peuplées de voleurs ou de personnes plus simples.

 

Des origines géographiques ?

Depuis l’origine des premiers Royaumes Combattants, le Pays du Milieu a toujours été divisé entre nord et sud par la ligne du  fleuve Yangtze. On constate des différences topographiques, linguistiques, historiques, culinaires et même physiques entre les peuples du nord et du sud (qui correspondait à l’époque aux régions de Shanghai, Jiangsu et Zhejiang, l’actuel sud de la Chine n’étant pas encore aussi développé qu’il ne l’est maintenant).

Au nord, le climat est froid et sec, la terre couverte de déserts et de prairies. On y cultive le blé, qui sert à confectionner nouilles et jiaozi. Voilà pourquoi on considère (comme en Europe) les habitants du nord comme plus froids, mais aussi honnêtes et braves. Au sud, il fait plus chaud, et le climat humide permet la culture du riz. Comme chez nous, les gens du sud sont vus comme plus accueillants, plus délicats mais également plus fougueux !

En ce qui concerne le physique, les hommes du nord (Shandong et au-dessus) sont réputés grands et forts. La peau pâle des femmes du Nord-Est (Liaoning, Jilin, Heilongjiang) est vue comme un gage de beauté. Tandis que les habitants du sud sont réputés plus petits en taille, même si une étude ne montre pas de différence flagrantes, et ont la peau plus foncée.

 

Des traces anciennes liées à la culture ?

On trouve mention de stéréotypes en Chine dans la littérature, remontant à plus de deux mille ans. Les clichés seraient liés ou influencés par différents facteurs :

 

  1. Influence de l’habitude.

Si l’on compare les textes, les stéréotypes ont peu changé depuis des siècles. Aussi l’on devrait se demander si c’est parce qu’on considère les habitants de telle région d’une certaine manière qu’ils se comportent comme tels, ou bien si c’est parce que les habitants de telle région ont en effet des traits de caractères communs que les stéréotypes demeurent.

 

  1. Les 5 éléments

Depuis le 4ème siècle avant JC, les philosophes chinois ont corrélés les cinq éléments avec les cinq directions et les cinq goûts. Ainsi le centre (Jiangsu, Fujian, Jiangxi) serait la région du goût sucré, le nord, la région du salé etc… A l’Ouest, lié à l’élément "métal", la nourriture est épicée et les hommes aiment se battre. Le sud est lié au feu, ses habitants sont donc d’un tempérament fiévreux. Le nord, représenté par l’élément "eau", influe ses habitants qui seraient plus froids, sérieux, droits. Le centre correspond à la terre, et les gens du centre vivent dans l’harmonie, sans excentricité. L’est dépend de l’élément "bois", qui représente le changement. Aussi ses habitants aiment l’expansion. 

Mais à ce jour on ignore si la théorie des cinq éléments a influencé ces stéréotypes ou si la corrélation est liée à la chance.

 

  1. L’histoire

Dans certains cas c’est l’histoire qui engendre des légendes. Par exemple, le poète Chu Yuan était natif du royaume de Chu, l’actuel Hunan. Les habitants de cette région étaient donc vus comme très sentimentaux. Un roi de la province du Jiangsu avait de l’appétit pour les jeunes filles en fleur, aussi encore maintenant considère-t-on les habitantes de la province comme des beautés. Le Shandong, où est né Confucius, est supposé être la province dont les habitants sont les plus sages et avisés.

 

  1. Les dénominations

Les stéréotypes dériveraient également des noms donnés aux régions dans l’ancien temps. Là encore, on ne sait pas si c’est le nom donné à la région qui découle d’un trait de caractère où l’inverse.

En 400 avant JC, le centre de la Chine était appelé Qing, synonyme de Qiang "fort" 强. De là découle l’idée que ses habitants sont des fortes têtes (l’actuel Hubei). La région du Bas Yangtze était appelée Yang, qui signifie "expansion". Cela correspond aux régions du Zhejiang et Jiangsu qui sont parmi les plus développées de Chine. Et ses habitants seraient plus expansifs, plus extravertis.

 

Voilà quelques réflexions sur les stéréotypes en Chine, en espérant qu’elles pourront vous aider à y voir plus loin que les remarques répétées, sans qu’on sache vraiment d’où elles viennent.

 

Gaëlle Déchelette

Gaëlle Déchelette

De formation linguistique et commerciale, Gaëlle Déchelette vit et travaille à Shanghai depuis 2006.
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

ASSOCIATION

AFM TELETHON 2018 - Grand cocktail de collecte, on compte sur vous !

La Grande Chine – Asie Pacifique et ses partenaires soutient le TELETHON et organise un cocktail dînatoire dédié au Téléthon le 30 novembre prochain à 19 H à l’Hôtel Grand Mercure Shanghai Hongqiao.