11 NOVEMBRE - Le consulat a rendu hommage aux soldats français de São Paulo morts pour la France

Par Lepetitjournal Sao Paulo | Publié le 11/11/2015 à 23:05 | Mis à jour le 11/11/2015 à 21:31

Date marquante de l'histoire de l'Europe, le 11 novembre fait partie des commémorations célébrées chaque année à travers les communautés françaises du monde entier, dont celle de São Paulo.

Il est 11h30, au cimetière do Araça, à São Paulo. Sous le son des cornemuses, Français, Anglais, Brésiliens et même Allemands, en petit comité, entament le pas jusqu'au monument des soldats français de São Paulo morts pour la France durant la guerre de 1914-1918. Aux côtés des membres du consulat de France se tenaient les membres de l'association française des anciens combattants, mais aussi la Royal British Legion, présente pour l'occasion.

Face au monument, le silence retombe et, dans un discours, le consul général de France à São Paulo, Damien Loras, rend hommage à ces soldats français morts lors de la Première Guerre Mondiale, mais aussi également tous ceux qui ont donné leurs vies pour la France à travers l'histoire. Ils ne sont plus ici et pourtant, ils continuent de vivre à travers nos mémoires.

"Le combat de la mémoire n'est pas terminé"
"C'est un moment spécial aujourd'hui, car le 11 novembre n'est pas seulement l'anniversaire de l'armistice de 1918, mais également la date choisie pour rendre hommage à ceux qui sont morts pour la France", rappelle le consul général.

Son hommage terminé, c'est au tour de Bernard Mencier, ambassadeur de l'Ordre de Malte, de s'exprimer, en lisant un extrait du journal d'un soldat français de la Première Guerre Mondiale. Les deux passages portant sur les quelques jours avant, puis après l'armistice, sont extraits d'un livre publié intitulé Les cahiers de Paul Mencier. "C'était mon grand-père", conclut l'ambassadeur de l'Ordre de Malte. Pour ce dernier, "le combat de la mémoire n'est pas terminé, surtout en ces temps"

La cérémonie se termine avec l'entonnement général de la Marseillaise, lancée par le consul général. Enfin, le départ du monument vers l'entrée du cimetière se refait sous les cornemuses anglaises.

Félix MAZET (www.lepetitjournal.com - Brésil) jeudi 12 novembre 2015

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale