Mercredi 14 novembre 2018
São Paulo
São Paulo
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

IURE PONTES VIEIRA - "Dans ce guide, nous répondons aux questions clés que les étrangers au Brésil se posent tous les jours"

Par Lepetitjournal Sao Paulo | Publié le 16/10/2016 à 22:05 | Mis à jour le 18/10/2016 à 12:18

 

A la tête du cabinet d'avocats du même nom basé à São Paulo, partenaire de longue date du Petitjournal.com, Iure et Iane Pontes Vieira ont publié il y a quelques mois la seconde édition de leur Guide juridique pratique de l'étranger au Brésil. Le premier livre au Petitjournal.com les objectifs de cet ouvrage.

Lepetitjournal.com : Pouvez-vous d'abord nous rappeler la spécialité de votre cabinet d'avocats ?
Iure Pontes Vieira :
Notre cabinet est spécialisé en droit des affaires et en fiscalité. Nous travaillons avec les sociétés étrangères dans l'ouverture de leurs filiales, la création de société avec leur enregistrement auprès des organismes locaux et fédéraux, la rédaction de contrats, l'optimisation fiscale, l'obtention de visas pour les étrangers au Brésil.

Il s'agit de la seconde édition de votre Guide juridique pratique de l'étranger au Brésil. De quand date la première ?
En effet, la première édition avait été publiée avant la Coupe du monde, en 2014, étant donné l'arrivée massive d'étrangers au Brésil. Et l'idée était de sortir cette seconde édition cette année, juste avant les jeux Olympiques. Nous avons essayé de trouver des questions clés que les étrangers se posent tous les jours.

A qui s'adresse ce guide ?
Il s'adresse aux étrangers, aux touristes ou à ceux qui viennent s'installer au Brésil, mais aussi à ceux qui vivent déjà ici, en tant que personne physique.

Que trouve-t-on dans ce guide ?
Tout d'abord, la structure est chronologique. Avant d'arriver au Brésil, si je suis touriste, journaliste ou si je veux m'installer, à quoi dois-je penser ? Ai-je besoin d'un visa ? Quelle est leur durée ? Quand j'arrive à la douane, qu'est-ce que j'ai le droit d'apporter dans mes valises ? Ensuite, si je veux travailler, comment je peux obtenir ma carte de travail ? Ce donc des questions très pratiques, qui touchent le domaine du droit, avec des réponses juridiques.

En deux ans, y a-t-il eu beaucoup d'actualisation à effectuer ?
Oui, nous avons mis à jour plusieurs points, notamment en ce qui concerne les coordonnées, et nous avons augmenté le contenu, avec par exemple le droit des personnes âgées et des adresses de lieux (hôpitaux, aéroports, etc.).

Le rapport de chacun avec l'administration est souvent différent d'une personne à l'autre au Brésil, comment le prendre en compte dans un guide ?
Ce guide prend en compte la loi, mais il est vrai que la police fédérale par exemple fait parfois appel à des sous-traitants qui ne connaissent pas bien les règles juridiques et peuvent avoir une interprétation et une appréciation différentes. Il n'y a pas assez d'agents publics au Brésil malheureusement.

Qu'en est-il de la simplification administrative au Brésil, démarche dans laquelle la France s'est lancée notamment ?
La lourdeur administrative au Brésil provient de ses origines et de ses propres structures fédérales. Par exemple les notaires (cartorio) chez qui on doit se rendre pour faire reconnaître une signature ou encore le fait de devoir faire des photocopies certifiées conformes pour tous les documents. Il y a un désir et un effort cependant de simplification avec l'arrivée par exemple de la certification digitale ou encore dans l'enregistrement des entreprises, même si globalement, les démarches sont encore assez lourdes et il reste encore beaucoup à faire. Les trois niveaux de pouvoir au Brésil rendent difficile la mise en place de mesures nationales car chacun a ses responsabilités.

Quelles sont les questions que l'on vous pose le plus dans votre travail avec des étrangers ?
C'est la question des impôts qui revient le plus souvent. Si je suis étranger et que je viens m'installer au Brésil, est-ce que je suis résident fiscal au Brésil ou dans mon pays ? Le Brésil ne prend pas en compte la nationalité de la personne, mais le caractère permanent de la résidence de la personne sur place. A partir du moment où la personne a un visa permanent, elle est considérée comme un résident fiscal brésilien et doit par conséquent payer ses impôts au Brésil, pour tous ses revenus perçus dans le monde, sauf en cas de convention fiscale entre le Brésil et le pays d'origine du résident permanent (c'est le cas entre la France et le Brésil, ndr).

En quelles langues est disponible le guide ?
Le but est d'atteindre un public assez large, donc il est en trois langues : portugais, français et anglais.

Où peut-on se le procurer ?
Plutôt que de faire appel à une maison d'édition traditionnelle, qui lie à un seul pays, nous avons décidé de le vendre en ligne. Il existe une version électronique (Kindle) et papier sur Amazon et chez certains sites partenaires. 

Propos recueillis par Corentin CHAUVEL (www.lepetitjournal.com - Brésil) lundi 17 octobre 2016

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Sao Paulo

EXPATRIATION

Insécurité : les pays qui inquiètent les expatriés

Décidés à prendre le large mais inquiets pour votre sécurité ? Fuyez le Brésil, évitez les Etats-Unis ! C’est ce que révèle la dernière édition d’Expat Insider...

Que faire à Sao Paulo ?

VARILUX - 20 films français dans 60 villes du Brésil en juin

Au-revoir là haut, L'échange de Princesses, Le Brio ou encore Tout le monde debout seront à l'affiche très bientôt au Brésil. Le Festival Varilux de Cinéma Français au Brésil revient du 7 au 20 juin

Sur le même sujet