Samedi 25 mai 2019
São Paulo
São Paulo
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ATELIER JOURNALISME – Rencontre avec Alexandra Loras, épouse du Consul de France

Par Lepetitjournal Sao Paulo | Publié le 06/08/2013 à 22:06 | Mis à jour le 08/08/2013 à 11:02

Alexandra Loras, épouse du Consul de France à São Paulo, a ouvert les portes de la résidence consulaire aux enfants de l'atelier journalisme. Elle revient sur son arrivée au Brésil et sur ses projets dans la capitale pauliste.

L'atelier journalisme - Pourquoi êtes-vous venue au Brésil ??
Alexandra Loras - Le ministère des Affaires étrangères a nommé mon mari Consul général de France à São Paulo. Nous sommes donc arrivés il y a 8 mois. Il s'agit d'un poste diplomatique pour trois ans qui peut être prolongé d'une année. Avant cela, nous vivions à Paris. Damien Loras, mon mari, travaillait à la cellule diplomatique de l'Elysée chargée des Amériques, de la Russie, du Caucase, des Balkans, et de l'Asie Centrale.??De mon côté, j'étais journaliste à la télévision, j'intervenais dans l'émission animée par Daniela Lumbroso. Je faisais une chronique sur les artistes et sur les nouvelles tendances. J'ai découvert de jeunes talents comme Zaz ou encore Joyce Jonathan. C'était passionnant de mettre en lumière des artistes qui n'avaient jamais fait de télévision auparavant.

Vous avez accompagné votre mari dans sa nouvelle mission diplomatique. A quoi sert un consul ?
?La mission du Consul est d'oeuvrer au rayonnement de la France à l'étranger. Il aide, par exemple, les entreprises françaises à s'implanter au Brésil ou les entreprises brésiliennes à s'installer en France. Il a une responsabilité économique et sociale sur l'ensemble de la zone qui lui est confiée.
?
Vous parliez portugais avant d'arriver au Brésil ?
Je parle 5 langues. Et je parlais déjà portugais avant de venir vivre au Brésil. Mon frère est marié avec une Brésilienne et ils vivent à Bahia. Je m'étais déjà beaucoup promenée  dans le pays, notamment à Rio, Belo Horizonte, etc. Mais je n'étais encore jamais venue à São Paulo. Concernant le portugais, j'ai quand même repris quelques cours au Quai d'Orsay avant de venir !??Vous aimez le Brésil ? Et São Paulo ??J'aime beaucoup le Brésil ! Je trouve que São Paulo est une ville d'une grande richesse. Malheureusement, on en entend très souvent parler en mal. Il y a de la violence, des embouteillages... L'image véhiculée est assez négative. J'aimerais consacrer du temps à une meilleure communication sur cette mégalopole que j'apprécie. J'ai d'ailleurs eu l'occasion d'en parler avec Fernando Haddad, le maire de la ville.

Il y a ici une vie culturelle passionnante : de beaux monuments, la biennale d'art contemporain, SP-ARTE... Ce sont des événements très intéressants, d'un excellent niveau. Les galeristes ont saisi l'importance des pays émergents et lors de la SP-ARTE, ils sont venus avec de très belles pièces jamais exposées.
 
La Fashion Week est aussi très importante, il y a des défilés de grande qualité. Pendant trois mois, le Bon Marché à Paris a mis le Brésil à l'honneur. Ils ont accueilli des designers, des producteurs... Les Français ont pu acheter des produits brésiliens, mais à aucun moment on n'a dit que l'essentiel de tout cela venait de São Paulo.
 
Justement, quels sont vos lieux préférés dans la capitale pauliste ??J'aime la Pinacothèque, le Musée des Arts Sacrés, l'Hôtel Unique, faire des visites culturelles avec Gaëlle Pierson (Lire l'interview de Gaëlle Pierson). J'aime aussi beaucoup le centre historique. Je pense aussi que le "Cidade Matarazzo" est un projet magnifique. Ce centre commercial et culturel peut réellement devenir un des symboles forts de la ville.

Quel est votre plat brésilien préféré ??
La feijoada d'Eric Jackin et la ratatouille d'Alex Atala !

Y a-t-il des choses que vous aimeriez voir évoluer au Brésil ?
Il existe au Brésil une certaine forme de racisme. Mon père est Gambien et ma mère est Française. Les gens pensent, par exemple, que je suis la nounou de mon fils. Les Brésiliens n'aiment pas en parler, mais j'essaie d'aborder le sujet, d'envoyer des messages subliminaux ! A Sciences Po, j'ai fait mon mémoire sur ce sujet : "Peut-on sortir des stéréotypes ?". A la télévision, on invite des Noirs chanteurs ou sportifs, mais jamais médecins ou avocats. C'est un sujet de société dont il est important de parler.?

Quelles sont vos passions ??
Je m'intéresse beaucoup au développement personnel. Ce sont des exercices, des méthodes qui visent à atteindre un objectif. Cela passe, par exemple, par établir un échéancier, mettre tous les moyens nécessaires pour  atteindre sont but. On apprend à éliminer les barrières que nous nous créons et ainsi à se dépasser.

Y a-t-il des choses qui vous manquent de la France ??
Mes amis. Mais je m'en fais aussi de nouveaux ici.

Quels sont les événements et les projets qui vous tiennent à coeur ?
?Il y a beaucoup de choses ! Je vais par exemple rendre visite aux Françaises qui sont incarcérées ici. Je voudrais les aider à préparer la suite, voir comment ces femmes très jeunes, qui ont commis des erreurs, peuvent envisager leur vie après leur sortie.??Je vais aussi discuter avec les personnes âgées à la maison de retraite franco-brésilienne Mère Hilbert. Je participe aussi au "Club des Tout petits", c'est un rendez-vous de mamans françaises qui ont des enfants en bas âges. Nous emmenons les petits à la maison de retraite, cela fait très plaisir aux personnes âgées de recevoir la visite d'enfants.?

J'ai aussi reçu beaucoup de monde à la résidence consulaire. Nous avons organisé des dégustations de vin, des dîners avec des responsables de grandes entreprises françaises. Nous avons reçu l'ancien président Lula. J'ai aussi organisé d'autres événements comme le café de rentrée de l'association São Paulo Accueil, la réunion annuelle de l'Union des Français de l'Etranger, l'accueil de l'ambassadeur de France au Brésil, etc.
 
Vous avez préparé la fête du 14 juillet qui a eu lieu au SESC Pompeia. Comment se sont déroulées les festivités ?
Nous avons en effet organisé le "Balinho da Bastille" qui s'est tenu au SESC Pompeia le 15 juillet. Beaucoup d'activités ont été mises en place. Pernod-Ricard avait préparé une "pétanque chic". Il y avait aussi un stand de maquillage, une projection murale avec des rues de Paris, un dj et un groupe brésiliens... Ça a été une vraie réussite, et forts de ce premier succès "test", nous comptons à présent élargir encore plus l'événement pour les prochaines éditions ! 

Elena CHOQUART, Luma HALBRONN, François LANG, Leandra PAOLOZZI (www.lepetitjournal.com ? Brésil) mercredi 7 août 2013

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet